Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  A lire !
La Chicha : elle serait bien plus nocive que la cigarette

Fumer la chicha est une pratique extrêmement dangereuse. Hélas, les citoyens lambda particulièrement la jeunesse s’adonnent à cette pratique néfaste pour leur santé et leur vie sociale.

Cette nouvelle tendance commence à se faire connaitre par les services sanitaires maliens. Si sa consommation n’était pas associée à certains problèmes de santé, de nos jours, on constate dans la tranche d’âge des 20 à 30 ans, qu’un bon nombre de problèmes de santé en découle.

La plupart des maliens ont commencé à connaître cette pratique à travers le retour des étudiants du Maghreb. Ces derniers y ont ajouté des substances hallucinogènes comme les drogues douces.

De nos jours, les nouveautés de tout genre intéressent la jeunesse. Il faut donner une impression « d’être à jour » sur la toile concernant le monde actuel. Au-delà de ce phénomène de mode, certaines jeunes se laissent juste influencer par leurs camarades dans la consommation de la Chicha.

La chicha serait bien plus nocive que la cigarette

Comparée à une cigarette, la chicha apporte au fumeur 125 fois plus de fumée, 25 fois plus de goudron, 2.5 fois plus de nicotine et 10 fois plus de monoxyde de carbone.
Ce que ces jeunes ignorent, c’est qu’il s’agit bien de tabac. L’aromatisation sucrée de ce tabac et l’humidification de la fumée la rendent certes moins irritante qu’une fumée de cigarette, mais ce n’est qu’une question de sensation.

Elle a des effets négatifs sur la jeunesse.

Il y a tout d’abord les risques sanitaires. La Chicha est une pipe à eau dans laquelle on introduit un mélange de tabac et de la mélasse. Le tout embrasé par un morceau de charbon déposé sur un fils en aluminium qui est aspiré par un utilisateur à l’aide d’un tuyau. On peut constater qu’il y a plus dangereux que le tabac ou la cigarette car on peut trouver dans la chicha du monoxyde de carbone et du goudron.

On peut ensuite constater une dépendance à celle-ci. Plus on fume la Chicha, plus l’envie augmente. Celui qui fume et consomme de la Chicha se crée des problèmes de santé. Les maladies liées à sa consommation sont entre autres : le cancer, les complications cardio- vasculaires, les bronchites et autres problèmes respiratoires.
Enfin la consommation à plusieurs de la pipe à chicha favorise l’apparition de maladies microbiennes et virales également.


Quel regard porte-t-on sur une fumeuse de chicha ?

Les jeunes garçons qui sont à l’origine de cette introduction de la Chicha au Mali sont considérés par leurs pairs comme étant des enfants nantis et cotés. Ils fréquentent des filles qui épousent leur penchant pour les pratiques extravagantes. Dans les cohortes d’étudiants, il y aussi des filles qui ont déjà consommé la chicha.


La Chicha : Un phénomène a risque !

De nos jours, fumer la chicha est de plus en plus pratiqué par les jeunes maliens. Ils ignorent que cette pratique nuit gravement à leur santé. Jacques Saye, un chirurgien thoracique et cardiovasculaire de l’hôpital du point G nous édifie sur a question

En quoi consiste la Chicha selon vous ? De quoi est-elle composée ?

JS : La Chicha est une grande pipe qui sert à fumer le tabac. C’est une pratique qui ne date pas d’aujourd’hui. Elle est originaire du monde arabe. Mais au fil du temps la pratique s’est développée et a pris beaucoup d’ampleur. Aujourd’hui c’est devenu un problème mondial où presque la majorité des jeunes, que ça soit en Afrique ou dans d’autres pays, s’adonnent à cette pratique.

Quel est son impact sur la santé ?

JS  : Fumer la chicha est une manière de fumer le tabac. Même si la manière de fumer est différente de celle de la cigarette. Et là, la fumée passe d’abord dans l’eau avant que la personne ne l’aspire. Certains pensent que la fumée de la chicha est saine par rapport à celle de la cigarette. Ils pensent que ça rends moins malade. Maintenant l’effet sur la santé est connu. Le tabac, de façon général, a un risque croissant de développement des maladies. Et ces maladies peuvent être des maladies respiratoires, cardiaques, des vaisseaux et surtout le cancer. Mais si on essaie de voir il n’y pas quand même beaucoup d’études sur le plan scientifique en ce qui concerne la fumée de la chicha.

Cette fumée contient certaines substances qui sont très toxiques. Et ces substances sont très connues. C’est l’émonoxique, le carbone, la nicotine, le goudron, les hydrocarbures aromatisés, les métoniens. C’est vrai qu’il y a différentes formes de tabacs qu’on utilise dans la chicha et ces tabacs sont enveloppés dans de l’aluminium. Généralement, il est déposé sur une douille et sur laquelle on met une brèche de charbon qui va brûler de façon progressive le tabac. Donc, la fumée va passer dans l’eau à travers un tuyau que la personne doit aspirer.

Quelle est la différence entre la chicha et la cigarette ?

JS : La différence réside à plusieurs niveaux. Il y a trois formes de tabacs qu’on utilise dans la chicha. Chaque forme de chicha a des teneurs de tabacs qui diffèrent d’une forme à une autre. La forme la plus utilisée est celle qui contient environ 28 à 30 % de tabacs et 70 % d’armons c’est-à-dire des substances, des fruits ou d’autres juste pour donner un goût. Il s’agit seulement du tabac pur, des feuilles de tabac qui ont été lavée seulement mais on va les emballer et en ce moment la teneur est beaucoup plus grande que la première forme.

La deuxième différence insiste sur la fumée. Le problème est que le fumeur ne va pas fumer directement celle qui vient du tabac, mais cette fumée passe d’abord par l’eau et la personne va aspirer surtout la vapeur de la fumée. Et on pense qu’environ 2/3 des substances qui sont contenus dans la fumée sont absorbés par cette eau-là alors qu’il y a une petite quantité sur les 2/3 consommée par la personne. La durée d’exposition à la fumée de la chicha est grande par rapport à la cigarette. Bien vrai que certaines substances sont absorbées par l’eau, il y a les 1/3 qui sont aspirés par le consommateur lui-même. Et cela aussi diffère en fonction de la forme de tabac utilisé.

Peut-elle avoir des bienfaits ?

JS  : La chicha n’a pas de bienfaits. En fait, je ne vois en aucune manière les bienfaits de la chicha. Mais les adeptes pensent que c’est beaucoup plus saint que la cigarette mais ce n’est pas tout à fait le cas.

Quelles seraient les conséquences de la chicha sur la femme ?

JS : Je vais juste m’appesantir sur la femme enceinte. Il a été prouvé que la femme enceinte qui continue à fumer la chicha a de fortes chances de donner naissance à des nouveaux nés ayant un poids minime par rapport à la normal. Ça peut être diminué d’1 kilo 500 ou bien au-delà de cela. Donc ça diminue le poids à la naissance des enfants. Ces nouveaux nés ne sont pas prématurés mais ils n’atteignent pas le poids normal.

La chicha a-t-elle les mêmes effets secondaires que la cigarette ?

JS : Il est un peu difficile de répondre à cette question. Parce que pour aisément expliquer ce problème, il faut qu’il ait des études qui prouvent réellement les conséquences de la chicha et de la cigarette. J’ai dit qu’il n’y a pas eu assez d’études sur la fumée sinon la chicha de façon général. Donc ça limite un peu nos connaissances sur les effets que peuvent entraîner la chicha sur la santé. Mais ce qui est sûr, c’est que les constituants de la chicha sont presque les mêmes constituants que la cigarette sinon plus même. Parce que la fumée de la chicha contient le monoxyde de carbone. Et toutes ces substances sont toxiques pour les poumons. Je vous ai aussi parlé des maladies respiratoires, du cancer de poumon… Donc elles ont presque les mêmes effets mais la teneur varie.

Pour finir quel conseil vous pouvez donner aux fumeurs de chicha, particulièrement aux femmes ?

JS : Je conseille surtout de préserver sa santé car mieux vaut se préserver que de se soigner. D’où le dicton « prévenir vaut mieux que guérir. »


La Chicha, source de son pire cauchemar !

Fatim est une jeune fille de 18 ans résidant à l’Hippodrome. Elle raconte son histoire qui est devenue pour elle son pire cauchemar.

« Les samedis soirs, mon copain et moi allons en boite. Il nous achète des boissons et parfois de la nourriture. Tout à commencer ce soir où il m’a donné de la chicha à fumer. J’étais réticente au début mais mon amour pour lui a pris le dessus. J’ai commencé à prendre goût à la chose et maintenant je ne plus m’en passer. Dès que je vois la chicha, j’ai toute de suite envie de fumer. Mon amour pour mon copain m’a poussé à devenir esclave de la chicha. Actuellement, je ressens le fort besoin d’arrêter mais je n’y arrive pas. »

La chicha est la source de graves maladies chez certains notamment Fatim.
« Accompagnée par ma mère, je suis allée à l’hôpital pour des raisons de santé. Il a été détecté que j’étais cancéreuse au niveau du poumon. Le médecin m’a demandé si je fumais de la cigarette et j’ai répondu par le négatif. Je voulais garder mon problème pour moi mais avec l’aide du docteur, je me suis confiée. Ma mère, choquée par cette histoire, ne pouvait placer mot. Le médecin m’a donné un diagnostic à faire avant de commencer avec le traitement même. Rentrées à la maison, j’ai appelé mon copain pour lui en parler. Hélas, il n’a rien voulu savoir et on a rompu au final. Dans ma famille, seule ma mère me soutient. Mon père étant un homme catégorique me rappelle dès qu’il en a l’occasion ses réprimandes du moment. Maintenant, je vis mon pire cauchemar. »


La Chicha : ‘‘elle ternit l’image’’

La chicha n’a pas une origine fixe. Elle remonte vers 1320 en Ethiopie selon certaines sources. Pour d’autres elle prend ses sources dans les pays arabes, en Inde, en Egypte et en Iran.

De nos jours, la chicha est un rôle prépondérant dans la vie de la jeunesse. La majorité des jeunes la consomme. Et même les filles s’y mettent.

« La plupart des jeunes fument la chicha pour montrer à leurs camarades qu’ils sont à la mode ou à la page. En tant que sociologue, je pense qu’un fumeur de chicha est à l’image d’un jeune déviant. Il est incompréhensible pour la société de voir une fille consommer la chicha car elle sera alors considérée comme une fille sans éducation. J’implore la jeunesse d’arrêter de consommer la chicha car elle est nuisible pour la santé et elle ternit l’image. » Dixit El Hadj Sidi Diawara, sociologue.

Dossier réalisé par Fanta Mariko,
Stagiaire,

Bamako, le 25 Mars 2019

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés