Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sport
Femafoot : Qui veut plomber le début du mandat de Mamoutou Touré dit Bavieux

Elu le 29 août 2019 sur la base des nouveaux statuts de la fédération malienne de football adoptés le 15 juin 2019 dont le règlement d’application fut adopté le 13 juillet 2019, le président du comité exécutif de la fédération malienne de football a failli créer une nouvelle crise en prorogeant le mandat de certaines commissions indépendantes.

Ce qui est contraire aux nouveaux statuts qui stipulent que les membres de ces commissions indépendantes au nombre de six(6) sont soumises au vote lors d’une assemblée générale régulièrement convoquée (article 86 dans ses alinéas 1, 2, 3). Ces six commissions sont la commission d’Audit et de Conformité ; la commission Electorale ; la Commission d’Appel des Elections ; la commission centrale de Discipline ; la commission centrale d’Ethique et la commission centrale de Recours. Malgré la simplicité et la clarté des statuts, les acteurs du ballon rond ont été stupéfiaient de constater cette violation flagrante. Mais c’était sans compter sur la vigilance du ministre de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré qui a aussitôt saisit le président de la fédération afin qu’il se ressaisisse rapidement afin de ne pas replonger le football malien dans une nouvelle crise interminable. Et face au tollé suscité par certains clubs, Bavieux était obligé de prendre langue avec les secrétaires généraux des clubs. Selon nos informations, l’ancien vice-président de Boubacar Baba Diarra aurait avoué qu’il a été induit en erreur par certains membres (dont nous tairons leur nom qui nous ont été communiqué) de son comité exécutif qui lui ont rassuré que cela est conforme aux statuts. Pour mieux lui conforter, ils lui ont fait lire l’article 115 des statuts qui stipule « Le Comité exécutif peut prendre une décision sur tout cas de force majeure ou tout sujet non prévu dans les présents statuts. Ces décisions doivent être prises sur la base du droit et de la justice et en prenant en compte la réglementation applicable de la FIFA et de la CAF ». Or tel n’est pas le cas car les commissions indépendantes sont prévues dans les Statuts (article 86 alinéa 7). A l’issue de cette rencontre, le président Touré a demandé aux représentants des clubs de faire une proposition qu’il défendra en réunion de comité exécutif.

Ainsi il a été proposé de proroger de deux mois le mandat de ces commissions indépendantes en attendant la convocation d’une assemblée générale pour élire les membres de ces dites commissions. « Si le comité exécutif est animé de bonne foi, on ne voit pas pourquoi cette assemblée générale ne pourra pas se faire » confie un des représentants des clubs. En décidant de rencontrer les acteurs directs pour trouver une solution à une tentative de violation des statuts, on peut dire sans se tromper que le président de la fédération s’est fait avoir par des membres qu’il croyait sincères et loyaux envers sa personne. Désormais l’adage qui dit que « la confiance n’exclut pas le contrôle » doit être retenue par Mamoutou Touré s’il veut mener bien à bord son mandat. Une chose est claire l’heure n’est plus à la vengeance du camp vainqueur sur le camp vaincu mais plutôt sur la réalisation du programme de campagne pour le bonheur du football malien.

Saïd
La Mutation du 27 septembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés