Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Législatives de mars 2020 : Quelle Assemblée nationale pour notre pays, en 2020 ?

J’avais de la peine à comprendre nos politiques, maintenant je suis plus confus que jamais. Aussitôt annoncées pour le 29 mars, premier tour, ces élections législatives ont donné de véritables équations du second degré à plusieurs inconnus aux différents états-majors des partis politiques.

À l’analyse, tout le monde semble opter pour la solution facile à savoir laisser l’orgueil, faire fi de toute philosophie politique, jeter à la poubelle la dignité d’homme, pour ne viser que l’hémicycle. Pour cela toutes les portes sont permises, l’essentiel étant d’y entrer. Chacun des partis ayant pris conscience de son incapacité à pouvoir mobiliser le peuple autour de leurs idéaux, ne pouvait prendre le risque de cavalier seul de peur de se voir hors de la grande salle climatisée de la représentation nationale. C’est pourquoi, à la stupéfaction générale, les Maliens assistent aujourd’hui à des alliances de tous genres ne répondant à aucune logique politique.

Tout se passe comme si l’essentiel c’est d’être élu. Mais après les élections, quel type d’Assemblée vont- ils fournir aux Maliens ? Pouvons-nous encore parler de majorité et de l’opposition quand on sait qu’elles y sont toutes rentrées ensemble main dans la main ? Quel sort serait réservé à notre démocratie si chèrement acquise ?
Tout ce que j’ai à dire c’est de demander sinon de supplier ces politiciens d’avoir un peu de respect pour notre conscience populaire. La politique, c’est la politique, certains me le rappelleront peut être mais je trouve qu’elle ne peut être dénuée d’une certaine dose de dignité et de respect de ses propres convictions car, la décence existe même en politique.

On ne saurait mettre les œufs et les cailloux dans le même vase prétextant que l’essentiel est d’arriver à bon port. Je n’ai aucune leçon de politique à donner à qui que ce soit, très loin de mes intentions ; mais des alliances contre nature me donnent la nausée de la politique dans mon propre pays.

Daouda DOUMBIA
L’Inter de Bamako du 17 Février 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés