Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Inter de Bamako
Lutte contre la corruption : Le combat est vraiment engagé !

Le président Modibo Kéita avait coutume de dire : « Lorsque les propriétaires deviennent des spectateurs, c’est le festival des brigands. »

Le président Ibrahim Boubacar Kéita a voulu que l’année 2014 soit l’année de lutte contre la corruption et la délinquance financière. Ce n’est qu’en 2019 que des patriotes maliens ont engagé le vrai combat. Ainsi, depuis un certain temps, le Pr Clément Dembélé et le procureur Mamadou Kassogué font positivement parler d’eux. Bien de Maliens se demandent si cette œuvre patriote ne va pas s’arrêter en si bon chemin.
Si l’on regarde le passé qui avait marqué la gestion des affaires de détournement de deniers publics au Mali, il y a lieu de s’en douter. Mais il est certain que 2014 n’est plus et que 2019 n’est pas 2014. Mieux, les hommes qui soulèvent aujourd’hui des montagnes sont bien différents de ceux qui composaient l’équipe gouvernementale du président IBK, en 2014.

Aussi, de plus en plus, les Maliens se rendent compte que dans notre pays, il n’y a plus d’intouchables (ou du moins il n’y aura plus d’intouchables) et que seule une gestion saine des affaires du pays peut servir utilement notre peuple travailleur. Tout le monde comprend aujourd’hui qu’une petite poignée d’individus s’est construit leur paradis terrestre aux dépens des contribuables maliens. Est-il besoin de dire que la misère de nos travailleurs n’est nullement imputable à Dieu, mais bien plutôt à ces quelques femmes et hommes qui ont pris sur eux la lourde responsabilité de sucer le sang de leurs concitoyens qui n’avaient d’autres solutions que de s’en remettre au bon Dieu pour finalement mourir dans la misère.

Aujourd’hui, les langues se délient. Pendant ce temps, des hommes se démasquent par leur soutien malveillant à des présumés délinquants financiers. Quelle morale religieuse ou sociale peut-elle justifier de tel soutien ? Parmi ces soutiens aux déprédateurs du tissu économique national, il y en a qui en veulent à mort aux deux têtes engagées dans le combat contre la corruption et les détournements de deniers publics.

En l’occurrence Mamadou Kassougué et Clément Dembélé. Ces hommes sans foi ni loi perdent leur temps. Ils ne trouveront devant eux sur leur ignoble chemin que tout notre peuple qui n’a que trop souffert de la dilapidation de ses ressources économiques. Il faut se rendre à l’évidence, la lutte contre la corruption et la délinquance financière va se poursuivre contre vents et marrées car il en va de la survie de la nation malienne.
Il faut donc comprendre à présent que quelques hommes et femmes ne peuvent continuer à sucer impunément le sang de nos travailleurs, de nos femmes et de nos enfants. Cela est tout simplement inconcevable aujourd’hui. Ceux qui voudraient attenter à la vie de Mamadou Kassogué et de Clément Dembélé creusent immanquablement leur propre tombeau. Ils ne peuvent rien contre la volonté de tout un peuple.

Enfin, comment qualifier la grève des maires du district de Bamako ? Tout ce qu’il faut savoir ici c’est qu’ils travaillent à se démasquer eux-mêmes. Le vent des arrestations soufflent de plus en plus en direction des déprédateurs de notre économie nationale. Comme le dirait cet adage de chez nous ‘’laisser mouton courir, tabaski viendra’’.
Que Dieu lâche tous les délinquants financiers et leurs suppôts au Mali ! Pour le bonheur de nos masses laborieuses.

Fodé KEITA

11 Novembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés