Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Insécurité grandissante au centre du Mali : Guina Dogon se désolidarise dana amassagou.

Cette information a été donnée au cours d’une conférence de presse animée par le président du Guina Dogon Mamadou Togo. Nous sommes le samedi 2 février 2019 à la Maison de la presse.

L’association pour la défense de la culture Dogon "guina Dogon" , s’est prononcé sur la situation sécuritaire qui prévaut dans la région de Mopti, afin de proposer une solution de sortie de crise. Dans son intervention le président du Guina Dogon Mamadou Togo, a déploré l’insécurité grandissante dans la région de Mopti. Selon lui il n’y a pas de guerre entre les peulhs et les Dogons. Ces deux ethnies ont cohabitées ensembles depuis des siècles. Cette guerre est orchestrée par les ennemies de la paix au Mali

L’occasion était propice pour lui d’évoquer la différence qui existe entre le Guina Dogon et les milices d’auto-défense « dana Amassagou ». Pour lui, son association ne répond pas aux actes posés par dana amassagou. La culture de la paix, du vivre ensemble sont le crédo du peuple Dogon.

À propos des solutions

L’association Guina Dogon, à travers son président souhaite la démilitarisation de tous les groupes armés. Selon Mahamadou Togo, cette démilitarisation est la meilleure solution de l’insécurité qui prévaut dans le centre du pays. Il a aussi souhaité le déploiement de l’administration dans les zones de tension.

Le président du guina dogon Mamadou Togo, n’a pas caché les relations amicales et fraternelles qui existent entre association qu’il dirige et l’association pour la défense de la culture peulh "tabital pulaaku", dans la recherche d’une paix durable dans la région de Mopti.

.............................................................................................................................................

Assemblée générale ordinaire de la zone 2 : le rayonnement du sport dans la zone au cœur des échanges

Les membres de la zone 2 de l’Association des Comités Nationaux Olympique d’Afrique(ACNOA), étaient en conclave le samedi dernier dans le cadre de leur assemblée générale ordinaire. Les points inscrits à l’ordre du jour étaient d’examinés les activités, et le rapport financier 2017-2018 ainsi que les perspectives pour les années 2019 -2020. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre des sports Jean Claude Sidibé. Il avait à ses côtés le président de la zone 2 Habib Sissoko, le président de l’ACNOA, Moustapha Berraf.

Le président de la zone 2 Habib Sissoko, président du Comité National Olympique du Mali, a jugé le bilan des activités réalisées satisfaisants." Notre zone, en dépit des insuffisances à combler, a des acquis en termes de fonctionnement des structures et de réalisation d’activités. Ces acquis sont salués par les instances de l’ACNOA" dixit M.Sissoko.

En ce qui concerne les perspectives pour les années à venir notamment 2019-2020, la zone 2 de l’ACNOA envisage la mise en place " un projet-un pays ». Le président Habib Sissoko a affirmé que la réalisation de cette vision permettra de faire rayonner le sport dans la zone 2 auprès des pays respectifs et des autorités politiques. Le président Sissoko, a invité les membres de la zone 2 à la conjugaison des efforts afin de faire de cette zone un « pôle lumineux » du mouvement Olympique Africain. Pour sa part le ministre du sport du Mali a réitéré l’engagement des autorités du Mali, a accompagné la zone 2 de l’ACNOA qui pour lui, est un gage du rayonnement du sport et de l’esprit Olympique.

La cérémonie d’ouverture a pris fin par la remise des distinctions aux personnes qui se sont fait distinguer au sein de cette association au cours de l’année 2018.

Bissidi Simpara

Bamako, le 04 Février 2019

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés