Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Moussa Touré : « Il n’est pas admissible que l’Etat ferme les yeux sur... »

Moussa Touré, Président de l’organisation de défense du droit au logement du Mali
« Il n’est pas admissible que l’Etat ferme les yeux sur des violations flagrantes des normes de constructions des logements sociaux »

Hier, mardi 6 août 2019, les responsables de l’Organisation de défense du droit au logement du Mali (ODDL MALI) étaient face à la presse à leur siège sis à Bamako pour lancer officiellement les activités de leur Organisation crée le 26 juin 2019. Cette conférence de presse était principalement animée par le Président de l’organisation de défense du droit au logement du Mali, Moussa Touré, en présence des autres membres de l’organisation. Au cours de cette conférence de presse, le conférencier a dénoncé la violation des normes de constructions des logements sociaux. « Les programmes des logements sociaux ont permis de loger beaucoup de nos concitoyens.

Mais ce qui alimente leur colère c’est le sabotage et la légèreté avec lesquels ces entreprises font les constructions. Il n’est pas admissible que l’Etat ferme les yeux sur des violations flagrantes des normes de constructions des logements sociaux, murs très courts, absence de poteaux, fenêtres sans grilles de sécurité, absence d’escaliers etc. », a déploré Moussa Touré.

« Beaucoup d’entre vous en nous voyant pensent au collectif des demandeurs de logements sociaux du Mali. Certes j’en suis le président de ce regroupement légalement constitué ; profondément engagé et dont les objectifs avancent de façon satisfaisante. Pour cette conférence d’aujourd’hui, c’est un défi, complémentaire à ce que nous avons fait jusque-là au sein de notre collectif », a souligné le Président de l’organisation de défense du droit au logement du Mali, Moussa Touré. Selon lui, les programmes des logements sociaux ont permis de loger beaucoup de nos concitoyens.

« Mais ce qui alimente leur colère c’est le sabotage et la légèreté avec lesquels ces entreprises font les constructions. Il n’est pas admissible que l’Etat ferme les yeux sur des violations flagrantes des normes de constructions des logements sociaux murs très courts, absence de poteaux, fenêtres sans grilles de sécurité, absence d’escaliers etc. Dans les plans de ces logements tout cela est mentionné mais l’absence de vrai contrôle et de sanction fait que c’est devenu presque une tradition.

Pour mieux porter ce combat, défendre non seulement le droit au logement, mais exiger qu’ils soient remis dans des conditions acceptables et non déplorables. Cette nouvelle organisation de défense du droit au logement du Mali (ODDL MALI ) avec pour autorisation numéro 569 du 26/06/2019 compte s’adosser sur la loi fondamentale de notre constitution dont les articles 13 et 17 garantissent le logement à tous pour mener ce combat d’utilité publique », a-t-il dit. Et d’ajouter que le droit au logement est reconnu comme un droit social au niveau international par la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Pour lui, les litiges fonciers sont occasionnés par la grande aspiration de pauvres compatriotes à chercher un abri, un logement.

A cet effet, il dira que l’organisation sera regardante sur les conditions qui entourent la location en milieu urbain et rural. « L’un de nos soucis majeurs sera aussi de veiller au respect des normes requises dans le dosage et l’utilisation judicieuse des matériaux dans les logements en cours de construction sur l’étendue du territoire car la personne humaine est sacrée et inviolable, tout individu a droit à la vie à la sécurité et à l’intégrité de sa personne. Nous avons déjà fait des correspondances à certaines structures et autorités pour dénoncer le laisser-aller. Nous souhaitons juste fédérer nos énergies pour diminuer le calvaire incroyable qui est l’acquisition de logement.

C’est un problème aussi grave que la criminalité dont la négligence peut causer des dégâts énormes », a déclaré Moussa Touré. Cependant, il constate que les choses ont commencé à changer dans le bon sens. Par ailleurs, le président de l’ODDL MALI a demandé aux plus hautes autorités d’envisager dans un plus bref délai la cérémonie officielle des remises des clés des 3743 logements sociaux afin que les familles bénéficiaires puissent préparer la rentrée scolaire.

Au regard de la situation économique morose dû à la crise que traverse le Mali, Moussa Touré a invité l’Etat à revoir sa copie pour la baisse non seulement des prix des logements mais aussi leurs mensualités.

Répondant aux questions des journalistes, le conférencier a fait savoir qu’ils vont entreprendre des actions dans le futur pour éviter les violations des normes de constructions des logements sociaux. En outre, il a souhaité la diminution des prix des locations de maisons à usage d’habitation.

Aguibou Sogodogo
Le Républicain du 07 Aout 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés