Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
L’Agro-industrie : Pourquoi c’est une niche d’opportunités pour les entrepreneurs ?

C’est un secret de polichinelle. L’agro-industrie est désormais LE secteur à succès où il faut entreprendre en Afrique. Le continent se trouve sur une mine d’or agroalimentaire. Mais d’abord, il convient de se poser une question : qu’est ce que l’agroalimentaire ? L’agroalimentaire est un secteur d’activité qui comprend l’ensemble des entreprises du secteur primaire et secondaire. Ils participent à la production de produits alimentaires finis. En transformant des produits vivants élevés, des plantes et fruits cultivés en produits alimentaires finis, prêts à la consommation.

En 2020, les investissements étrangers directs dans les agro-industries africaines devraient atteindre 45 milliards de dollars. Le continent est donc en pleine voie d’expansion et offre de plus en plus de possibilités fructueuses aux entreprises locales. En raison du boom de la croissance économique du continent, de la disponibilité des ressources, de l’environnement favorable à l’innovation etc...

C’est aussi le cas du Mali. En juillet dernier une attention particulière a été mise sur ce secteur et les raisons de sa croissance, lors d’un forum à l’initiative de l’Agence pour la promotion des investissements au Mali (API-Mali)-le forum innovation, certification, normalisation des produits agroalimentaires d’Afrique subsaharienne-. L’objectif était de contribuer au développement du secteur agroalimentaire en Afrique subsaharienne francophone en renforçant les capacités des femmes et jeunes entrepreneurs sur la normalisation et la certification des produits transformés localement. Pour ainsi inciter l’entreprenariat dans ce domaine et faire ressortir son importance. Au Mali comme ailleurs, l’agroalimentaire a une place de choix dans le domaine de l’entreprenariat et au niveau du secteur du développement économique des pays francophones.

Même si la chaîne de transformation de cette industrie reste entachée d’obstacles. Souvent les matières premières sont indisponibles ; certaines coûtent chères ; et l’industrie de l’emballage au Mali n’existe presque pas. Malgré cette précarité, certaines startups ont fait un pari risqué mais très judicieux. Celui d’entreprendre dans le secteur malgré ces difficultés susmentionnées ( qui ne sont pas du tout exhaustives ) pour proposer à leur clientèle des produits locaux transformés sur place et 100% naturel.

Zaabban Holding : une startup JUTEUSE !

Sa promotrice, Aïssata Diakité a su saisir une opportunité qui lui vaut la chandelle aujourd’hui. Elle est ingénieure en agro-business et dit être née avec l’idée de Zabbaan. L’entreprise est classée aujourd’hui parmi les meilleures entreprises agroalimentaires innovantes d’Afrique. Zabbaan holding possède une gamme de 10 produits aux goûts fruités issue du Mali. Chaque jus porte un nom, un parfum et une couleur qui lui est propre. Un coup de marketing de l’expert ! Les produits Zabbaan sont à un prix imbattable de 300 franc CFA, donc accessible à toute couche sociale. Aujourd’hui, elle est exporté dans certains pays de la sous-région (le Bénin, le Niger, le Burkina Faso et le Togo), et aussi vers la France avec une e-boutique dédié à la livraison, l’objectif de Zabbaan holding est d’être présent dans toutes les grandes capitales de l’Afrique de l’ouest d’ici l’année 2020.

MAYA : des saveurs maliennes aléchantes

L’entreprise Maya est une société malienne qui produit des sauces, des marinades à la saveur purement locale ! Ses produits sont tous issus de l’agriculture locale pour ; d’un côté diminuer les pertes des vendeuses au détail et d’un autre côté pour sauvegarder l’essence 100% made in Mali de ses produits finis. L’entreprise Maya a l’ambition de faire de la culture locale une mine d’or exploitable en toute facilité. Pour parvenir à ses fins, l’entreprise compte s’implanter partout en Afrique. A commencer par le Burkina faso et le Sénégal où elle s’est déjà implantée. Maya, ce sont des produits pas chers ( entre 750 à 1500 FCA) et surtout pratiques pour une clientèle de toute classe sociale qu’elle veut : satisfaite et surtout engagée pour “le consommer local”. La CEO de MAYA n’a pas choisi ce créneau de façon anodine. Pour elle : “ l’agroalimentaire est un secteur porteur car il est à cheval entre deux secteurs stratégiques à savoir l’agriculture et l’industrie. Ainsi, pour que l’agroalimentaire puisse bénéficier au mieux à notre pays, les entrepreneurs qui s’investissent dans ce secteur doivent faire travailler les chaînes de valeur agricole d’une part, et d’autre part avoir une vision ambitieuse et structurée de leur business et d’aller vers l’industrie car c’est ainsi qu’on pourra créer des emplois et contribuer fortement à l’économie locale”.

Boubou Lait : une start-up pure comme du lait

Boubou Sangho, le CEO de Boubou lait, est un entrepreneur malien qui gère actuellement cette petite société laitière, fondée en 2017. Boubou Lait transforme le lait frais local en yaourt, fromage et autres produits laitiers. Ces processus de transformation novateur sont uniques à Bamako. Car l’entreprise propose une gamme de produit uniquement fait à base de lait local conservable sur un long terme. Malgré la concurrence étrangère et locale, la société semble tirer son épingle du jeu en proposant des produits différents de ces prédécesseurs, qui eux, utilisent souvent des produits chimique ou des lait en poudre. Selon M. Sangho, le secteur qu’il a choisi d’entreprendre est “un secteur d’avenir qui va dominer le marché de l’économie mondiale”. On peut lui accorder cette vérité, surtout si l’on sait que l’entreprenariat agro-industriel n’est pas une mode éphémère. Car on se nourrit tous les jours.

On peut citer aussi Sahel Infusion, Dickel product, Bara musso etc...Une panoplie d’entreprises maliennes sont aujourd’hui inscrites dans ce domaine.

Le secteur agroalimentaire au Mali comme en Afrique constitue un enjeu purement stratégique en faveur de l’industrialisation et du développement du continent. En Afrique, il pèse près de 313 milliards de dollars. Il permet également d’employer 70 % des populations les plus pauvres d’Afrique. Avec l’implication de l’ensemble de la chaîne de valeur : production agricole, transformation secondaire, distribution et vente aux consommateurs. De plus l’industrie agroalimentaire africaine aura une valeur d’1 milliard de dollars d’ici 2030, selon les Nations unies. Ceci à cause de l’implication gouvernementale pour soutenir des projets agro-industriels, en leur offrant plus de “facilité” et d’attention on ne peut plus particulière. N’est ce pas là un boulevard d’opportunité pour les entrepreneurs ?

Aissata Keita

Bamako, le 23 Novembre 2018

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés