A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Abdoul Aziz. KONE : « AGORATOIRE, c’est l’art d’ecrire, de se performer et de slamer… »
L’imam Mahmoud Dicko lors de la conférence de presse du M5-RFP d’hier...
Ça se passe au grin : La mission des cinq chefs d’Etat de la Cédéao au menu !
Les députés « mal élus » rejettent la demande de démission de la CEDEAO
Angleterre : Bissouma marque son premier but en Premier League pour Brighton
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

L’Imam Mahmoud Dicko est revenu sur son entretien avec le Premier ministre...

« J’ai dit au Premier ministre Boubou Cissé de démissionner s’il veut qu’une solution soit trouvée à cette crise. »

Lire

08-08-2020

L’imam Mahmoud Dicko lors de la conférence de presse du M5-RFP d’hier...

 

Les députés « mal élus » rejettent la demande de démission de la CEDEAO

 
Le Républicain | Inter Bamako | Sport | 22 Septembre | La Mutation | Le Débat | L'Observateur |
 
Sur le fil de l'actualité...
Le M5 RFP s’est prononcé sur les recommandations de la CEDEAO : A partir de ce lundi, durcissement de la désobéissance civile
Gestion du Mali : L’écrivain Doumbi-Fakoly écrit à IBK : Enfin les intellectuels se réveillent
Ça se passe au grin : La mission des cinq chefs d’Etat de la Cédéao au menu !
Situation du pays
Fête de Tabaski : La crise déteint les préparatifs !
Mahmoud Dicko ! : « Vous ne pouvez pas gouverner le peuple sans le peuple »
Solidarité : La première dame reçoit un important don de la chine
Mali
Jusqu’au-boutisme des protagonistes de la crise malienne : Les Maliens jouent avec le feu

Accourue en urgence au chevet du Mali, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) peine, depuis une dizaine de jours, à accorder les violons des frères ennemis maliens engagés dans un bras de fer qui risque d’être fortement préjudiciable à la paix et à la stabilité dans un pays déjà fortement fragilisé par les attaques terroristes. En effet, après trois tentatives de conciliation entre Ibrahim Boubacar Keita (IBK) et ses contempteurs réunis au sein du M5-RFP, la situation n’a guère connu d’évolution positive, les positions restant figées. Même la trêve de la Tabaski décrétée unilatéralement par les croquants et que voulait mettre à profit la CEDEAO pour recoller les morceaux de la fracture sociale et politique entre les protagonistes, n’a pas réussi à ramener la sérénité sur les rives du fleuve Djoliba. En effet, ses propositions de sortie de crise dont les dernières émanent d’un sommet extraordinaire des chefs d’Etat tenu par visioconférence, le 27 juillet dernier, n’ont pas été jugées suffisantes pour calmer la furie des manifestants.
En volant d’échec en échec, on se demande si la CEDEAO ne finira pas par jeter l’éponge. Conséquence, c’est dans une ambiance de veillée d’armes que les Maliens se préparent à fêter la Tabaski 2020 ; les manifestants ayant promis de redescendre dans la rue dès le 3 août prochain s’ils n’obtiennent pas gain de cause.LePays

Burundi
Ce changement de style de Ndashyimiye qui rassure

En effet, après le clergé, les responsables de partis politiques et les hommes d’affaires les plus influents du Burundi, c’est au tour des anciens chefs d’Etat d’être reçus au palais de Gitega, du nom de la nouvelle capitale burundaise. Domitien Ndayizaye et Sylvestre Ntibantunganya se sont vu dérouler le tapis rouge par le successeur de feu Pierre Nkurunziza. Toute chose que les deux ex-chefs d’Etat ont saluée à sa juste valeur, estimant qu’il s’agit d’une « première » depuis quinze ans ; ce qui correspond à la durée du règne du pasteur Nkurunziza. En tout cas, d’aucuns y voient un changement de style aussi bien dans « la manière » que dans la « forme » d’autant que le nouveau chef d’Etat semble avoir changé de ton dans le discours ; lui qui avait donné des frayeurs à plus d’un lorsqu’il promettait, lors de son investiture, de « poursuivre l’œuvre » de son prédécesseur. Quand on sait que le magistère de son défunt mentor, était fait d’arrestations, d’assassinats ciblés, d’enlèvements et de répressions, on comprend dès lors pourquoi les Burundais avaient vite crié au scandale d’autant que Ndashyimiye était l’un des bras répressifs du régime. Le nouveau président est animé de bonne volonté mais a les mains liées. En décidant donc d’aller à l’écoute de toutes les couches socioprofessionnelles, le nouveau président donne l’impression de vouloir rompre avec l’ordre ancien pour in fine, imprimer sa marque.LePays

Ouganda
Investiture du candidat de KNK : Bozizé peut-il encore apporter quelque chose à la RCA ?

C’est lui donc qui défendra les couleurs du Kwa Na Kwa (KNK), parti d’opposition, dont les militants étaient réunis en congrès à Bangui. « Le congrès vient de me désigner candidat du Kwa Na Kwa à la prochaine élection présidentielle (…) J’accepte solennellement la mission que vous me confiez », a déclaré François Bozizé, juste après son investiture. C’est donc clair. L’ex-président centrafricain compte reconquérir par les urnes, ce qu’il avait conquis par la force des armes, il y a de cela une décennie. Seulement voilà ! Le chemin pour accéder à la magistrature suprême semble long voire très long. Car, faut-il le rappeler, François Bozizé est sous le coup de sanctions de l’ONU qui le considère comme faisant partie des individus de premier rang, qui ont travaillé à compromettre la paix, la stabilité ou encore la sécurité dans l’ex-Oubangui Chari. En témoignent les exactions perpétrées ça et là par les anti-Balaka dont il était le mentor avant son éviction du pouvoir en 2013. Tant et si bien qu’interdit de voyager, il a dû regagner à pied Bangui alors qu’il vivait en exil en Ouganda. Et ce n’est pas tout. François Bozizé fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités centrafricaines pour son rôle présumé dans les assassinats, séquestrations, arrestations arbitraires et exécutions sommaires, commis pendant qu’il était aux affaires.LePays

Burkina Faso
Réouverture annoncée des frontières ariennes

Le 1er août prochain à 00h00, les frontières aériennes du Burkina seront rouvertes. Ainsi en ont décidé les autorités politiques du Burkina Faso il y a de cela quelques jours. Pour expliquer les tenants et les aboutissants d’une telle décision qui fait des sceptiques, les ministres en charge des questions sanitaires et des transports étaient en compagnie des Hommes de médias, le 28 juillet dernier. Objectif : préciser les mesures prises pour éviter la propagation du Covid-19 en lien avec cette réouverture des aéroports. De ces échanges, nous apprenons ceci de la part de la ministre de la Santé, Claudine Lougué : « Lorsque le voyageur a un test PCR négatif et une température supérieure ou égale à 38°, il sera isolé et confiné dans un établissement hôtelier jusqu’à l’arrivée du résultat qui ne saurait excéder 48 heures ». Et de préciser : « Le confinement hôtel se fera aux frais du voyageur suspect » (voir encadré). Plus loin, elle indique que si le test est positif, le traitement de ce dernier est gratuit et ce, selon le protocole établi au Burkina. « Tout voyageur doit être muni d’un PCR d’au plus 5 jours » ; avant d’ajouter que pour éviter le truquage de résultats des tests, il a été décidé, au niveau de la sous-région, de transmettre la liste des laboratoires et « le Burkina a transmis pour lui », a-t-elle précisé.LePays

 

Zoom sur Hammadoun Dicko (1924-1964) : Le destin brisé d’un homme politique aux dents longues
Homme politique malien né en 1924 à Diona, Hammadoun Dicko sera lâchement assassiné à Kidal sous le régime de Modibo Keita. Fils d'un chef de village, il étudie à l'école de Douentza puis à Mopti et au lycée Terrassons de Fougères à Bamako, Hammadoun Dicko poursuit ensuite à l'Ecole normale William Ponty de Dakar. En 1947, Monsieur Dicko est nommé instituteur où il exerce d'abord à Bafoulabé (...)
 

Lutte contre le paludisme : Des stratégies adaptées au contexte du COVID-19
À cause de la propagation du coronavirus, le Programme national de lutte contre le paludisme réajuste ses méthodes dans la distribution de moustiquaires imprégnées et aussi dans la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants La communauté internationale célèbre chaque 25 avril, la Journée mondiale de lutte contre le paludisme pour mettre en lumière les progrès enregistrés dans (...)
 

© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés