Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Marche des syndicats des enseignants : Les marcheurs dénoncent la mauvaise foi du gouvernement

Vêtus de T-shirt rouges, signe de « colère », ils étaient des milliers d’enseignants à battre le pavé, le mercredi 6 mars 2019. Cette marche est organisée par les syndicats des enseignants signataires du 15 octobre 2016. « Nous voulons les primes de logement, les primes de documentation, nous souhaitons respect et considération pour les enseignants » telles étaient les slogans des marcheurs tout au long du trajet à l’occurrence de la « place de la CAN au monument Kwamé Krouma ».

La colère des enseignants ne demordent pas, suite à la position du gouvernement face aux 3 points qui ont fait l’objet de désaccord entre leurs syndicats et le gouvernement. Ces points sont relatifs aux primes de logement, à la revalorisation des enseignants (frais de correction, frais de surveillance), l’accès aux services centraux. C’est pourquoi les syndicats signataires du 15 octobre 2016 (SYPESCO, SYNEB, SYNESEC, SYLDEF, FENAREC, COSES, et le SNEC ont décidé de faire cette marche pacifique afin de prendre en témoin l’opinion nationale et internationale sur la mauvaise volonté du gouvernement. Dans la déclaration lue par le porte-parole des syndicalistes, Adama Fomba, ils dénoncent la mauvaise volonté des autorités du Mali. « Considérant l’amateurisme et la négligence qui ont prévalue dans la gestion des affaires des enseignants de la part du gouvernement, l’indifférence du gouvernement face aux problèmes des enseignants, les enseignants dénoncent le mépris du gouvernement envers les enseignants du Mali, la légèreté et le manque du sérieux du gouvernement lors des négociations » il ajoute que le gouvernement a refusé de faire des propositions concrètes sur les 3 points qui font l’objet de divergence.

Ils affirment la mauvaise gestion de l’éducation nationale de la part du gouvernement : « L’école des pauvres n’est une priorité des autorités du Mali » dixit M. Fomba

Faut-il le rappeller que la partie gouvernemental affirme que les revendications des syndicalistes sont insoutenable. Les marcheurs pensent le contraire, « le gouvernement, a bel et bien les moyens nécessaires pour satisfaire nos doléances, eu égard au « gaspillage et la corruption à ciel ouvert » affirme le porte-parole des syndicalistes.

Par ailleurs, les sorties médiatique du ministre de la fonction publique ont été mal perçues par les marcheurs. Ils affirment que ces sorties ne vont pas les intimider et qu’ils vont continuer leur lutte jusqu’à la satisfaction totale, avant d’exprimer leur attachement aux dialogues. « Nous userons de tous les moyens légaux pour atteindre nos objectif, la victoire est certaine » a conclu le porte-parole des syndicalistes.

La marche s’est déroulée dans le calme et elle était encadrée par les forces de l’ordre.

Bissidi Simpara
Bamako, le 06 Mars 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés