Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Guinna Dogon en visite au Mandé

Longtemps attendu, une forte délégation de l’Association djinna dogon est arrivée dimanche 10 mai 2020 à Nana-Kenieba pour une visite de terrain. C’était pour rencontrer les migrants dogons venus des cercles de Bandiagara, Bankass, Koro, Douentza. Cette visite était attendue. En effet ces populations dogon sur accord des populations du village de Nana-Kenieba ont commencé à revenir s’installer dans ce village au Mandé depuis 2016.

Les dogons sont une nationalité (ethnie) du centre du Mali sur le plateau éponyme (plateau dogon, plateau de Bandiagara, falaises de Bandiagara) et sur la plaine du (SénoGondo, SénoBankass, Séno Mango). Sa population est estimée à un million d’habitants.

Les premiers contingents sont partis du Mandé entre 1230 et 1430, dans un temps de 4 générations. Deux itinéraires sont évoqués pour la circonstance à savoir que le premier itinéraire est Mandé -Karadougou-Pondori (Djenné) Fakala (Sofara)-Pignari (Dinangourou). Le deuxième itinéraire est Mandé-BanikoJonkala-BendougouSamori-Gourou (nord yatenga) pays des Gor (Dinangourou).

Ce peuple docile lorsqu’on leur porte respect, mais belliqueux lorsqu’on les traites comme des sous hommes. L’espace naturel dogon constitue l’un des greniers du pays, c’est à ce titre que le peuple dogon mérite un grand respect.

De 2016 à 2020, environ 66 familles soit environ 500personnes se sont installées dans le village de Nana-Keniebadont la position géographique ressemble beaucoup aux pays dogon. Chacun des foyers a eu une parcelle d’habitation et un champ de 2 hectares pour la culture, le jardinage, l’élevage. Leur production céréalière a permis de stabiliser le prix ducéréale dans toute la localité. Le village de Nana-Kenieba a créé pour leur installation douze nouveaux quartiers dont certains portent des noms proposés par les dogons revenants à Nana-Kenieba au Mandé. Ces quartiers sont : Sékoussalabougou, Hogonbougou, Abirébougou, Hassanabougou. C’est le 17 avril 2016 que la première délégation de 65 personnes venant des cercles de Bandiagara, Bankass, Koro est arrivée à Nana-Kenieba pour la première fois afin d’apprécier le site. Un manguier a été planté pour servir de témoin quant à la date exacte du retour des dogons au Mandécomme annoncé par le prédicateur AbiréGoro au 16ème siècle.

Dans le cadre de l’intégration sociale, plusieurs actes ont été posés depuis leur arrivée notamment, la création d’une association comprenant les autochtones et les dogons revenants qui vont servir de cadre de développement dans la recherche et l’exécution de projets. Egalement deux conseillers dogons ont été désignés au conseil communal du village de Nana-Kenieba. Dans le cadre de l’art et de la culture, il y a un an une troupe artistique composée de masques dogons et malinkés a été créée. La présence de ces deux troupes a attiré les touristes dès sa création. Cette campagne s’est arrêtée avec l’apparition de la maladie à coronavirus en Europe. Mais d’ici là, le village a fait construire une Auberge comprenant cinq chambres avec douches intérieures pour les besoins de la cause ainsi qu’un hangar servant de buvette, un restaurant, et une cuisine. Le nombre total de lits est de 15. Elle sera fonctionnelle pour la prochaine saison touristique. Cette initiative culturelle aura un impact très bénéfique pour le village de Nana-Kenieba.

Notons aussi que sur le plan religion, il y a des dogons Protestants qui ont déjà construit leur paroisse et ils ont commencé à prier dans cette bâtisse depuis une année, il y a des dogons Catholiquesà qui on a octroyé un espace dédié aux prières, mais l’église n’est pas encore construite. Une mosquée a été construite, elle est en voie de finition, c’est un dogon qui est l’imam. A Nana-Kenieba actuellement avec la présence des dogons, les séances de lectures du Coran ne durent plus au-delà de 30 mn, car en effet, une bonne partie des dogons sont lettrés en arabe. Avant leur arrivée, il fallait faire 3 jours pour lire entièrement le coran. Il faut signaler que les chasseurs dogons présents à Nana-Kenieba ont déjà intégré la confrérie des chasseurs ‘’KotronaniSanè’’ dont le chef est Koumou Balla Keïta. Il est le chasseur qui a tué en 1996 le dernier lion qui dévorait les vaches aux alentours du village.

Chaque année avec la présence des dogons depuis 2017, Nana-Kenieba fête ce jour commémoratif du retour des dogons à Nana-Kenieba (au Mandé). Plusieurs cérémonies sont organisées à cet effet avec la participation de tous, anciens, adultes, jeunes, femmes et notamment, la troupe des « femmes bêtes », celle de Bondoncourou, celle de la confrérie des chasseurs. Avec l’arrivée des dogons à Nana-Kenieba, une boucherie a été ouverte. Elle fonctionne quotidiennement. Des dogons mécaniciens de moto se sont installés à l’entrée du village à côté d’une boulangerie semi-moderne appartenant aux dogons. Des points de vente de carburant, du café, du céréale et même un restaurant se sont développés le long de l’artère principale qui conduit au village.

En un mot, une économie locale s’est rapidement créée avec l’arrivée des dogons. Une nouvelle ère de prospérité est entrain de naître à Nana-Kenieba grâce à la présence des dogons. Même le centre de santé communautaire qui s’y trouve commence à avoir des effectifs élevés de patients notamment les femmes dogon en grossesse.

En conclusion une nouvelle ère de prospérité s’élève sur Nana-Kenieba, grâce à la présence des dogons. Demain une nouvelle vie basée sur l’économie verte, la culture naîtra à Nana-Kenieba.

La délégation conduite par Mamadou Togo a apporté des vivres, de l’huile, du sucre pour les dogons, le chef de village, l’imam. Vivement une prochaine visite.

Envoyé Spécial Siramakan KEITA
Le Carrefour du 14 Mai 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés