Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Journée mondiale de la lutte contre la pneumonie : « Un environnement pollué peut-être la source d’une pneumonie »

Journée mondiale de la lutte contre la pneumonie : « Un environnement pollué peut-être la source d’une pneumonie »

Pr Toloba Yacouba : le vaccin contre la pneumonie est relativement cher et il n’est pas accessible à tout le monde

Le Professeur Toloba puisque c’est de lui qu’il s’agit est un Professeur titulaire du CAMES, chef de service de pneumologie du CHU-Point G de Bamako, et du Département Enseignement et Recherche à la faculté de médecine (DER), consultant à l’OMS pour la tuberculose multirésistante puis Secrétaire général de la société malienne pour la pneumologie (SOMAP). Dans une interview qu’il a bien voulu nous accorder à l’occasion de la journée mondiale de la pneumonie célébrée tous les 12 novembre, le Professeur Toloba, donne des explications sur cette maladie et comment y prévenir.

Afribone : Le monde entier célèbre aujourd’hui la journée mondiale de la pneumonie, c’est quoi la pneumonie ?

Toloba Yacouba : La pneumonie ou pneumopathie infectieuse, est une infection due à une bactérie qu’on appelle : le streptococcus pneumoniae ou pneumocoque, elle attaque le bas de l’appareil respiratoire comme : les poumons.

Afribone : Quelles sont les principales causes de cette maladie ?

T.Y : Comme je l’ai dit tantôt, il s’agit d’une maladie infectieuse, qui est due à une bactérie appelée : le streptococcus pneumoniae ou le pneumocoque. Certes, il y a d’autres facteurs ou organismes qui peuvent causer cette maladie néanmoins le streptococcus pneumoniae ou pneumocoque est en majorité des cas à l’origine de la pneumonie , il représente 90 % de la cause de cette maladie infectieuse.

Afribone : Quels sont les symptômes de la pneumonie ?

T.Y : Cette maladie se manifeste sur un mode aiguë, elle commence par une toux , qui est au départ sèche puis productive ; le malade fait des expectorations qui sont souvent blanchâtres mais aussi très purulentes. A cela s’ajoute les gênes respiratoires qui peuvent s’associer à la toux. Au-delà , de la gêne respiratoire on peut également noter une douleur au niveau du thorax ; il s’agit donc des trois signes respiratoires. Outre, ces trois signes respiratoires le malade peut également souffrir d’une fièvre de 39 à 40°C, il peut frissonner et peut être ébranlé par une intensive fatigabilité, une asthénie et une douleur au niveau des articulations. Ces symptômes respiratoires associés à ces signes généraux constituent un tableau de pneumonie qui évolue en mode aiguë et tout ça moins à d’une semaine.

Afribone : Comment y prévenir ?

T.Y : D’abord en ce qui concerne le traitement curatif , pour les patients, qui souffrent de cette pathologie, il faut donner des antibiotiques, des antalgiques, des antitissus. Normalement au bout de trois jours le tableau devrait être amélioré. Mais, si après trois jours l’évaluation montre qu’il n’y a pas eu d’amélioration ( changement ) des symptômes y compris la disparition des fièvres. On peut changer ces antibiotiques qui font partie de la famille d’amoxicilline pour les substituer à d’autres catégories d’antibiotiques. En ce qui concerne le traitement préventif, la pneumonie est une maladie infectieuse qui est intimement lié à l’environnement direct. Ceci dit, l’environnement pollué peut-être la source d’une pneumonie telles que : la pollution, les poussières, les fumées des particules diesel, en ville. Surtout la période de fraîcheur, au Mali en février le vent est lourd, chaud tous ces éléments sont propices pour la survie de pneumocoque. Il faut également une prévention contre le tabac, le tabagisme fragilise les poumons et peut faire la lie (cause) d’une pneumonie. A côté de ces mesures collectives, il y a des mesures individuelles, comme la vaccination contre la pneumonie. Néanmoins ce vaccin est relativement cher, il n’est pas accessible à tout le monde et ne fait pas partie du programme élargi de vaccination. Il est prescrit aux patients qui ont des poumons fragilisés, des personnes âgées ou qui souffriraient d’une bronchopneumonie chronique obstructive. Il coûte cher pour un citoyen lambda, entre 10 et 15 € soit 6550 et 9825 f CFA ce n’est donc pas donner à tout le monde de se faire vacciner.

Afribone : Quelles sont les personnes les plus exposées à cette maladie ?

Y.T : Ce sont les enfants de moins de cinq ans (-5 ans) et les personnes âgées de plus de 65 ans (+65 ans).

Afribone : Y-a-t-il un traitement en cours pour éradiquer définitivement cette maladie qui a déjà fait plusieurs cas de décès à travers le monde ?

Y.T : Bien-sûr que l’éradication est possible, c’est un problème de santé publique, il existe différents champs thérapeutiques pour contrer cette maladie. Avec le traitement dont nous disposons, l’évolution est favorable ne serait qu’à 80 , 90% et les autres 10 autres % , représentent des cas compliqués qui nécessitent une hospitalisation et une prise en charge en milieu hospitalisé et spécialisé. Cette complication est due soit au retard diagnostic soit à l’itinéraire thérapeutique du patient lorsque les malades n’ont pas accès à des soins médicaux d’une structure de santé, il peut faire de l’automédication ou avoir recours à des médicaments de la rue ou au traitement traditionnel. Très souvent ces patients nous arrivent à un stade de complication, mais je peux vous rassurer que ces complications peuvent être traitables et il y a des critères d’ hospitalisation pour les malades souffrant de cette pathologie. Sinon de façon générale, la pneumonie peut être prise en charge en ambulatoire.

Afribone : Comment le Mali célèbre-t-il cette journée ? Y-a-t-il une activité autour ?

Y.T : Je salue les autorités de notre pays d’avoir permis qu’à l’occasion de cette journée, soit réalisé à Bamako un congrès africain de pneumologie, organisé par la société africaine de pneumologie de langue française, en partenariat avec la société malienne de pneumologie du 13, 14, et 15 novembre à l’hôtel de l’Amitié, c’est l’une des activités que nos autorités nous ont permis d’organiser en célébrant la journée mondiale de la lutte contre la pneumonie qui a lieu ce 12 novembre. C’est donc une opportunité pour le Mali d’abriter ce congrès qui va réunir toutes les sommités africaines de la pneumologie et mêmes européennes afin de discuter de la pneumonie qui n’est pas le thème principal de ce congrès mais fait partie des différentes thématiques que nous aborderons.

Darcia
Bamako, le 12 Novembre 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés