Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Lutte contre la corruption : le Royaume des Pays Bas au chevet de l’OCLEI.

Le Maéva Palace a servi de cadre le mercredi 4 septembre 2019 à l’atelier de diagnostic participatif de l’appui de l’ambassade du royaume des Pays Bas à l’Office Centrale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (OCLEI). La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence de Mme Bagayogo Fanta Camara présidente par intérim de l’OCLEI qui avait à ses côtés l’ambassadeur des Pays Bas Jolke Oppewal.

Après une première phase exécutée entre 2017-2019 dont le coût s’élevait à hauteur de 300 millions, le royaume des Pays Bas souhaite continuer l’accompagnement de l’OCLEI. C’est dans cette optique que l’ambassade des Pays Bas a engagé des consultants en vue d’élaborer un programme d’appui à l’Office Central de lutte contre l’enrichissement illicite. Il s’agit pour les consultants de définir les priorités pour les quatre années chaque axe d’orientation du plan stratégique de l’OCLEI, d’apprécier la situation générale de l’OCLEI en faisant ressortir les forces et les faiblesses…. Parmi les projets phares retenus figurent la déclaration des biens.

Cet atelier de 3 jours vise à préciser les perspectives à retenir dans le cadre de l’appui à l’OCLEI. Il s’agit pour les participants de définir le changement susceptible d’améliorer les missions de l’OCLEI, identifier les différents changements qui doivent se produire au préalable pour conduire au changement, identifier les hypothèses complémentaires pour prendre en compte les stratégies d’intervention, de définir les indicateurs de changement ou des questions évaluative.

Dans son intervention l’ambassadeur du royaume des Pays Bas a évoqué les raisons de l’accompagnement de son pays aux actions de l’OCLEI. Selon lui, cette structure joue un rôle important dans la lutte contre la corruption. Il estime que les actions de cette structure méritent d’être soutenues et accompagnées. « La lutte contre la corruption est important pour nous les bailleurs de fond et l’OCLEI y joue un rôle important » dixit l’ambassadeur Jolke Oppewal.

Pour sa part, la présidente par intérim Mme Bagayogo Fanta Camara n’a pas caché la volonté des autorités malienne dans la lutte contre la corruption. Selon elle, le Mali a mis en place un arsenal juridique dans le sens de la lutte contre la corruption. Parmi ces instruments juridiques elle a cité : l’élaboration d’une loi portant prévention et répression de l’enrichissement illicite et ses textes subséquents, l’élaboration d’un document de politique nationale de transparence…. Elle a salué l’accompagnement des Pays Bas au Mali à travers le financement des projets de l’OCLEI. Elle a ensuite invité les participants à faire une analyse approfondie qui pour elle permettra de réussir le processus d’identification des besoins de l’office.

Il est bon de rappeler que l’Office Centrale de Lutte l’Enrichissement Illicite a été créé le 27 mai 2014 sous forme d’une autorité administrative indépendante. Elle a pour mission de mettre en œuvre l’ensemble des mesures de prévention, de contrôle et de lutte envisagées au plan national, sous régional et international contre l’enrichissement illicite.

Bissidi Simpara
Bamako, le 04 Septembre 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés