Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Inter de Bamako
Focus : Assemblée Nationale du Mali : après les élections législatives, place à la lutte pour le perchoir

Selon les résultats des législatives du second tour proclamé par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le Rassemblement Pour le Mali (RPM) a obtenu quarante-trois (43) députés, suivi de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ) avec vingt-deux (22) députés.

L’Union pour la République et la Démocratie (URD) obtient dix-neuf (19) députés. Aucun des trois (03) grands partis politiques (RPM, ADEMA-PASJ, URD) n’a pu obtenir une majorité absolue. Le RPM avec ses quarante-trois (43) députés plus les vingt-deux (22) de l’ADEMA-PASJ et les onze (11) de l’Alliance démocratique pour la Paix (ADP-Maliba) accorderont leur violon pour une majorité à l’Assemblée nationale du Mali.
À cette liste, il faut ajouter les députés de l’Alliance pour la solidarité au Mali-
Convergence des forces patriotiques (ASMA-CFP).

Cette option sera possible sous la houlette de l’honorable Mamadou Diarrassouba député élu à Dioïla sur une liste RPM avec cinq (05) députés, a battu tous les records sur le plan politique au moment où on croyait que le Rassemblement Pour le Mali (RPM) était enterré sur le territoire national.

Pour le perchoir 2020-2025, Mamadou Diarrassouba, ancien député ADEMA-PASJ (1992-1997), a plusieurs cordes à son arc. Il peut s’il le veut faire la paix entre l’ADEMA-PASJ et ses transfuges.

L’école à la télé : une nouvelle école pour un nouveau financement

Deux (02) milliards de Francs CFA auraient été mis dans la cagnotte, selon les murmures de Bamako. Au Mali, les nouvelles conceptions sont les bienvenues, dit-on. La nouvelle école sur le petit écran a un bienfaiteur qui aurait déboursé plus de deux (02) milliards de nos francs pour ses cours à la télé. Le hic serait que les professeurs perçoivent la modique somme de 50 000 FCFA par mois comme émolument. Dès lors, on comprend la colère des professeurs contre le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr Mahamadou Famanta.

Parlement malien : des candidats poids plume pour le perchoir

Ils seraient nombreux à se présenter comme candidat au perchoir. Des candidats sans grande envergure : Issaka Sidibé, député élu à Koulikoro, président sortant (2014-2020), Sidiki N’Fa Konaté, député élu à Kolondiéba, tous du Rassemblement Pour le Mali (RPM) ; l’ancien Premier ministre, Moussa Mara, député élu en Commune IV, président du Parti YÈLÈMA.

Lutte contre le Coronavirus : la presse malienne, le dindon de la farce ?

Sous Ibrahim Boubacar Keïta, la presse malienne n’est jamais associée aux problèmes de la nation. Coronavirus tue et nourrit une partie du gouvernement. Plus de 100 milliards de nos francs seraient mis à la disposition du ministère de la Santé et des Affaires sociales pour combattre le mal. Mais où est la part de la presse malienne pour la sensibilisation ?

27 Avril 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés