Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actualité
« La priorité au Mali, c’est la bonne gouvernance afin d’avoir un changement positif »

Moussa Sinko Coulibaly, président de la Ligue démocratique pour le changement : « La priorité au Mali, c’est la bonne gouvernance afin d’avoir un changement positif »

Moussa Sinko Coulibaly, président de la Ligue démocratique pour le changement était l’invité du débat politique dénommé « Jôkônô » de la Radio Joliba (105.0 FM), le lundi 16 septembre 2019. Au cours de cette émission animée par le journaliste Moussa Timbiné, l’invité Moussa Sinko Coulibaly a appelé les plus hautes autorités du Mali à faire preuve de bonne gouvernance pour un changement positif. « La toute première priorité au Mali, c’est la bonne gouvernance afin d’avoir un changement positif », a-t-il dit. Peu bavard sur l’affaire de disparition des 21 bérets rouges à laquelle ses anciens compagnons dont Amadou Aya Sanogo sont impliqués, Moussa Sinko Coulibaly a invité la justice malienne à trancher l’affaire conformément à la loi.

Répondant aux questions de l’animateur du débat politique en langue Bambara, l’invité Moussa Sinko Coulibaly a fait savoir que le peuple a le droit de réclamer la route, l’éducation, la santé et la sécurité. Tout au long de ce débat, le général Moussa Sinko Coulibaly, candidat à l’élection présidentielle de 2018 a invité les gouvernants maliens à faire preuve de bonne gouvernance pour un changement positif. « La toute première priorité au Mali, c’est la bonne gouvernance afin d’avoir un changement positif », a-t-il dit. Il a dénoncé la corruption au Mali.

Pour lui, les dirigeants actuels ont une grande responsabilité dans la situation difficile que traverse le Mali. A l’en croire, ces difficultés ont pour nom : la corruption, l’insécurité, le conflit intercommunautaire. Il a fait savoir que le régime du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) est « incapable d’assurer un cadre de vie meilleur pour les Maliens ». Il a aussi expliqué les raisons de sa démission de l’armée. Le général Moussa Sinko Coulibaly a fait savoir qu’étant dans l’armée, il ne pouvait pas faire la politique. S’agissant de l’affaire Amadou Aya Sanogo, il a fait savoir que ladite affaire est pendante devant la justice. « Nous demandons à la justice de trancher l’affaire conformément à la loi, que le coupable soit condamné et l’innocent soit relaxé. Nous avons confiance en la justice et resterons derrière la justice malienne », a-t-il dit.

En outre, il a signalé que le dialogue national inclusif occulte des points essentiels. Concernant l’Affaire Bakary Togola, il a apprécié l’initiative de la justice tout en souhaitant la bonne gestion des deniers publics. Par ailleurs, il trouve que le bilan du président IBK n’est pas reluisant. Avant de mettre l’accent sur la fraude électorale, l’insécurité au Mali.

A cet effet, il a souhaité un changement au Mali. Selon lui, les responsabilités doivent être situées par rapport à l’affaire d’avions militaires cloués au sol. En ne le faisant pas, dit-il, le président IBK encouragera la corruption au Mali. Le président de la ligue démocratique pour le changement a fait savoir que son parti œuvre pour tout ce qui est bon pour le Mali.

Aguibou Sogodogo

Le Républicain du 19 Septembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés