Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actualité
Crise socio-politique : Les propositions de Soumeylou Boubeye Maiga

Depuis bientôt deux mois, une fronde formée de partis politiques, syndicats, société civile et religieux appelle les Maliens à descendre dans la rue. Avec au menu un seul mot d’ordre : réclamer la démission du président IBK et de son régime. Et malgré la main tendue et propositions d’un gouvernement d’union de la part d’IBK, la situation reste figée. Invité de l’émission le Grand Jury de Renouveau TV, le jeudi 03 juillet 2020, l’ancien président ministre Soumeylou Boubeye a fait des propositions sur la sortie de crise de la situation actuelle.

« Tout le monde est d’accord que l’on ne peut pas faire démissionner le Président de la République. Dans la situation actuelle, la question des élections législatives est au cœur des revendications et a beaucoup contribué à la montée du mécontentement et des frustrations qui ont contribué, par ailleurs, à la mobilisation que l’on constate. Parce que, les mécontentements et les frustrations concernent les circonscriptions les plus peuplées. Vous prenez le cas de Bamako, se sont les Communes les plus peuplées. Kati, Sikasso et Ségou sont les circonscriptions qui fournissent le plus grand nombre de députés.

Quand il y a eu les protestations, ce ne sont pas les états-majors des partis mais plutôt les populations elles-mêmes qui se sont mobilisées estimant que leur vote a été confisqué.

Je crois que c’est cette question qu’il faudra résoudre d’abord.

Pour ce faire, le Président de la République a deux options en face : il y a la démarche préconisée par la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la démarche qui pourrait résulter de ses prérogatives constitutionnelles par rapport à l’Assemblée nationale. Tant que cet abcès n’est pas crevé, je crois, le reste peut-être difficile.

Comme nous sortons du Dialogue national inclusif (DNI), qui a été à la fois national et inclusif, je pense que le Président de la République a l’opportunité de travailler à un plus grand rassemblement des Maliens autour d’un objectif commun. C’est-à-dire, la survie de notre pays parce que c’est ce qui nous unit le plus.

De mon point de vue, il doit proposer un accord politique à toutes les parties prenantes. Et, que cet accord politique ait comme feuille de route la mise en œuvre des réformes prioritaires sur lesquelles le Dialogue national inclusif est tombé d’accord. Que cet accord politique intègre aussi le volet économique de la crise, parce que nous n’avons plus d’économie qui fonctionne. Or, l’Etat a un cahier de charges avec le Conseil national du Patronat du Mali (CNPM). Le réseau des entreprises a fait un mémorandum qui résume les préoccupations du milieu économique et qu’une fois que ces réformes sont faites, parmi lesquelles il y a la relecture d’un certain nombre de textes comme l’organisation des élections, les textes de la Cour Constitutionnelle etc., nous puissions refaire les élections sur une nouvelle base, soit de manière partielle ou soit de manière générale ».

Le Témoin du 07 Juillet 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés