Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Intervention des militaires maliens à Konsiga : 87 personnes arrêtés et un dégât matériels inestimables enregistré

Le terrain de football de Magnabougou a servi de cadre le samedi 5 janvier 2018 au meeting d’information organisé par l’Association Dagakané sur la situation qui prévaut dans la commune de Konsiga (cercle de Yélémané). En effet plusieurs personnes ont été arrêtées et emprisonnées de « façon arbitraire » dixit Aboubacar Siby président de la jeunesse.

D’entrée de jeu, le président de la jeunesse, Aboubacar Siby, a fait un bref aperçu de la situation. Selon lui cette bavure a commencé lorsque le gouverneur de la région de Kayes, Baye Konaté, a entamé une médiation entre la population de Konsiga et le Maire Tamassa Kébé, le 20 décembre 2018. Cette rencontre ne s’est pas déroulée comme prévue, car la discussion a été houleuse. La population aspirant la nécessité de mettre terme au mandat du maire Tamassa Kébé, souhaite l’installation d’une autorité intérimaire comme piste de solution. Cette proposition n’a pas été approuvée par le maire Tamassa Kébé et les membres de son parti politique d’où le tiraillement. Impuissant face à cette situation tendue, le gouverneur a plié bagages. Le lendemain plus de 250 militaires maliens ont fait irruption dans le village de Konsiga, des arrestations « arbitraires » et des pillages par les militaires ont été enregistrés du côté des opposants au maire Tammassa Kébé. Selon le président de la jeunesse Aboubacar Siby, 87 personnes ont été « arrêtés et emprisonnés à Bafoulabé » et un dégât matériel important.

L’association « Dagakané » estime que cette problématique est dû au « complot » orchestré par maire Tamassa Kébé, Mamadou Hawa Gassama député élu de Yélémané et l’autorité administrative contre la population.

Cette bavure du 20 décembre 2018 est une suite logique de celle du 15 décembre 2017. La nécessité de trouver une solution définitive se pose.

C’est pourquoi l’association « Dagakané » à travers Aboubacar Siby président de la jeunesse, propose l’instauration des autorités intérimaires, la libération de leur prisonnier, la sanction des auteurs, le dédommagement des victimes, le déguerpissement des militaires et l’instauration d’un dialogue entre les autorités et les protagonistes comme piste de solution.

Dans le cas échéant, les membres de l’association feront des marches de protestation, des meetings et des sit-in à l’intérieur comme à l’extérieur du Mali. « Ni les menaces, encore moins les arrestations, ne nous ferons pas reculé » conclu le président, Aboubacar Siby.

Bissidi Simpara

Bamako le 07 Janvier 2019

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés