Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Kati : Prière pour une Armée forte et conquérante

Aucune stratégie n’est minimisée aujourd’hui pour la sortie définitive à cette crise qui a fait tant de morts sur le sol malien. C’est dans ce cadre que les fidèles musulmans se sont donné rendez-vous, le dimanche 2 février 2020, à la grande mosquée de Kati pour une prière collective.

L’objectif était de procéder à une grande prière collective couplée à la lecture du saint coran en soutien aux Forces de défense et de sécurité. Les hôtes de cette cérémonie de prière étaient, entre autres, le ministre des Affaires religieuses et du Culte, Amadou Oumar Hass Diallo, le commandant de zone de Kati, le colonel Moussa Soumaré et l’imam de la grande mosquée de Bamako.

A l’issue de la cérémonie, le commandant de zone de Kati, le colonel Moussa Soumaré a vivement salué les leaders religieux de la ville garnison de Kati pour cette exaltante et salutaire initiative. A en croire le colonel, la prière et les bénédictions constituent des soutiens dont nous avons besoin aujourd’hui. ‘’ Nous comprenons et nous sommes confortés du fait que nos populations nous soutiennent de plusieurs façons’’, a-t-il précisé.

Pour sa part, le ministre des Affaires religieuses et du Culte, s’est réjoui de la bonne volonté des religieux à apporter leur soutien et leur accompagnement aux FAMa qui sont victimes ces dernières années de nombreuses agressions. ‘’ Ce monde croyant et adorable qui se rend compte de son rôle dans la stabilité du pays se retrouve. Ces religieux n’ont pas d’armes, mais ils ont l’arme spirituelle pour que nos enfants porteurs d’uniformes soient épargnés, afin que ces jeunes retrouvent leurs parents. Que la certitude de l’espoir ou de l’expérience soit là. Voilà pourquoi on est là, pour dire au monde religieux merci et pour exprimer nos encouragements aux ‘’FAMa’’ a commenté le ministre Diallo.

C’est pourquoi il a exhorté les leaders religieux de façon générale à tout mettre en œuvre, afin que l’opinion nationale et même internationale puisse comprendre que l’islam n’est pas une religion de haine, de mutilation ou de tuerie.

Bréhima Diallo
Le 22 Septembre du 06 Février 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés