Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Rassemblement du 19 juin : La colère des manifestants exprimée au micro de ‘’Le pays’’

Au cours de la manifestation du M5-RFP, tenue le vendredi 19 juin, au Boulevard de l’Indépendance de la ville des trois caïmans (Bamako), capitale du Mali, par les anti régimes (CMAS, FSD, EMK…), nous avons tendu le micro à certains manifestants. Nous vous proposons de lire ce qu’ils pensent.

Ibrahim Cissé, secrétaire administratif des groupes actions URD internationales : «  IBK doit dégager  »

Nous sommes là pour deux choses : obtenir la démission du président de la République et prendre à témoin l’opinion nationale et internationale qu’il a échoué dans tous les domaines. Pour ce faire, il n’y a plus de chance de continuer avec lui. C’est pour aussi demander la libération de Soumaila Cissé. Le chef de file est privé de sa famille et de ses proches depuis plus de deux mois. Nous demandons à ceux qui disent qu’ils savent où est Soumaila, de ne ménager aucun effort pour nous le ramener. Ce sont ces religieux que vous voyez qui ont demandé aux gens de voter pour IBK en 2013. Mais ils ont su qu’il ne peut pas diriger le pays, c’est pour quoi ils souhaitent son départ. Il y a longtemps que les gens ont voulu son départ. Mais vu ce que dit la constitution, ils ont été obligés d’attendre la présidentielle de 2018. Mais avec la complicité de Manassa Danioko et l’ex-ministre de l’Administration territoriale, Ag Erlaf, IBK s’est imposé lors des élections. Il n’a aucune légitimité aujourd’hui. À partir de ce jour, Ibrahim n’est plus mon président. Qu’il écoute le peuple et rende le tablier avec son régime. IBK n’a aucune chance, on ne reconnait plus la cour constitutionnelle et l’Assemblée nationale. On veut un Mali nouveau. Les gens veulent nous parler de quel chaos  ? Il n’y a pas de chaos plus que ce que nous vivons aujourd’hui. Le chaos, c’est IBK. Il a mis le Mali dans l’enfer. Que les gens arrêtent de dire qu’après lui, le Mali sombre dans le chaos. Cela est une insulte pour le peuple malien. Avant lui, le pays existait et continuera d’exister après lui. IBK n’est qu’un simple employé du Mali. Rien ne va plus dans le pays. Pas de santé, les enfants ne vont plus à l’école. Cela est un crime contre les enfants.IBK doit être jugé pour ces faits. Il doit dégager.

Me Demba Traoré : «  Il n’y a pas plus de chaos que ce que nous vivons aujourd’hui  »
Me Demba Traore

Nous demandons cette démission au président de la République parce qu’il a été incapable de gérer le pays. Je ne dirais même pas qu’il ne l’a pas géré très bien. On a l’impression que le pays n’est pas géré. Nous sommes tous au courant des difficultés auxquelles le Mali est confronté. Il n’y a pas de sécurité, pas d’école, pas de santé. Avec tout cela, on se permet aussi de tripatouiller les résultats des législatives. Nous sommes finalement dans quel pays comme ça. C’est face à son incompétence et à son incapacité de gérer le pays que nous demandons à ce qu’Ibrahim Boubacar Keita rende le tablier, pas pour autre chose, mais pour que le pays continue de vivre en paix. Le Mali est déjà dans le chaos, nous cherchons à le relever. Il est tombé dans le chaos par la faute d’IBK. Il n’y a rien, absolument rien aujourd’hui comme sécurité, éducation, santé et autre. Il n’y a pas plus de chaos que ce que nous vivons de nos jours.

Amadou Diallo : «  La seule raison de notre présence est la démission d’IBK  »

Là où nous sommes, IBK ne peut plus rien faire pour ce pays. Ça lui fait 7 ans au pouvoir aujourd’hui, il n’a pu faire rien pour le peuple. Tout le monde le soutenait en 2012, mais on sait maintenant qu’il est incapable de diriger le pays. La seule raison de notre présence est sa démission. S’il réfléchit et songe vraiment au sort de ses enfants, IBK doit partir. Des gens sont actuellement tués jusque dans leur domicile. Le Mali ne l’appartient pas, c’est pour le peuple qui demande son départ. Pourquoi ne veut-il pas écouter le peuple  ? Du nord au sud, tous les gens sont mobilisés et debout pour cette démission.

Boubou Lah : «  Qu’il démissionne ou pas, le peuple en a marre  »

Je ne suis pas là pour Mahmoud Dicko, mais pour moi-même. Cette marche n’est pas une affaire de Dicko, mais de tout le monde. Les pauvres sont déçus et lésés actuellement. Qu’IBK démissionne ou pas, le peuple en a marre. Tellement opprimé, le peuple malien est dans une pauvreté inexplicable. Le Mali occupe le troisième rang dans l’exploitation de l’or. Dans l’élevage, il est deuxième après le Nigeria. Il est premier producteur de mil et du coton. Ma déception, c’est de voir que même le prix des poulets soit plus cher qu’un électeur malien qui ne coûte que 2000 F.Le problème ce n’est ni x ou y, c’est plutôt nous les Maliens.Qu’IBK cède ou pas le pouvoir, nous voulons que le Mali sorte de cette condition terrible.

Tant qu’on n’arrête pas de se partager l’argent du contribuable au détriment de tous, on n’émerge jamais. C’est Dieu qui nous a donné Mahmoud Dicko, il doit être soutenu. J’ai été chez lui, et j’ai vu le plat qu’il mange à la maison. Mahmoud ne fait pas ce combat pour lui, mais pour le peuple. IBK est un ami à Dicko. Lorsque l’imam lui demande 100 millions, IBK le lui donne sans problème. Mais il a laissé ce privilège pour défendre l’intérêt de tous. Cette affaire n’est pas une affaire de mosquée, mais de tout le monde.

Rassemblés par Mamadou Diarra
Le Pays du 22 Juin 2020

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés