Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Interview avec Rose Diakité : “Au lieu de competir pour savoir qui est le plus cruel...Mieux vaut...

Interview avec Rose Diakité : “Au lieu de competir pour savoir qui est le plus cruel...Mieux vaut qu’on compétisse sur les actes de séduction”

Rokiatou Diakité dite ROSE DIAKITÉ, est, coach conjugal, auteur, conférencière et directrice commerciale notamment de “ Adja bani Kebe”. On la connaît grâce ses vidéos sur Facebook et Youtube. Là bas, elle présente ses différents produits de séduction qu’elle commercialise dans sa boutique sis à Djélibougou. Ces produits qui ont faits sa réputation de “déesse de la séduction”au Mali. Pour elle, une coach conjugal, c’est aussi celle qui se dote d’arsenal de séduction ( encens, ceinture en perle, petit pagne...) pour rallumer la flamme entre les couples chancelants.

Rose Diakité a fait des études et a obtenu son bachelor en MIAGE ( Méthode Informatique Appliquée à la Gestion d’Entreprise) au Mali. Mais pour trouver un emploi stable, c’était du ressort de l’impossible, à cause de sa mobilité réduite. Étant, d’une opiniâtreté sans faille, elle ouvre son cybercafé en 1996. Mais à cause des difficultés de santé, elle s’associe, en 2008, au côté de sa mère Adja Bani kebe Diakité, réputée comme étant la meilleure vendeuse de produits de séduction au Mali. Cette dernière est aussi ambassadrice de la paix, chevalière de l’ordre national du Mali, ayant également reçu des distinctions comme le CIWARA, le Djénèkala...etc. Au côté de sa mère, elle devient ensuite directrice commerciale des produits de “Adja bani kebe”, principalement sur les réseaux sociaux. D’où sa grande réputation à ce jour.

Interview avec Rose diakité, la coach conjugal

Vous êtes coach, vendeuse, auteure, comment vous définissiez-vous réellement ?

Je suis tout ceci à la fois. Mais la base de notre travail, ce n’est pas la vente de ces produits, mais l’écoute et le coaching. Nous avons un cabinet de consultation qui est fréquenté par toute catégorie de personne ( hommes, femmes, jeunes, 3e âge…). Ils viennent nous consulter par rapport à leur problématique conjugale. Nous leur proposons des conseils, astuces, gadgets, par rapport à leur situation. Nous avons d’ailleurs élaboré un ouvrage avec ma mère qui s’intitule “ Réussir sa vie de couple” publié en 2016 et vendu à 3000 exemplaires à ce jour. C’est un guide qu’on peut utiliser dans les moments de confusion ou de solitude, pour trouver des pistes de solution. On a même reçu beaucoup des distinctions grâce à ces efforts. Actuellement, nous travaillons avec un opérateur malien qui offre des services vocaux de conseils et messages.C’est pour créer une certaine proximité avec les gens qui n’ont pas facilement accès à internet. Les gens apprécient énormément par la grâce d’Allah.

A quel point pensez-vous qu’un couple a besoin d’un coach conjugal ?

Le coach, on en a toujours besoin, que ce soit en couple ou pas. Notamment, les gens qui sont en manque de repère, qui ne sont pas encore préparés pour sauter une étape de leur vie etc...Par exemple au Mali, les filles se marient très tôt et le plus souvent avec des inconnus. Du coup, elles n’ont aucune idée de ce que le mariage représente réellement. Elles ne pensent qu’au côté festif, féerique en oubliant de se préparer pour cette nouvelle vie. Quelques mois après que tout le monde soit parti, c’est là que les masques vont tomber et tu te rends compte dans quoi tu t’es embarquée. En ce moment là, beaucoup sont désespérées, déprimées, frustrées ; c’est aussi le cas pour les hommes. On aide en ce sens, à comprendre les vraies raisons de l’union maritale. Car ils y’en ont qui demandent même “ pourquoi ils se sont mariés” ! Nous les aidons à franchir les étapes de confusion et de doute, à trouver leur voie.

Pour vous, quand faut-il consulter un coach ?

On attend pas de moments critiques pour consulter. Chaque fois que quelqu’un nous consulte, on est là pour l’accompagner. Dès que le couple sent qu’il ne maîtrise pas la situation, c’est le moment de consulter un expert. Nous sommes réputées d’être complètement neutres. On n’a pas de partis pris. Nous tranchons avec la plus grande impartialité possible.

En combien de temps, pensez-vous qu’un couple est prêt à arrêter vos services ?

Cela dépend de la personnalité de chacun. Les gens n’ont pas la même capacité de résilience ou de compréhension. Il n’y a donc pas de nombre de séance précise. On les écoute tout d’abord. Notre travail, c’est d’arriver surtout à rendre la personne complètement autonome à prendre ses propres décisions. Ça dépend des paramètres qui entourent cette problématique également. Au Mali, si l’on enlève l’immixtion de la belle famille dans les couples, le problème sera réglé à 30% sur les jeunes. on fait de telle sorte que les gens ne soient pas dépendants de nos services. Le but c’est de les aider à prendre les bonnes décisions de façon totalement autonome et à les assumer. Certaines personnes adoptent des comportements affectifs et de dépendance vis-à-vis de nous. Quand je remarque cela, j’ai tendance à prendre mes distances de la manière la plus douce possible. Il n’y a pas d’hypocrisie dans ce métier. Ceux qu’on reçoit sont très sensibles et susceptibles à cause de leur état, raison pour laquelle on reste très honnêtes, franches et impartiales.

Que pensez-vous de ce qui consultent les féticheurs traditionnels au lieu des coachs ou psychologues ?

Les féticheurs aussi sont des coachs traditionnels. Ce que les gens ne comprennent pas, c’est le système de psychologue que nous adoptons. Mais il ne faut pas non plus oublier que ces féticheurs et marabouts là sont nos psychologues traditionnels. On est comme des féticheurs nous aussi mais nous ne te promettons pas monts et merveilles. Nous te montrons comment pallier à ta problématique. Je ne pourrais pas prier 100 rakats ni faire de Dhikrs pour toi la nuit, j’aime dormir ( rire ).

Que pensez-vous de l’état des couples mariés de nos jours ?

Le mariage doit être un moment de plaisir. C’est quelque chose qui dure toute la vie donc on doit oeuvrer pour que cela se fasse dans les meilleures des conditions possibles. Au lieu de competir pour savoir qu’est le plus cruel, qui peut se passer le plus de qui, mieux vaut qu’on compétisse sur les actions de séduction. C’est à dire qui sera le plus avenant, le plus amoureux, qui est le plus poétique. Ce n’est pas le cas dans nos couples aujourd’hui. Cet arsenal de séduction est là pour pimenter le couple sur le plan intime. On apprend aux hommes et aux femmes à surprendre leur conjoint sur le plan intime, olfactif, culinaire, sentimental. Tout doit être agréable. les femmes passent des heures à se faire belles sous la chaleur des casques de salon des coiffures, mais malheureusement nos hommes ici n’ont pas appris à apprécier le beau. Tout ceci est dû à cause de l’éducation des hommes.

Qu’avez-vous à dire sur cette éducation que vous indiquez ?

J’ai l’impression qu’au Mali, on doit refaire l’éducation des hommes. Il y a une vraie problématique d’éducation dans nos familles. Les garçons ne sont pas éduqués comme les filles. On apprend aux filles à être de bonnes épouses, à être de bonnes mères, à être soumises...etc. Les hommes n’apprennent que le laisser-aller, à penser qu’ils ont tous les droits. Cela devient un abus sur les femmes, et entraîne la violence à l’égards des femmes. C’est un conseil à nos mamans. On doit revoir notre éducation vis-à-vis des garçons, en les apprenant à devenir de bons maris ! Mais ici, lorsqu’un garçon enfante dehors hors mariage, on ne s’en fait pas beaucoup. C’est apprendre aux garçons la débauche et l’adultère.

Pour finir, un exemple de gadget ou d’acte séducteur ?

On est entrain de développer le massage corporel qui n’est pas très ancré dans nos cultures. Certes un peu, mais plus comme une corvée. Le massage doit être un moment d’intimité entre le couple ; provenant de la part de la femme et de l’homme. Le massage est un message entre Monsieur et Madame. Le plus chaleureux, le plus évocateur, le plus doux des messages, ne peut être que des caresses et c’est ça le massage. Je ne parle pas du fait de monter sur leur dos ( rire ). Mais de le faire avec douceur et amour.

Aïssata Keïta

Bamako, le 10 Janvier 2019

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés