Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Pour une resolution definitive de la crise du football malien : le...

e la crise du football malien : Le TAS montre la bonne voie au CONOR

Depuis le 10 janvier 2015, une crise aigue et sans précédent secoue le football malien. Une situation imposée par le président d’alors, Baba Diarra soutenu par des larbins et des mafieux à travers des violations flagrantes des statuts et règlements de la FEMAFOOT érigées comme mode de gestion. Pour se faire le tribunal arbitral du sport ordonne au Comité d Normalisation de se convoquer les membres convoqués le 10 janvier 2015 à la prochaine assemblée générale ordinaire en ces points 70 et 71 de sa sentence du 15 novembre 2018. Et le point 7 du dernier paragraphe de la sentence est clair et précis

Malgré de multiples médiations menées par le comité national olympique et sportif du Mali, l’Assemblée nationale, la CAFO, l’union des jeunes musulmans, le président Dioncounda Traoré, Mahamoud Dicko, Cheick Ousmane Madani Haidara, le rappel à l’ordre du président de la république, Ibrahim Boubacar Keita, le protocole d’accord dit ‘’Comité Empé’’, le TAS à travers sa sentence du 4 octobre 2016, le président du comité exécutif d’alors est resté sourd jusqu’à la fin de son mandat le 8 octobre 2017. Aussi il fut relayé par ses larbins et les mafieux qui le soutenaient et qui croyaient leur heure arrivée du 9 octobre au 10 janvier 2018. Ce qui plongea le football malien dans une crise aigue sans précédent au vu et au su des plus hautes autorités du pays. Après trois ans, dix mois et 15 jours, le TAS redemande de retourner à l’Assemblée générale ordinaire du 10 janvier 2015(qui n’a pu se tenir à cause de la violation de l’article 31. 3) pour une résolution définitive de cette crise.

Le règne de la terreur imposé par Boubacar Baba Diarra et ses larbins
Tout est parti de l’assemblée générale ordinaire(AGO) qui s’est tenue le 31 octobre 2015 où le Comité exécutif d’alors dirigé par Boubacar Baba Diarra avait introduit une demande de suspension à l’encontre d’un grand nombre de personnes physiques au motif que celles-ci avaient participé à une assemblée générale extraordinaire qui s’est déroulée le 30 Août 2015, en application de l’article 37 des statuts de la FEMAFOOT, sur convocation de plusieurs membres. Sans surprise cette AGO a finalement prononcé des suspensions à l’encontre des personnes en question, certaines ayant été suspendues à vie. M. Yeli a été suspendu de toutes les activités liées au football pendant une période de 10 ans. Du coup la réaction de Yeli et consorts n’avaient pas d’autre choix que de saisir le Tribunal arbitral du sport(TAS) le 20 novembre 2015 en déposant une déclaration au Greffe dudit tribunal. Et le 4 octobre 2016, le TAS leur donne raison en déclarant que l’assemblée générale ordinaire du 31 octobre 2015 est nulle faute d’avoir été convoquée régulièrement et les décisions y adoptées sont nulles et de nul effet. Aussi il ordonne au Comité exécutif de la fédération malienne de football de convoquer une nouvelle assemblée générale en respectant ses propres statuts et règlements. Cette assemblée devra se tenir au plus tard le 30 novembre 2016 et devront figurer à l’ordre du jour de cette Assemblée générale, outre les points énumérés à l’article 32.2 des statuts, la confirmation des membres du CE désignés provisoirement avant le 10 janvier 2015(ndlr : ils étaient au nombre de 9 qui avaient été coptés au sortir de l’assemblée générale élective du 8 octobre 2013) ; la révocation de Yeli Sissoko en tant que président de la commission centrale des finances(CCF) ; la suspension de tout autre personne physique ou membre ainsi que les questions inscrites par les membres en conformité avec les détails stipulés à l’article 31.2 des statuts de la FEMAFOOT. La convocation devra être établie sur la base de la liste des membres convoqués à l’assemblée générale du 10 janvier 2015. Notons que cette assemblée n’a pu se tenir faute de quorum nécessaire. Ce qui est contraire à l’article 34 qui exige la présence effective de la majorité absolue (50% +1) des membres votants. En effet sur les 55 membres votants, seuls 26 étaient dans la salle et 29 membres ont boudé la salle suite au refus du président d’alors de faire accepter Yeli Sissoko et Gaoussou dit Pah Sylla dans la salle malgré l’injonction de la FIFA.
Boubacar Baba Diarra et ses larbins humiliés pour une 2e fois

Au lieu d’appliquer cette sentence du 4 octobre 2016 à la lettre en organisant une assemblée générale ordinaire, le comité exécutif d’alors dirigé par Boubacar Baba Diarra organise une assemblée générale extraordinaire(AGE) le 29 novembre 2016 en inventant son propre ordre du jour comme pour se moquer du TAS et de Yeli et consorts. Mais c’était mal connaitre la détermination et l’engagement des membres de la fédération malienne de football victimes d’injustice et d’exclusion des activités liées au football malien. Aussitôt ces derniers saisissent de nouveau le TAS en attaquant l’AGE et de toutes les décisions qui y ont été adoptées le 19 décembre 2016. Malgré de multiples actions initiées afin de trouver une solution à la crise, rien ne fit. Et le 27 septembre 2018 s’est tenue l’audience entre les deux parties représentées par le CONOR et Yeli et consorts. Après avoir constaté le refus manifeste du comité exécutif d’alors d’appliquer la sentence du 4 octobre 2016, le TAS n’avait d’autre choix que d’annuler l’Assemblée générale extraordinaire du 29 novembre 2016 de la FEMAFOOT ainsi que toutes les décisions prises à cette occasion sont nulles et de nul effet, subsidiairement annulées. Le TAS persiste et signe en ordonnant au Comité de normalisation de la FEMAFOOT de convoquer une assemblée générale ordinaire en respectant les statuts et règlements de la FEMAFOOT conformément aux articles 31 ; 32 et 34. Quant à la liste des membres devant être convoqués à cette AGO, elle doit correspondre à celle sur base de laquelle de l’AGO du 10 janvier 2015. Du coup Baba Diallo et sa bande se voient humiliés de nouveau après celle subie le 4 octobre 2016. Ainsi pour la prochaine assemblée générale ordinaire les délégués qui devront participer sont déjà identifiés et connus. Sur cela la sentence du 15 novembre 2018 est très claire et nette en ces points 70 et 71. En effet le point 70 stipule en ces termes : Partant, la prochaine AGO de la FEMAFOOT, que le Comité de normalisation de la FEMAFOOT a pour mission de convoquer, doit être convoquée sur base de la liste des membres convoqués pour l’AGO du 10 janvier 2015. Quant au point 71, il stipule en ces termes : A cet égard, la Formation souligne qu’elle est bien consciente du fait qu’une telle convocation peut paraitre injuste aux yeux de certains membres de la FEMAFOOT, et particulièrement des nouveaux membres. Toutefois, l’obligation de retourner en arrière pour déterminer la liste des membres qu’il convient de convoquer à la prochaine AGO du 10 janvier 2015. Afin de permettre à la FEMAFOOT, aujourd’hui représentée par le Comité de Normalisation, de repartir sur des fondements sains, il est impératif de retourner en arrière dans le temps et de s’appuyer sur des bases non affectées par les irrégularités subséquentes. Or, le premier moment dans le temps où ce critère fut rempli est antérieur à l’AGO du 10 janvier 2015. C’est dire donc les délégués au nombre de 55 sont repartis entre les 16 équipes de première division lors de la saison Sportive 2014-2015(le Stade Malien de Bamako, le Djoliba AC, le Réal de Bamako, le COB, le CSK, l’USFAS, l’ASOM, l’ASB, le CS Duguwolofila, les Onze créateurs de Niarela, le Mamahira AC de Kati, le Nianan, l’Avenir de Tombouctou, l’AS Police, Sabana de Mopti, AS Bakaridjan), des équipes de deuxième division et championnes des ligues régionales de 2014-2015(US Kita de Kayes, Buru Masa de Koulikoro, Tata national de Sikasso, Bronconi de Niono de Ségou, CASS de Sévaré de Mopti, AS Commune de Tombouctou, Soni de Gao, Atar club de Kidal et le FC Gaoussou de Bamako) et enfin les trois groupements sportifs( Association des entraineurs de football du Mali, Association des médecins et kinésithérapeutes du Mali et l’union nationale des anciens footballeurs du Mali). C’est dire que les membres comme le LCBA, les Black Stars, Yeleen, l’AS Performance de Koulikoro et l’US Bougouni ne participeront pas à la prochaine assemblée générale ordinaire car n’étant pas membres de l’AGO du 10 janvier 2015 par contre le Soni de Gao et l’US Kita de Kayes seront présents car championnes de leurs ligues respectives lors de la saison 2014-2015. On peut dire aujourd’hui sans se tromper que la crise aigue qui secoue le football malien depuis le 10 janvier 2015 est définitivement enfin résolue par la sentence du 15 novembre 2018. En effet le TAS dit rejeter d’avance toutes autres ou plus amples conclusions des parties dans son point 7 du dernier paragraphe.

LISTE DES MEMBRES PRESENTS A L’AGO DU 10 JANVIER 2015 du 10 janvier 2015 : 55 voix
LIGUES REGIONALES : 3 voix pour chaque ligue : 27
Kayes
Koulikoro
Sikasso
Ségou
Mopti
Tombouctou
Gao
Kidal
CLUBS DE PREMIERE DIVISION : 1 voix pour chaque club : 16
Stade Malien de Bamako
Djoliba AC
Réal de Bamako
COB
CSK
USFAS
ASOM
ASB
CS Duguwolofila
Onze créateurs de Niarela
Mamahira AC de Kati
Nianan
Avenir de Tombouctou
AS Police
Sabana de Mopti
AS Bakaridjan
DES CLUBS DE DEUXIEME DIVISION : 1 voix pour chaque club : 9
US Kita de Kayes
Buru Masa de Koulikoro
Tata national de Sikasso
Bronconi de Niono de Ségou
CASS de Sévaré de Mopti
AS Commune de Tombouctou
Soni de Gao, Atar club de Kidal
FC Gaoussou de Bamako
LES TROIS GROUPEMENTS SPORTIFS : 1 voix pour chaque association : 3
Association des entraineurs de football du Mali
Association des médecins et kinésithérapeutes du Mali
Union nationale des anciens footballeurs du Mali.
Sadou Bocoum

La Mutation du 21 Novembre 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés