Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Gestion des déchets de la ville de Bamako : Les dépôts de transit d’ordures de...

Gestion des déchets de la ville de Bamako : Les dépôts de transit d’ordures de Médina-Coura et Lafiabougou débordés

Dans le cadre de son plan d’action, le Réseau des Journalistes pour l’Eau Potable et l’Assainissement (RJPA) en partenariat avec Wateraid, a organisé, le vendredi 1er mars 2019, une sortie sur les sites de transit des ordures de Médina et de Lafiabougou. Ces deux sites sont actuellement débordés d’ordures. Au dire des populations riveraines, cela fait plusieurs semaines que les ordures n’ont pas été évacuées.

La ville de Bamako n’est pas du tout prête à être assaini et la gestion de ses déchets, au niveau des dépôts de transit, est aux arrêts depuis semaines. En tout cas c’est l’impression que donnent ces deux dépôts de transit notamment ceux de Médina-Coura et de Lafiabougou. Des tonnes d’ordures entassées les unes sur les autres telles des montagnes, dégageant des odeurs nauséabonds. Elles sont devenues des nids des mouches et des moustiques qui représentent un danger pour la santé des populations qui résident près de ces tas immondices. Ainsi, au dépôt de transit de Médina-Coura, l’environnement est loin d’être un cadre idéal.

Une clôture de plusieurs mètres est remplie d’ordures, dépassant même la hauteur du mur et exerçant une forte pression sur lui. En clair, ces murs risquent de s’écrouler à cause du poids des ordures. Cela fait des semaines que les ordures de ce dépôt de transit n’ont pas été évacuées, la pelle-marais de la société Ozone-Mali en panne, il y’a des jours prouve à suffisance cet état des faits. Des déchets en provenance des 13 quartiers de la Commune II du District de Bamako sont acheminés ici et le déchargement continue jusqu’à présent.
Ce dépôt situé en face du groupe scolaire Mamadou B. Diarra, avait à un moment donné empêché les élèves de suivre les cours normalement, allant jusqu’à sa fermeture. Vu l’état actuel du site et si rien n’est fait les élèves risquent de revivre pareille situation.

Il n’ya pas que seulement les élèves qui sont concernés par cette situation. Des familles qui résident, des personnes mènent leurs activités auprès de cette montagne, se plaignent de l’état actuel du dépôt de transit. Au dire de Adama Diarra, propriétaire d’un lavage en face de ces ordures, cela fait pratiquement deux mois que les travaux d’évacuation de ces déchets sont arrêtés. La présence de ces ordures nous dérange et nous cause vraiment des désagréments. Elles jouent sur notre santé et sur notre activité. Les clients ne viennent plus à cause des odeurs nauséabondes des ordures qui leur font fuirent.

« Je viens à peine de me rétablir. Quand j’ai été au centre de santé, on m’a dit que je souffre du palu et de la typhoïde. Pendant l’hivernage on ne peut même accéder à cette partie. Vous voyez, les fosses sont toutes remplies. Et les ordures débordent les murs. Pour le moment, aucune autorité n’est venue voir l’état des choses. Nous appelons les autorités à trouver une solution durable à ce problème sinon ça ne va pas vraiment », a-t-il expliqué. Même son de cloche chez cette résidente et restauratrice qui précise que le service ne se fait pas de manière régulière.

« Les ordures se sont entassées et dégagent des odeurs nauséabondes surtout la nuit on ne peut même pas respirer, en plus de ça les moustiques et les mouches nous rendent tous malades ici. C’est inadmissible », a-t-elle souligné. Tout en appelant les autorités à prendre les mesures nécessaires afin de soulager leur peine. Après celui de Médina-Coura, le site de Lafiabougou a été aussi visité. Appelé le mont Kilimandjaro, le dépôt de transit de Lafiabougou est mérite bien son nom. Les ordures sont érigées en plusieurs montagnes ici et là, composées de plusieurs matières (des emballages, des papiers de tous genres, des agrumes et légumes en état de composition, des boîtes de conserve, des bouteilles vides, des déchets plastiques).

Aux dires d’Adama Diakité, agent de l’entreprise Ozone, la cumulation d’ordures au niveau du dépôt s’explique par le fait que les camions de l’entreprise qui a un accord avec les autorités pour l’évacuation des déchets, ont été empêchés de décharger au niveau du site indiqué (Tienfala, localité de la région de Koulikoro) pour des raisons méconnues, il y’a des jours de cela, donc ces camions ben sont revenus avec des ordures. En plus de cette situation, le site continu à recevoir des déchets.

Nous expliquant les raisons de sa présence sur le site, il dira qu’il est là pour empêcher les dépôts anarchiques des ordures. Plus loin, il dira qu’ils font de leur mieux mais que le problème est dû au manque criard de dépôts pour la capitale. « La cour que vous voyez devait être construite pour recevoir les ordures. Mais depuis plusieurs mois, les travaux sont arrêtés pour faute d’argent », a-t-il révélé.

Par ailleurs, de l’autre de côté du dépôt où les maisons font face à ce Mont Kilimandjaro, Moussa Kéïta, Promoteur d’un atelier de menuiserie, accuse les autorités et la mairie de la commune de ne rien faire face à la situation. Selon lui, c’est une situation qui arrange les autorités communales. Parce que chaque charretier qui vient déverser ces ordures, rend compte à la mairie. « Ils paient chaque jour quelque chose comme taxe », a-t-il précisé.

Tout en expliquant qu’ils vivent dans une situation qui est vraiment déplorant. « Je viens de faire une opération à plus d’un million de nos francs. J’ai fait toute ma vie sans tomber malade de la sorte, mais depuis que j’ai déménagé ici ; je suis tombé malade et ai subi une opération à cause des déchets.

La Mairie n’a pas assumé ses responsabilités sinon nous ne serions pas dans cet état. Les travaux de cette cour qui devrait recevoir les ordures ont arrêté depuis le mois de janvier pour manque d’argent », s’est-il indigné. A l’en croire, il leur a été signifié que l’évacuation se ferait tous les trois jours, mais que ça fait six mois que ces déchets sont là.

Ousmane Baba Dramé
Le 07 Mars 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés