Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  A lire !
Jeûne du mois de Ramadan : Quel régime alimentaire pour les personnes diabétiques ?

Le mois de Ramadan est considéré par les musulmans comme un mois sacré et béni. Durant ce mois les croyants musulmans s’abstiennent de manger et de boire, cela de l’aube jusqu’au soir (selon les heures de rupture) pour que leurs péchés soient pardonnés et obtenir plus de clémence divine. Durant cette période exceptionnelle de grâce, un régime alimentaire est imposé à tous, surtout les personnes souffrantes du diabète afin d’éviter les problèmes liés à la consommation de certains aliments. Pour aborder ce sujet, nous avons approché un endocrinologue, diabétologue et nutritionniste à l’hôpital du Mali, Dr Djibril Traoré, lisez ses conseils.

Au Mali et comme dans de nombreux autres pays du monde, le mois de Ramadan est considéré comme un mois béni au cours duquel les musulmans observent le jeûne afin de bénéficier de la clémence du bon Dieu. Mais force est de constater qu’après presqu’une journée d’abstinence en alimentation, lors de la rupture, les jeûneurs ne font pas attention à ce qu’ils consomment. Toute chose qui n’est pas sans conséquence sur leur santé. Notamment concernant, ceux qui souffrent de certaines pathologies, dont le diabète.

« Le régime alimentaire est presque le même pour les personnes dont le diabète est équilibré que chez les personnes non-diabétiques. La différence c’est juste le sucre ordinaire » a déclaré Dr Djibril Traoré.

Selon lui, les personnes diabétiques bien équilibrées qui sont sur la metformine seule, peuvent avec la permission et les conseils de leur médecin diabétologue observer le jeûne du mois de Ramadan. Mais précise-t-il, s’ils sentent des signes d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie en pleine journée, elles peuvent faire le contrôle de leur glycémie. Sans réserve, il a soutenu que ces personnes après avoir constaté un niveau très bas ou très élevé doivent immédiatement procéder à la rupture de leur jeûne.

« Si c’est très bas, inférieur à 0,60, ils doivent couper le jeûne même si c’est à 5min de la rupture du jeûne et prendre quelque chose de sucré, une boisson ou le sucre ordinaire. S’ils ne le font pas cela peut entrainer des pertes de connaissance allant jusqu’au coma. Mais si c’est très élevé, il y aura les signes d’hyperglycémie, c’est des gens qui vont aller boire beaucoup, qui ont toujours la sensation de boire, la peau sèche, toujours envie de pisser, peuvent faire beaucoup de temps entre les toilettes. Et ils vont sentir la fatigue intense et en ce moment ils ont vraiment envie de boire de l’eau. Dans ces cas très élevés, ils doivent rompre le jeûne, prendre leur médicament ou appeler son médecin diabétologue sur le champ, parce que s’ils ne le font pas le taux peut s’élever jusqu’au coma diabétique » a-t-il expliqué.

D’après lui, ce qui est aussi à craindre chez les personnes diabétiques, est bien la déshydratation. Parce que, estime le diabétologue Traoré, c’est la déshydratation qui peut entrainer des complications. C’est pour cela, poursuit-il, ont leur conseille de boire beaucoup d’eau depuis la rupture du jeûne jusqu’à l’aube.

Toujours aux dires de Dr Traoré, les personnes diabétiques bien équilibrées peuvent consommer 1 à 2 dattes sans problème comme les personnes non-diabétiques, cela permettra de corriger l’hypoglycémie. Ensuite il dira que ces personnes doivent mettre leur sucre de régime dans les repas sans oublier leur médicament que ça soit au moment de la rupture ou à l’aube lors de l’observation du jeûne.

« Les aliments à index glycémique rapide, d’absorption rapide sont conseillés. C’est pour corriger l’hypoglycémie qu’on a enduré pendant la journée » a mentionné Dr Traoré. Et d’ajouter : « On doit se réhydrater au début avec de l’eau tiède, que beaucoup de gens font déjà, que ça soit avec du thé Lipton ou du Kenkenliba sucré ».

Après avoir soutenu que les diabétiques doivent continuer à faire leurs exercices physiques, Dr Traoré a déconseillé la consommation des aliments gras. Par contre, il encourage la consommation des fruits.

Jeûner avec des aliments d’absorption lente

Du début du jeûne c’est-à-dire au moment du repas de l’aube, Dr Traoré demande aux jeûneurs de consommer des aliments dont l’absorption est un peu lente, qui permettent de tenir pendant la journée. « Quand tu prends juste des aliments sucrés, tu vas trouver qu’aux environs de 10h à 11h tu es déjà en hypoglycémie c’est pour cela qu’on doit prendre des aliments consistants, copieux mais pas assez d’huile » a-t-il indiqué, tout en soulignant que ce régime est pareil chez les personnes diabétiques de même que chez les non diabétiques.

Le médecin Traoré a fait savoir qu’en ce mois de carême il y a beaucoup de cas de reflux œsophagiens. Pour lui, les aliments que consomme la plupart des personnes (sucré et riche en graisse) agissent au niveau de sphincters inférieurs de l’œsophage. Alors, précise-t-il, que si on mange normalement le sphincter inférieur de l’œsophage doit se refermer immédiatement pour que le voile alimentaire ne remonte pas de l’estomac vers l’œsophage. « Les aliments qui sont riches en lipide, en graisse et ceux trop sucrés vont agir au niveau de cette fermeture dont son action va ralentir, c’est pour cela on doit diminuer les gras » conseille Dr Djibril Traoré.

S’adressant aux personnes qui rompent le jeûne avec de l’eau glacée, il dira que ce n’est pas normal parce que le fait qu’on a passé toute la journée sans manger, l’estomac est au repos. « Ce qui est conseillé c’est de commencer la réhydratation avec de l’eau chaude, soit du thé Lipton ou du Kenkenliba un peu tiède parce que cela permet de relaxer l’estomac. Après quoi on peut consommer avec modération de l’eau glacée » a-t-il affirmé. Selon le spécialiste, le fait de rompre le jeûne avec de l’eau glacée peut provoquer des maux de ventre. Si possible, il est préférable d’attendre la prière de Maghreb avant de boire l’eau glacée » a-t-il prodigué en termes de conseils.

Pour la réhydratation forcée par la forte chaleur qui est une réalité dans notre pays, Dr Traoré ne voit pas de mal à ce que les gens se mouillent les vêtements ou utilisent les serviettes mouillées pour se rafraîchir le corps. Pour lui c’est bien de se laver plusieurs fois pendant la journée afin de se réhydrater par la voix cutanée. Et d’éviter le soleil en portant des casquettes, des chapeaux ou des serviettes.

Par Maïmouna Sidibé
Le Sursaut du 04 Mai 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés