Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
Pressions de plus en plus fortes sur Koulouba : Poussé à bout, IBK ne va-t-il pas lâcher son 5ème PM ?

Après sa montée au créneau en décembre 2018 rejetant fermement le programme d’éducation sexuelle complète du gouvernement, son meeting grandiose de protestation du 10 février 2019 au stade du 26 mars et sa marche du vendredi 5 avril dernier, l’imam Mahmoud Dicko du Haut Conseil islamique du Mali (HCIM) ne cesse d’intensifier la pression sur le pouvoir.

maliweb.net – Décidément, la gouvernance IBK essuie, de façon répétitive, la colère du peuple malien. « Ça ne va pas, ça ne va pas » devient l’expression la plus entendue sur toutes les lèvres. Marches, grèves, meeting, sit-in se succèdent à un rythme effréné. Une bonne frange de la population est largement déçue par la gouvernance. Et, les derniers événements dramatiques dans le centre du pays ont sonné la révolte dans les consciences.

Avec la manifestation populaire de grande envergure du vendredi 5 avril, à l’initiative de l’imam Mahmoud Dicko du Haut Conseil islamique du Mali (HCIM) et du chérif de Nioro du Sahel c’est désormais le summum de la pression sur IBK. Peut-il résister longtemps à ces coups de boutoir menaçant son pouvoir ? Rien n’est moins sûr. Quand plusieurs pancartes des manifestants affichent « IBK dégage », « Boubèye, démission », « A bas la MINUSMA ! » « Trop c’est trop », l’on peut déduire que ce second quinquennat d’IBK va faire face à un vent violent de contestations, surtout dans un contexte de malaise général. Et malgré la forte chaleur et le soleil de plomb sur Bamako en ce mois d’avril, les manifestants, jeunes, femmes, vieux, politiques, membres d’associations, commerçants, étudiants, chômeurs, syndicalistes, cheminots, enseignants, bref, les citoyens tout court ont battu le pavé. Idem à Kayes, Koro, Bankass et Bandiagara. Sans compter les mouvements d’humeur dans la diaspora et dans d’autres localités du pays. Tous sont majoritairement dans la dynamique d’écourter ce dernier quinquennat.

Et dans ces conditions, IBK sera contraint à faire un choix, celui de sauver sa tête et son pouvoir en sacrifiant son cinquième Premier ministre. Malgré la confiance qu’il n’a cessé de réitérer à Soumeylou Boubèye Maïga, la demande insistante des mécontents portant sur le limogeage de son chef du gouvernement deviendra trop pesante. Car, dans son message le vendredi dernier, l’imam Mahmoud Dicko a encore exigé le départ du locataire de la primature. En précisant que si ce départ n’est pas obtenu, la manifestation pourrait se répéter.

Et le président de la COFOP et de la CODEM, l’ex-ministre Housseini Amion Guindo dit Poulo, d’assurer que cette manifestation est un avertissement aux gouvernants. « Dans une démocratie, un chef d’Etat doit écouter son peuple. Un pays se gère sur la base des aspirations profondes du peuple. C’est pourquoi je demande au président IBK d’écouter son peuple avant qu’il ne soit trop tard ». La question est de savoir si IBK va jouer à l’attentisme pour que se saborder.

Conscient que sa gouvernance est à deux doigts de vaciller et décidé à la stabiliser un tant soit peu pour donner des chances aux chantiers des réformes, le chef de l’Etat n’a presque plus le choix que de savoir la revendication première des mécontents, le départ de son Premier ministre. Ce qui fait dire déjà que les jours de Soumeylou Boubèye Maïga sont désormais comptés à la primature.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net
Le 09 Avril 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés