Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Ecole : Une rentrée sur fond d’incertitudes

Au titre de cette nouvelle année, plus de 3 millions d’élèves sont attendus au fondamental, et plus de 400 mille au niveau de l’enseignement secondaire. Cependant, au moins 750 écoles restent fermées au Nord et au Centre du pays, privant ainsi environ 2 millions d’enfants de scolarité.

A cela s’ajoutent la menace de grève lancée par certains syndicats d’enseignants et l’absence jusque-là des orientations des admis au Diplôme d’études Fondamentales (DEF). Toutefois, les autorités scolaires rassurent que « toutes les dispositions » sont prises pour une meilleure année scolaire. Selon les responsables de l’éducation nationale, sur les 900 écoles fermées, plus de 300 écoles sont susceptibles de rouvrir. Des dispositions seront également prises afin de pouvoir accueillir les élèves déplacés, expliquent-ils. Le coût de cette rentrée scolaire est estimé à 2 milliards 236 millions de francs CFA, selon les responsables scolaires.

Cependant, cette rentrée s’annonce sur fond d’incertitudes. Dans un communiqué publié, le weekend dernier, le Syndicat des enseignants signataires du 15 octobre 2016 fait état de la non-satisfaction de certains points du procès-verbal de conciliation avec le gouvernement. Il déclare avoir interpellé l’État sur la situation, mais jusque-là aucune suite favorable n’a été donnée, poursuit-il. Le syndicat prévient de prendre « toute ses responsabilités afin de mettre les enseignants du Mali dans leurs droits ». Au même moment dans la région de Tombouctou, des centaines d’enseignants communautaires attendent toujours leurs subventions de l’année dernière. Ils demandent également « la prise en charge de leur sécurité ».

Cette requête intervient alors que la semaine dernière, des présumés djihadistes ont proféré des menaces dans certaines localités du cercle de Niafunké, pour interdire l’ouverture des écoles. Entre temps, Suite à l’incursion des présumés djihadistes dans les Communes de Madina Sacko, Boron et Toubakoro la semaine dernière, l’inquiétude plane sur la rentrée scolaire.

Selon des sources locales, les présumés djihadistes ont dit qu’ils sont prêts à croiser le fer avec les autorités nationales si les lois telle que définies dans le Coran ne sont pas appliquées. Les populations appellent les autorités à sécuriser les écoles pour une année scolaire apaisée comme le dit cette autorité dans la zone qui a requis l’anonymat.

La Rédaction
L’Aube du 03 Octobre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés