Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Forum de Paris sur la paix : Le vibrant plaidoyer des présidents malien, nigérien et tchadien

À l’occasion du grand rendez-vous de la capitale française, les trois chefs d’État ont appelé à la mobilisation de la communauté internationale contre le terrorisme au Sahel. Ils ont déploré, à l’unisson, l’inadéquation du mandat de la Minusma avec la situation sur le terrain.

Le président de la République française, Emmanuel Macron, a présidé hier, au Parc de La Villette, la cérémonie d’ouverture de la 2è édition du Forum de Paris sur la paix, en présence du chef de l’État du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta et de plusieurs de ses pairs ainsi que de nombreux représentants d’organisations internationales et de la société civile.

En ouvrant les travaux, le président Macron a abordé les questions relatives au terrorisme, aux conflits et aux égoïsmes nationaux, avant de défendre le multilatéralisme dans la gouvernance mondiale. Le chef de l’État français a dénoncé également la crise du système international, la crise politique et économique, les inégalités sociales, la crise démocratique, l’unilatéralisme, la problématique démographique avec les grandes migrations, le nationalisme et l’hégémonie qui sont, selon lui, de grands risques.

« Il faut bâtir une coopération équilibrée, de nouvelles alliances entre États, entre les organisations, pour lutter contre les conflits terroristes, pour relever les défis du multilatéralisme contemporain. Il faut des solutions nouvelles pour relever les défis démographiques et religieux et lutter contre le réchauffement climatique et pour la biodiversité », a souligné Emmanuel Macron.

Le dirigeant français a également salué les initiatives des pays africains pour relever les défis de développement, avant de préciser que son pays va accompagner la capacité sécuritaire de l’Afrique et les questions de développement en matière de santé et d’éducation, entre autres.

GUERRE ASYMÉTRIQUE-

Après la cérémonie d’ouverture, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a pris part à un panel de haut niveau sur le dialogue, la sécurité et le développement dans le grand Hall du Parc de La Villette, en compagnie des présidents tchadien, Idriss Déby Itno, et nigérien, Issoufou Mahamadou. La rencontre a enregistré la présence de plusieurs élus nationaux français, des responsables d’entreprises, des consultants internationaux dans plusieurs domaines, des universitaires et de nombreux étudiants.
Dans son intervention, le président Keïta a évoqué le terrorisme, son évolution, ses conséquences sur le Mali et les pays du Sahel où le phénomène a provoqué une guerre asymétrique ayant entraîné de nombreux morts et d’importants dégâts matériels. Le président de la République a également soutenu la mutualisation des efforts des États et le fort soutien de la communauté internationale pour venir à bout du terrorisme, dont les conséquences sont désastreuses pour les États et les communautés.

Aussi, le chef de l’État a rappelé que notre pays consacre 20% de son budget à la défense et à la sécurité. Il n’a pas manqué de saluer les efforts des hommes et des femmes engagés dans la lutte contre le terrorisme.

Les présidents tchadien et nigérien ont, pour leur part, également dénoncé la faible mobilisation de la communauté internationale au profit du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme. Ils ont déploré le fait que malgré les sollicitations, les pays sahéliens ont constaté le refus de la communauté internationale pour le changement du mandat de la Minusma qui doit être offensif.

« Nous sollicitons la solidarité internationale. Le terrorisme qui constitue un cancer, va s’étendre vers le Sud du continent et le reste du monde », a soutenu le président Issoufou Mahamadou, qui comme le président Déby et le chef de l’État malien, a insisté sur la mutualisation des efforts dans la lutte contre terrorisme.

Les trois chefs d’État ont souligné enfin la nécessité de lutter contre la pauvreté. Les dirigeants ont fait remarquer que les terroristes se servent de la pauvreté pour endoctriner les jeunes avec de l’argent facile, avant de les engager dans l’extrémisme violent. À cet effet, ils ont évoqué les actions de développement engagées dans les différents pays en termes d’éducation, d’emploi et de santé, entre autres, pour soutenir les communautés.

Les présidents Ibrahim Boubacar Keïta, Idriss Déby Itno et Issoufou Mahamadou ont été invités à un déjeuner de travail que le président Macron leur a offert hier dans l’après-midi à l’Élysée.

Envoyé spécial
Kader MAÏGA
L’Essor du 13 Novembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés