Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Maitre Mountaga Tall lors des vœux du Cnid Faso Yiriwaton : « Nous ne cesserons de...

Maitre Mountaga Tall lors des vœux du Cnid Faso Yiriwaton : « Nous ne cesserons de réclamer la vérité et toute la vérité sur la disparition de votre confrère Birama Toure ».

Le parti du soleil levant qui a été la première formation politique a présenté les vœux de nouvel an à la presse a respecté la tradition hier mercredi 22 janvier 2020. En présence de la grande presse nationale et internationale, Me Mountaga Tall a fait un diagnostic sans complaisance de la situation du Mali et du Sahel. Dans un raisonnement logique l’ancien député a chargé certains acteurs du mouvement démocratique qui sont à l’origine de la triste réalité que vit le Mali. S’agissant de la présence des forces étrangère au Mali, l’éminent homme de droit accuse ceux qui ont démantelé l’outil de défense durant ces dernières années.

Champion du mouvement démocratique Me Mountaga Tall n’a pas consulté les oracles pour passer au peigne fin les difficultés qui minent le Mali. S’agissant de la presse le leader politique n’a pas mâché ses mots, pour lui, la presse malienne a encore du chemin à parcourir malgré trois points obtenus. Aussi de la 188 eme place, le Mali se retrouve à la 182 eme place. A en croire le président du CNID FASOYIRIWATON, le combat pour une presse plus libre et plus responsable demeure le combat de la dépénalisation de la presse. « Du temps où j’étais Ministre de la communication, j’ai pris des initiative dans ce sens », a fait savoir Me Tall. Il n’a pas manqué d’évoquer la disparition à Kidal de Ghislaine Dupont et Claude Verlon en novembre 2013.

Pour ce qui est de la situation du pays, le patron du CNID FASO YIRIWATON a marché sur l’année 2018 qu’il a qualifié d’année « annus horribilis », une année particulièrement difficile pour le Mali. Evoquant l’année 2019 à en croire Mountaga Tall, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a repris les mêmes termes.

Pour sortir de l’impasse, il faut que nous ayons le courage et la lucidité d’une véritable introspection individuelle et collective et d’un devoir de verité a expliqué Mountaga Tall.

Ce courage passe d’abord par la remise en cause du comportement de certains dirigeants. Selon, le conférencier, la situation du Mali a ses ramifications dans les années précédentes qui on vu défiler à la tête du pays des aventuriers politiques avec son corollaire de retournement spectaculaire de veste, la mauvaise gestion et les détournements à la pelle des derniers publics, les invectives et les coups bas , les fraudes électorales , les scissions politiques , les discours irresponsables et excessifs , l’implication dans les scandales financiers , l’abandon des valeurs sociétales. Ces facteurs ont contribué à ternir l’image de l’homme politique malien en lui donnant un autre visage.

Malgré tout des hommes et des femmes ont su se mettre au dessus de la mêlée en préservant les valeurs cardinales de notre peuple qui sont le respect de l’autre et du bien public, la loyauté, la droiture, la dignité, la verité et la justice au détriments de leurs intérêts personnels.

C’est surtout par rapport à la situation sécuritaire du pays que le leader du parti du soleil levant n’est pas allé de main morte. A l’en croire la venue des forces étrangères est le résultat du démantèlement de l’outil de défense. « Ils ont poussé l’absence du patriotisme jusqu’à démanteler notre armée nationale, hier forte et crainte et à introduire la corruption en son sein, pire des fonds alloués à l’achat d’équipement et de fournitures militaires sont aujourd’hui détournés au vu et au su de tous. Pour le conférencier, il est opportun que les forces étrangères restent mais que les clauses de cette intervention soient définies.

Badou S. Koba
Le Carrefour du 24 Janvier 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés