Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Flambée des violences en Afrique du sud les stars haussent la voix.

« Si notre pays est bon, qu’allons-nous chercher en Afrique du Sud ? » dixit Davido l’artiste musicien nigérian

Après une vague des violences et de pillages visant les étrangers et leurs biens en Afrique du sud, les stars africaines sont sorties de leur silence en condamnant avec fermeté cette barbarie humaine. Dans son article publié le 04 septembre 2019, BBC News a plutôt invoqué l’expression « boycotter l’Afrique du Sud ». Sont comptés parmi les stars à réagir : Tiwa Savage, Burnaboy, Wizikid et Davido.

Les violences xénophobes qui ont commencé depuis dimanche soir dernier , auraient donc fait un bilan de 5 morts et 200 personnes arrêtées par la police a indiqué le Figaro dans un article mis en ligne le 04 septembre 2019. Le journal Le Monde quant à lui, évoque dans son article du 05 septembre 2019, plus de 10 personnes auraient trouvé la mort et 400 personnes arrêtées.

Ces violences seraient dues à l’excès de chômage en Afrique du Sud qui a atteint un taux de 28%.

D’après le ministre du gouvernement responsable du développement des petites entreprises Lindiwe Zulu : « les émeutiers ont l’impression que d’autres Africains viennent dans le pays et prennent nos emplois » a-t- il déclaré à la BBC News

Plusieurs scènes de lynchages, pillages, attaques à la machette, au gourdin, et immolation par le feu concernant les Nigérians, les Congolais, les Maliens, aurions-nous appris, ont été filmées et relayées sur les réseaux sociaux.

De quoi susciter la colère de la communauté internationale et des pays voisins qui ont vu leurs filles et fils être brulés ou tyrannisés.

Pour sa part, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a largement condamné ces violences xénophobes en les qualifiant « d’inacceptables »

Cependant, les déclarations du président sud-africain, n’ont pas suffi pour rassurer ou apaiser le mécontentement du continent, plusieurs entreprises sud-africaines implantées à Abuja (Nigéria ) ont été attaquées malgré l’intervention des forces de l’ordre.

Dans un communiqué diffusé par les médias la société sud-africaine de téléphonie mobile MTN a indiqué qu’elle fermait tous ses magasins au Nigeria de suite à ces violences, une manière de se prévenir contre ce qu’on appellerait « le pire ».

Les réactions n’ont pas tardé du côté des stars africaines, des chefs d’Etat et bien d’autres sommités : Paul Kagamé du Rwanda, Etienne Tissékédi de la RDC, Muhammadu Buhari du Nigeria, Moussa Faki Mahamat de l’Union africaine Peter Mutharika du Malawi ont tous décidé d’annuler leur participation à la réunion du Forum économique mondial qui s’est ouvert le mercredi au Cap.

Inacceptables pour les stars sud-africaines, zambiennes et nigériannes.

A l’instar du président sud-africain Cyril Ramaphosa, les stars africaines ont eux aussi réagi sur les réseaux sociaux ; c’est le cas pour Tiwa Savage, Burnaboy, Wizikid, Davido et même les fédérations zambienne et malgache de football qui ont décidé de boycotter les matchs amicaux qui devaient se jouer le samedi contre l’Afrique du sud . La fédération zambienne qui s’est exprimée à travers son secrétaire a précisé ce qui suit : « Nous voulons être sûrs de la sécurité de l’équipe visiteuse, on ne sait jamais ce qui peut arriver » a-t-il laissé entendre au micro de l’AFP.

Dans son tweet , Burna Boy a juré de ne plus jamais retourner en Afrique du Sud : « Je n’ai pas mis les pieds en Afrique du Sud depuis 2017. Et je ne retournerai jamais en Afrique du Sud pour quelque raison que ce soit jusqu’à ce que le gouvernement de l’Afrique du Sud se réveille et réalise vraiment un miracle, car je ne sais pas comment ils pourraient éventuellement réparer ça », a-t-il expliqué

S’agissant de la star nigériane, Tiwa Savage, elle a condamné haut et fort le massacre barbare de ses compatriotes en mentionnant sur Twitter qu’elle annulait son concert qui devait avoir lieu le 21 septembre 2019 à Johannesburg  : « Je refuse d’assister au massacre barbare de mon peuple en Afrique du Sud. C’est MALADE. C’est pour cette raison que je ne me produirai PAS au prochain festival DSTV à Johannesburg le 21 septembre. Je prie avec toutes les victimes et les familles touchées par cette situation » a-t-elle indiqué tout en précisant ce qui suit : « mon peuple pourrait être n’importe quel Africain »

A noter que bien d’autres artistes nigérians, tels que : Wizkid, Davido, ont manifesté leur indignation suite à ses attaques, mais sans inciter les compatriotes aux représailles.

Pour l’artiste musicien nigérian Davido, tout est clair ! ses compatriotes vivent le martyre parce que dans leur propre pays les conditions de vies sont précaires, une occasion pour lui d’interpeller les autorités nigérianes : « Si notre pays est bon, qu’allons-nous chercher en Afrique du Sud ? » a-t-il twitté

Tout compte fait, ce n’est pas la première fois que l’Afrique du sud enregistre de telles violences contre les étrangers.

Selon les chiffres révélés par BBC News, « en 2008 ces violences ont fait plus de 60 morts et en 2015, les troubles qui avaient eu lieu à Johannesburg et Durban avaient valu la vie à 7 personnes lorsque des immigrants ont été pourchassés et attaqués par des gangs. Les attaques sont devenues si graves qu’un terrain de sport au sud de Durban est devenu un camp de réfugiés de fortune pour les Africains fuyant les pillards violents. Et puis, en mars de cette année, trois personnes sont mortes après qu’une centaine d’entre elles ont attaqué des petits magasins d’alimentation appartenant pour la plupart à des étrangers à Durban ».

Enfin, la recherche d’un meilleur eldorado reste le seul problème qui poussent nos frères et sœurs à immigrer vers d’autres pays, nous espérons que l’interrogation de Davido va servir de leçon aux dirigeants africains en général et maliens en particulier.

Darcia Utrech Ripoll B.

Bamako, le 06 Septembre 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés