Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Lutte contre la corruption : La plateforme appelle à une révolution des consciences

Au cours d’un meeting de soutien à l’armée malienne, Pr Clément Dembélé annonce une révolution des consciences ou révolution citoyenne pour faire la guerre aux auteurs corrompus impliqués dans l’affaire d’achat d’avions militaires et les dirigeants qui escamotent le denier public. C’était le samedi 31 août dernier au pied du Monument de l’Indépendance.

Sous un soleil de plomb, la Plateforme de lutte contre la corruption et le chômage (PCC) sous la houlette de Pr Clément Dembélé, des associations et clubs ayant le même but, ont battu le pavé pour dénoncer les différents maux qui mettent en péril notre armée et notre société. Sur les pancartes brandies par les manifestants :« l’armée, notre fierté et notre outil de défense. Nous voulons que l’armée reste hors de la corruption », « Nous voulons une armée structurée et non corrompue » etc.

Après avoir rendu hommage aux militaires tombés sur le champ d’honneur, aux civils tués et à leurs familles, Pr Clément a invité les Maliens à une révolution des consciences, ou encore à une révolution citoyenne pour redonner au Mali son statut d’antan.

Pour lui, le Mali est loin d’être un pays pauvre : « Nous sommes ici pour rappeler que le Mali n’est pas un pays pauvre, mais un pays tout simplement pauvrement géré. Nous sommes ici pour rappeler que désormais la révolution des consciences a pris son chemin, nous sommes là pour rappeler que désormais la révolution citoyenne a commencé. … Nous ne sommes pas là pour revendiquer ou réclamer des faveurs mais plutôt pour réclamer notre droit, nous sommes là pour qu’on rende aux Maliens ce qui appartient aux Maliens.

Nous n’accepterons plus que la corruption soit érigée en valeur dans ce pays, nous n’acceptons plus que les dignes fils de Soundjata, de Dah Monzon, de Sé Djossé Traoré, de Samory, de Tiéba et Babemba se reconvertissent quelques uns en bandits organisés au sommet de l’État pour mentir, tromper et trahir le peuple malien.

Cette prise de conscience que nous avons aujourd’hui, nous conduira jusqu’au bout parce que quelque soit la forme de la lutte que nous allons entamer, nous ne nous retirerons pas, nous irons jusqu’au bout parce que nous croyons en ce Mali, nous croyons au peuple malien, nous croyons que le Mali peut devenir un autre Mali, nous croyons que nous allons vivre dans un Mali de justice, une justice pour le Malien, une justice de soutien, d’accompagnement, une justice de vérité.

Nous croyons à un pays où chacun pourra retrouver sa valeur, son droit et son devoir. Nous n’accepterons plus qu’on vole 250 milliards FCFA au Mali, parce que les 250 milliards ne sont pas volés par les paysans maliens, ce ne sont pas les artisans maliens qui volent, ce sont plutôt ceux-là qui ont été à l’école malienne, qui sont dans les bureaux climatisés des maliens et qui n’ont pas honte de vendre leurs signatures, qui n’ont pas honte de prendre la part des Maliens, qui n’ont pas honte de mettre la main sur le denier public et nous allons nous lever ensemble pour mener notre propre révolution qui est la révolution des consciences, la révolution citoyenne », a déclaré Pr. Clément Dembélé.

Bourama Camara

Le challenger du 06 Septembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés