Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Réforme Constitutionnelle : ‘‘Nous voulons un processus inclusif avec...

Réforme Constitutionnelle
‘‘Nous voulons un processus inclusif avec la participation de tout le Monde’’ dixit, Pr Makan Moussa Sissoko


Sur instruction du président de la République Ibrahim Boubacar Keita, le gouvernement à travers le Premier Ministre a mis en place un comité d’experts pour la réforme constitutionnelle qui pointe à l’horizon. A la faveur d’une conférence de presse, ledit comité a promis de consulter toutes les forces vives de la nation en vue d’un processus inclusif. C’était le mercredi 6 février dernier à l’Hôtel Sheraton de Bamako, sous l’égide du Pr Makan Moussa Sissoko, président dudit comité.

Décidément, le Mali à travers une décision présidentielle tente pour la quatrième fois de réviser la constitution malienne qui date du 25 février 1992. Si les trois dernières tentatives ont échoué pour faute de consensus, le comité d’experts mis en place pour cette fois-ci entend relever le défi avec succès. Pour ce faire, ledit comité compte faire du dialogue son cheval de batail en vue d’un processus inclusif comme le souhaite Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéita, président de la République, Chef de l’Etat.

Composé de 11 membres, dont un président ; deux rapporteurs et 8 experts, le comité d’experts pour la réforme constitutionnelle a présenté son agenda et ses missions aux medias. Cette rencontre a succédé à celles du Président de la République et du Premier Ministre conformément au chronogramme de Consultation de toutes les couches de la société malienne.

Selon le Pr Makan Moussa Sissoko, le comité entend se mettre à la disposition du peuple malien. ‘‘ Nous voulons un processus inclusif avec la participation de tout le Monde’’, a expliqué le président du comité, avant de poursuivre qu’une série de consultations sera engagée afin d’avoir l’avis et les propositions de toutes les forces vives de la nation.

Un agenda chargé

Le comité qui opte pour un processus inclusif présente un chronogramme bien detaillé. A travers lequel les membres procèderont à une série de consultations. Dans le programme, il est prévu de ce mois de février à mars 2019 des entretiens avec toutes les institutions de la République, les regroupements des partis politiques de la place ; les organisations de la société civile ; les autorités religieuses et traditionnelles. Mieux les membres du comité nous révèlent qu’ils s’entretiendront également avec le chef de fil de l’opposition ; les mouvements signataires de l’accord pour la paix. S’y ajoutent les centrales syndicales ; les syndicats de la magistrature, les greffiers, les professions juridiques libérales sans oublier les faitières des collectivités et les partenaires techniques et financiers, bref aucune couche de la société ne sera épargnée. Il y aura aussi un forum en ligne sur le www.constitutiondumali.com au profit des maliens de l’extérieur. Ce qui permettra à ceux-ci de contribuer aux débats qui s’articuleront autour de différentes thématiques.

La réponse aux questions qui taraudent les esprits

L’occasion était opportune pour les hommes de medias de poser des questions qui leur semblent pertinentes. A la question relative au budget alloué au comité, Me Sidi Mohamed Diawara dira qu’à part les indemnités, le comité n’a pas pour le moment un budget spécifique. Et d’ajouter que la majeure partie des dépenses sera prise en charge par l’Etat avec le soutien des partenaires techniques et financiers.

Par rapport à la différence entre révision et réforme constitutionnelle, le Pr Makan Moussa dira que la révision est un travail technique, tout comme la reforme. Pour lui, c’est une question d’adaptation.

S’agissant de la nécessité de cette réforme constitutionnelle, les membres du comité estiment que le processus permettra au Mali de relever plusieurs défis. Ils pensent également que ladite reforme a des avantages et non des inconvénients. ‘‘ Nous ne sommes pas là pour changer la nature du pouvoir, nous sommes plutôt là pour la réforme de la constitution pour le bonheur de la nation, ajoute-t-il.

Toutefois, le président a tenu à signaler que le comité tiendra des séances de travail technique afin de partager les résultats des consultations, avant de procéder à la rédaction de l’avant-projet de loi portant révision de la constitution.

A. Coulibaly

Le Journal du 18 Février 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés