Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Plateforme des mouvements du 14juin 2014 : Harouna Toureh révoqué de ses fonctions.

Cette information a été donnée au cours d’un point de presse animé par le président du Collectif des Mouvements des Forces Patriotique de la Résistance(CMFPR) Alassane Djittaye. C’était le mardi 2 juillet 2019 à la Maison de la Presse. L’objectif assigné à ce point de presse était d’informer l’opinion Nationale et Internationale à travers les hommes de médias de la volonté de réorganiser la plateforme des mouvements du 14 juin 2014.

D’entrée de jeu, les conférenciers ont fait un survol sur l’historique de la présidence de Harouna Toureh au poste du président de la plateforme. Selon les dires des conférenciers, le CMFPR a été créé en juin 2013 en marge des négociations qui ont abouti à la signature de l’accord préliminaire de Ouagadougou. Le CMFPR était à sa création une coordination de 12 mouvements pour lesquels Harouna Touréh était désigné porte-parole. Par la suite il s’est autoproclamé président de le CMFPR.

Dans un communiqué lu par le porte-parole de la plateforme Abdrahamane Anassare Maiga, les présidents des mouvements qui forment la plateforme ont déclaré que M.Harouna Touréh ne leur représente plus. A cet effet le chef de file de la médiation internationale, et les autorités du Mali ont été informés par écrit de cette décision de révocation de Harouna Toureh.

L’occasion était propice pour les présidents des mouvements qui forment la plateforme, d’informer les journalistes sur les raisons de la révocation de M. Harouna Touréh de sa fonction du président de la plateforme. Selon les dires des conférenciers, les méthodes de gestion propre à Haroune Toureh sont entre autres « le copinage, les nominations de personnes externes à le CMFPR, les révocations arbitraires, la substitution et la falsification des listes consensuelles, le cumul de fonctions, les trafics de places, des grades tant au niveau des combattants désignés pour l’intégration que pour les membres retenus dans les différentes structures de mise en œuvre de l’accord ont terni l’image de marque aussi bien de le CMFPR que de la plateforme »

Dans une déclaration, le Collectif des Mouvements des Forces Patriotique de la Résistance(CMFPR), le Mouvement arabe de l’Azawad MAA et le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (GATIA) ont affirmé leur engagement à œuvrer pour préserver la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Ils s’escomptent à soutenir le dialogue politique inclusif enclenché en vue de parvenir aux reformes politico-institutionnelles prévues dans l’accord d’Alger. Les différents mouvements ont affirmé leur détermination et leur engagement dans le processus du Démobilisation-Désarmement-Réinsertion (DDR) en vue d’aboutir à la sécurisation des personnes et de leurs biens.

Bissidi Simpara
Bamako, le 03 Juillet 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés