Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Miss ORTM 2020 : Accusé de « harcèlement sexuel », le Comité d’organisation se défend et porte plainte

Le concours de beauté le plus attendu au Mali est, sans doute, « Miss ORTM ». L’évènement, après les pré-sélections dans chaque région du Mali et en France, a connu son épilogue, ce vendredi 31 janvier 2020. C’était au Palais de la culture. Mais alors que les rideaux tombent sur le concours, une accusation de « harcèlement sexuel » vient en ternir l’image.

Fatoumata Tounkara est élue « Miss ORTM 2020 ». A peine, la candidate de la France savoure sa victoire que des membres du Comité d’organisation du Miss ORTM sont accusés de harcèlement sexuel, à Ségou. Les accusations sont si graves qu’elles mettent en cause la compétition et ternissent l’image de l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM), initiateur de l’évènement.

Dans un message audio qui fait le buzz sur les réseaux sociaux, une candidate malheureuse de Ségou accuse ouvertement les organisateurs de Miss ORTM. Fatoumata Traoré, c’est le nom derrière la voix, affirme, sans ambages, que le titre de Miss Ortm Ségou s’obtient contre les faveurs sexuelles. « Je ne m’attendais pas du tout à cela de leur part. Ils ont dit que j’ai absolument tout ce qu’il faut pour être Miss. Mais que je dois passer la nuit avec eux, pour être retenue, ne serais-ce que pour être 1ère dauphine ». Dans l’audio, la candidate offusquée donne même des noms. « Ils sont tous dedans, Badri, Fofana, Honoré et autres…. », cite-t-elle.

Une plainte contre la candidate

Contacté par Maliweb.net, le Comité d’organisation de Miss ORTM nie en bloc les accusations. Lassana Fofana, cité dans l’audio, explique le pourquoi de cette cabale contre les organisateurs de Miss ORTM. Fatoumata Traoré, raconte-t-il, était à sa quatrième participation à la compétition. Sûre d’elle, elle ne supporte pas de perdre face aux autres. « L’année dernière, elle avait proposé à la 1ère dauphine de faire une vidéo pour nous accuser, mais cette dernière a refusé de la suivre. Lorsqu’elle a perdu encore cette année, elle est revenue à la charge », indique Lassana Fofana.

Ces informations de Fofana sont corroborées par un autre audio. Moins partagé, cet audio est de Maïmouna Cherif Haïdara, la 1ère dauphine de 2019 à Ségou. Elle affirme connaître Fatoumata Traoré. « L’année passée quand on a perdu, elle m’a proposé de faire une vidéo. J’ai dit non, parce que je ne peux mentir sur des personnes aussi respectables que Tonton Badri parce que j’ai perdu », assure Maïmouna Cherif Haïdara.

Pour l’heure, difficile de savoir qui dit vrai dans cette affaire. En tout cas, l’affaire est prise très au sérieux à Bozola. Une plainte a été déposée au Commissariat de police du 1er arrondissement de Ségou.

Nous y reviendrons !

Mamadou TOGOLA
Le 06 février 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés