Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  A lire !
Le rôle d’un leader religieux est-il de dénoncer ou d’imposer un système politique ?

Ce que pensent les Maliens.

Au cours d’un congrès, tenu le 3 août à la maison des aînés de Bamako, l’imam Mahmoud Dicko, ancien président du haut conseil islamique déclarait : « il est temps qu’on impose ce qu’on croit être bon pour le pays », avant de poursuivre : « il faut changer le système, changer ceux qui ne peuvent pas faire ce travail ». Des propos qui ne font pas l’unanimité au sein de la société civile, les Maliens s’interrogent désormais sur le rôle d’un leader religieux. Nous avons saisi l’occasion pour tendre le micro à quelques citoyens qui donnent leurs opinions.

Pierre Dakouo, enseignant : « Le religieux a le droit de dénoncer un système politique. »

Un leader religieux est un citoyen comme tous les autres ; donc il doit pleinement participer au développement de son pays. Le religieux n’est pas hors de la société, encore moins doté de superbes pouvoirs. Lorsqu’il remarque des failles dans un système politique, le religieux a le droit de dénoncer ce qu’il trouve anormal.

Mahamadou Dembélé, informaticien : « Son travail ne consiste pas seulement à présider les cultes »

Un leader religieux est avant tout un citoyen, c’est un patriote comme tout autre. Il a souci des problèmes sociaux, politiques et religieux. Il est celui qui se soucie de l’avenir de son pays comme tout autre dirigeant ou politicien. C’est une personne dotée d’une conscience et d’une bonne moralité ; le travail d’un religieux ne consiste pas seulement à présider les cultes. Une personne qui est reconnue dans le domaine de la religion peut toutefois se faire connaitre sur d’autres sphères (couches) de la nation. Quand un politicien décide de devenir un religieux, cela n’embête personne. Mais lorsqu’un religieux décide de faire de la politique, les gens en font un problème. D’ailleurs, de nos jours il est rare de voir un politicien qui n’appartient pas à une confession religieuse. Si un leader religieux ne prend pas les armes pour imposer sa vision en utilisant le dialogue bien sûr comme arme et bien d’autres outils de la démocratie, je dirais qu’il est dans son plein droit, en ce moment il devient aussi un démocrate.

Reine Diarra, étudiante en droit : « Observer un système politique sans s’imposer en maître. »

Si nous nous referons à l’histoire de notre pays, la religion s’est toujours engagée dans la vie politique. La collaboration entre Les hommes politiques et les responsables religieux a toujours existé ; ce qui a donné aux leaders religieux de notre pays une certaine légitimité.

Aujourd’hui , voir un leader religieux se reconvertir sur la scène politique est quelque chose d’inadmissible.

Cependant, les religieux peuvent observer de loin un système politique sans s’imposer en maître ou en opposant politique. Dénoncer une situation incohérente ne fait pas d’eux des politiciens.

Christelle Pauline Dobion, étudiante en droit : « Il peut s’opposer à un régime politique et non s’imposer. »

Un imam, un prêtre, ou un pasteur ne peut imposer un système politique. Par ailleurs il peut s’opposer à un régime politique qu’il considère incompétent ou corrompu ; sans inciter le peuple à la violence ou à un soulèvement contre les dirigeants politiques. Or, de plus en plus nos leaders religieux ont tendance à oublier leur rôle primaire, qui est celui de la profusion et du maintien de la cohésion sociale. Ils s’intéressent plus à la politique plutôt qu’aux affaires religieuses.

Darcia
Bamako, le 08 Aout 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés