Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Kayes : Le chef de l’État appelle au calme

Ibrahim Boubacar Keïta s’est dit très affecté par les événements qui se sont produits, hier dans la Cité des rails. Il s’exprimait à l’issue de l’audience qu’il a accordée au nouveau président de l’Assemblée nationale et au Premier ministre

« Dieu seul sait combien ce qui s’est passé à Kayes nous a atteint au cœur ». Cette phrase traduit parfaitement la peine éprouvée par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, après les événements qui se sont produits, hier à Kayes et qui ont coûté la vie à trois personnes (voir l’article de Bandé Moussa Sissoko).

Le chef de l’État s’exprimait, à l’issue de l’audience qu’il a accordée au nouveau président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné et au Premier ministre, Dr Boubou Cissé. La situation est d’autant plus regrettable, a souligné le locataire de Koulouba « que nous étions tous dans l’allégresse de la mise en place de notre nouvelle Assemblée nationale ». Et sur ce plan, a témoigné le chef de l’État, Kayes avait merveilleusement donné le ton, en surmontant de fort belle manière tous les obstacles pour élire ses cinq représentants à l’Hémicycle.

« Cela avait été salué comme le signe d’une grande maturité et d’une promesse pour l’ensemble du Mali », a insisté le président de la République qui ne s’explique pas cette soudaine détérioration du climat social dans la première région administrative du pays. « Kayes qui nous avait réjoui » et qui pouvait prédire une chose pareille ?, s’est interrogé Ibrahim Boubacar Keïta qui a estimé que seule « la volonté divine est quelque part à l’œuvre dans tout ça ». Il a alors exhorté les uns et les autres à s’en « remettre à cette volonté divine, d’essayer d’appeler à l’apaisement et d’y concourir, si possible ».

Le président de la République a appelé aussi à la retenue ceux qui se sont donnés comme mission d’exciter les passions et les colères. « Qu’ils sachent qu’ils ne servent pas le pays et qu’ils ne sont pas non plus dans une mission conforme à ce qui est attendue d’un musulman en plein mois de ramadan ». Et d’assurer que « tout ce qui concerne ce malheur sera su » et qu’il n’est dans « aucun projet du gouvernement de cacher quoi que ce soit ».

………lire la suite sur lessor.site
Le 13 Mai 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés