Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Inter de Bamako
Crise securitaire au Mali : La seule solution réside dans le départ de la France !

L’on ne cessera de rappeler au peuple travailleur du Mali et à ses dirigeants cette simple vérité du physicien allemand Albert Einstein selon laquelle il est illusoire de vouloir résoudre un problème avec celui qui l’a créé.

Einstein disait : « Si vous avez un problème et que vous comptez sur la classe politique pour le résoudre à votre place, vous avez deux (02) problèmes : on ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés. » Pendant tout le temps que les Maliens n’auront pas réalisé cette simple vérité, ils seront victimes du colonialisme français. Cela est d’autant évident qu’il est illusoire de croire un seul instant à la bonne foi de l’exploiteur en direction de ceux dont ils sucent le sang. Ainsi donc, autant le chat ne peut œuvrer pour le bonheur des souris, autant la France ne peut servir la cause du peuple travailleur du Mali.

Nous n’avons pas besoin de faire ici l’historique de la gestation et du développement de ce qu’il convient d’appeler « la rébellion touareg ».

Rappelons que par le passé, notamment sous la gestion d’Alpha Oumar Konaré, la France par la voie de son ministre des Affaires étrangères, avait laissé entendre que ‘’dans une semaine la rébellion prendra fin au Mali’’.

Il en fut effectivement ainsi. Cela témoigne, si besoin en est, l’implication directe, le soutien de la France aux rebelles touaregs qui ont pris les armes contre leur propre pays. Est-il aussi besoin de rappeler qu’en son temps et selon certaines sources des bases de l’armée française ont été utilisées contre nos soldats lors des affrontements de Kidal lorsque le Premier ministre Moussa Mara s’y était rendu, le 17 mai 2014.

Ceci dit, il n’est pas et saurait être sérieux de penser que la France peut œuvrer pour la paix dans notre pays car le bonheur des gouvernants français et de leurs représentants maliens résident dans la guerre, l’insécurité chronique dans lesquelles végète notre peuple travailleur.

L’autre constat que tout homme épris de paix et de justice peut faire c’est que partout où la France a séjourné c’est le sang des Africains qui a coulé. Hélas ! L’Algérie, la Centrafrique, le Tchad, le Rwanda, la Libye et actuellement le Mali en témoignent à suffisance. Il est donc temps que les peuples d’Afrique réalisent que la France assure sa survie et son développement en suçant leur sang.

Aussi, doivent-ils se rendre à l’évidence que les classes politiques actuelles d’Afrique sont les prolongements du pouvoir colonial français, aux dépens de toutes les masses laborieuses du continent et donc avant tout du Mali. Comme le dirait l’autre, ‘’le temps est galant’’.

La crise sécuritaire du Mali ne peut trouver sa solution que dans le départ inconditionnel des troupes françaises de notre sol. Un adage de chez nous dit que ‘’lorsque l’aiguille se trouve sous le pied de celui qui la cherche, il ne peut être question de voir cette aiguille, à moins de le basculer’’.

Dans l’histoire de notre pays, il n’y a pas de vraie œuvrefrançaise accomplie ici au Mali au bénéfice de nos masses travailleuses. En tout cas, lorsque le Mali a opté pour l’indépendance nationale, la France a vu (malgré elle) l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), la Chine populaire, Cuba, la Corée du Nord venir à la rescousse de notre peuple pour faire échec aux velléités néocoloniales de la France.

Dieu merci, notre pays a tenu bon grâce à l’engagement sans faille de notre peuple, de ses dirigeants dont le patriotisme et le nationalisme ne souffrent d’aucun doute et au soutien sans démagogie des amis russes, cubains, chinois et coréens de notre pays. A présent, ils restent nos vrais amis, en tout cas pas du tout les gouvernants français et leurs valets africains.

Non seulement, il est impératif que la France plie bagages de chez nous, mais aussi qu’elle cesse de s’ingérer dans nos affaires intérieures. En tout état de cause, tant que la France s’immiscera dans nos affaires intérieures et tant qu’un seul soldat français restera au Mai, il est tout à fait illusoire de voir la paix revenir dans notre pays, car elle ne saurait en même temps faire partie du problème et de sa solution.

Fodé KEITA
Le 15 Juillet 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés