Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  A lire !
L’hypertension artérielle ou le tueur silencieux

Hypertension artérielle ! L’hypertension artérielle ou le tueur silencieux est une maladie chronique qui est très fréquente de nos jours.

L’hypertension artérielle est un véritable problème de santé publique. Elle touche environ 20 % de la population mondiale. D’après Dr. Lassana Fofana, cardiologue à la clinique le Ficus, “30 % des Africains sont hypertendus. Il y a un peu plus d’un milliard d’hypertendus à travers le monde“.

Au Mali, le taux de prévalence se situe entre 25 à 30 % de la population. Selon Issiaka Samaké, médecin généraliste à la clinique Sahel de Daoudabougou, “une hypertension artérielle c’est une élévation de la pression artérielle. C’est le flux du sang qui circule dans les artères qui augmente“.

La tension artérielle est une maladie fréquente chez les personnes âgées de 65 à 75 ans, 30 à 40 % des femmes et 50 % des hommes souffrent d’hypertension artérielle selon les chiffres de l’OMS. Selon le médecin, le moment propice pour faire un contrôle d’hypertension est le matin. C’est pourquoi, dans chaque centre de santé, il y a des jours spécifiques pour la consultation. Au Centre de santé communautaire de Daoudabougou (Asacoda), chaque vendredi de l’aube à 10 heures, les hypertendus sont consultés.

L’hypertension artérielle est une affection cardiovasculaire grave qui altère rapidement et de façon considérable la qualité de vie du patient. Elle diminue par la même occasion son espérance de vie si aucune prise en charge n’est entreprise à temps.

De façon générale, il est difficile de distinguer les causes de l’hypertension. Sur le plan symptomatique, la maladie ne présente aucun ou peu de symptômes pouvant alerter le patient. Elle est habituellement découverte pendant des examens médicaux de routine. Selon Dr. Lassana Fofana cardiologue à la clinique le Ficus, “dans 80 % des cas, on ne retrouve aucune cause à la base de l’hypertension artérielle. En ce moment, on parle d’hypertension artérielle essentielle. Les 20 % des cas restants sont de causes congénitales”.

Parce que plusieurs personnes sont hypertendues sans le savoir que la maladie est surnommée “le tuteur silencieux”. Aux dires de Dr. Lassana Fofana, “il arrive qu’on ne ressent rien du tout. Au moment où les signes se manifestent, il est souvent trop tard”.

Il arrive aussi que la tension artérielle se manifeste par des maux de tête, des vertiges, des bourdonnements dans les oreilles, des troubles de la vision ou des saignements de nez, selon le Dr. Issiaka Samaké.

L’hypertension artérielle se présente comme le contraire de l’hypotension qui est une maladie peu fréquente et qui se caractérise par une baisse considérable de la tension artérielle.

HYPERTENSION

Les jeunes ne sont pas à l’abri

Longtemps considérée comme une maladie de vieillesse, l’hypertension est maintenant découverte chez de nombreux jeunes. Le tabac la drogue, l’abus d’alcool etc., sont des facteurs favorisants. Selon Dr. Lassana Fofana, “de plus en plus de personnes fument, et fument de plus en plus jeunes. Les fumeurs sont plus exposés à l’hypertension artérielle”.

Il ajoute qu’une alimentation trop riche en sel, en graisse, en sucre finit par rendre les artères rigides donc élever la pression artérielle. La sédentarité, l’obésité, le diabète entrainent l’hypertension artérielle. “Il y a beaucoup de facteurs qui interviennent dans la survenue de l’hypertension artérielle chez les personnes aussi bien âgées que chez les sujets jeunes. Ce n’est plus la maladie des personnes âgées ni les riches, ça peut arriver chez tout le monde”.

TYPES

Il existe plusieurs sortes

L’hypertension se développe sous plusieurs formes. Il y a “l’hypertension artérielle essentielle“ liée à l’âge, à l’hérédité (surtout chez les hommes) et aux habitudes de la vie. Ainsi l’obésité, l’abus d’alcool, le tabagisme, le stress, la sédentarité contribuent à l’hypertension artérielle.

“L’hypertension artérielle secondaire“, par contre peut résulter d’un autre problème de santé comme les reins ou une anomalie congénitale de l’aorte. Elle peut aussi provenir de l’usage fréquent de certains médicaments, par exemple les anti-inflammatoires, qui créent une rétention d’eau et de sel. La consommation de drogues et des amphétamines peut être aussi une cause. L’hypertension secondaire apparaît plus soudainement et la tension artérielle est souvent plus élevée.

TRAITEMENT

Le coût en fonction de la bourse et de la maladie

Une analyse des coûts de traitement médicamenteux d’hypertension artérielle a montré que les Africains ne peuvent se permettre les traitements classiques c’est pourquoi il existe des traitements moins chers qui peuvent permettre à la personne hypertendue de vivre avec sa tension tout en suivant des régimes et des médicaments prescrits par le médecin.

Selon Issiaka Samaké, “l’HTA se soigne selon la forme, pour les HTA pas sévère, il y a le régime qui est là, on peut dire aux patients de ne pas manger le sel à partir de 16 heures. Au-delà de ça ils peuvent commencer le traitement avec les médicaments”.

Le régime est un facteur de guérison très important pour une personne hypertendue c’est pourquoi pour le traitement, il faut soumettre le patient à un régime hygiéno-diététique ne pas manger trop de sel ne pas fumer, arrêter de boire de l’alcool, perdre du poids soigner son diabète, faire un peu de sport ça c’est le régime hygiéno-diététique.

Après avoir conservé le régime si la tension ne baisse pas alors le médecin est appelé à prescrire des médicaments.

Aux dires de Dr. Lassana Fofana, il appartient au médecin de prescrire selon les cas, selon la nature de l’hypertension. Il prescrira un, deux, trois ou quatre médicaments, ça dépend de l’importance des chiffres.

Le prix des médicaments varie en fonction de l’état du patient. Dans plusieurs pharmacies, le nombre de médicament d’hypertension artérielle vendu par jour est très élevé. D’après Ousmane Guindo pharmacien à Daoudabougou, “les médicaments d’hypertension artérielle se vendent par jour comme du petit pain”.

Pour des conséquences sont multiples

L’hypertension artérielle peut causer beaucoup de problèmes chez une personne. Méconnue ou mal soignée, l’hypertension cause de graves dommages aux artères du cerveau, du cœur et des reins devenant ainsi une source de complications graves, notamment d’accident vasculaire cérébral, (AVC), d’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque et l’insuffisance rénale. Toutes ces complications peuvent aboutir à la mort. Selon Dr. Lassana Fofana, “les complications peuvent toucher soit le cœur, soit le cerveau ou le rein. Pour le cœur vous pouvez avoir une insuffisance cardiaque, des troubles de rythmes qui conduisent à l’arrêt du cœur, crise cardiaque vous pouvez avoir aussi des attaques cardiaques de type infarctus de myocarde c’est-à-dire que le cœur ne recevant pas de sang par ce que les vaisseaux coronariens…”.

Toujours selon lui, “pour le cerveau, soit les artères pètent, donnant une hémorragie cérébrale et un AVC, soit les vaisseaux abimés entrainent une hémorragie ou une coagulation du sang. On appelle ça l’accident vasculaire isthmique”. Il est conseillé aux hypertendus de suivre régulièrement un régime sans sel et de faire de leur exercice physique comme marcher au moins 30 à 40 minutes par jour et de se faire consulter le plus souvent possible.

Pour les femmes enceintes, l’hypertension artérielle est la première cause de mortalité périnatale. 9 % des fœtus de femmes hypertendues meurent et 15 % seront hypertrophiques.

PORTRAIT

Moi, trentenaire et hypertendue

Fatoumata Bourama Tangara est une jeune femme âgée de 30 ans qui est atteinte d’hypertension artérielle depuis un peu plus de deux ans.

Fatoumata est une jeune diplômée sans emploi qui vit avec la tension et qui se bat chaque jour contre cette maladie pour trouver des traitements adéquate.

Fatoumata est une personne qui s’énerve assez vite car elle bégaie un peu, elle se sent souvent stressée et ne dort pas beaucoup d’après elle. Tous ses signes sont des facteurs de déclenchement de l’hypertension artérielle.

Elle est effrayée à l’idée d’être une hypertendue. Elle ignore comment elle a attrapé cette maladie car dans sa famille personne n’a la tension. Elle se sentait fatiguer à chaque fois qu’elle faisait de l’effort physique en plus, elle se sentait obèse dès lors elle a jugé utile d’aller faire un examen dans un centre communautaire de Daoudabougou. C’est lors de cet examen qu’on a découvert l’hypertension artérielle chez elle. Selon Fatoumata “au début j’ai eu peur, je me suis dit hypertension ! Je suis jeune ! Même maintenant j’ai peur de cette maladie”.

Elle fait des analyses pour chercher la cause de sa maladie et de pouvoir trouver un moyen de guérison totale même si elle sait tout de même que c’est une maladie chronique, elle espère quand même trouver une solution définitive. Selon Fatoumata “je fais des analyses maintenant, je me suis rendu à l’hôpital Luxemburg, ils m’ont prescrit des analyses à faire, car je veux vraiment que cette maladie se guérisse pour de bon”. Elle a peur de vivre avec cette maladie qui en occurrence peut être la cause d’une crise cardiaque car elle n’est pas encore mariée ni n’a des enfants. Elle suit le régime que lui a prescrit le médecin en plus, elle prend ses médicaments régulièrement.

Malgré sa maladie, elle dit qu’elle aime jeûner c’est pourquoi au début de ramadan elle a commencé à jeûner. Mais des fois si sa tension artérielle monte, elle laisse le jeûne pour un temps. “J’ai jeûné huit jours et ma tension artérielle a augmenté dès lors j’ai laissé le jeûne pour un temps”. Toutefois, si sa tension artérielle chute, elle reprendra le jeûne.

Dossier réalisé par

Djénébou Kané
Le Mali Tribune du 29 Mai 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés