Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Retour des enseignants à Kidal : Les six (6) conditions préalables du collectif des syndicats

A la suite de l’ultimatum du gouverneur de la région de Kidal, Sidi Mohamed Ag Ichrach, sommant les enseignants de la localité de regagner leur poste avant le 30 octobre 2018, le collectif des syndicats de l’éducation vient de poser ses six conditions pour rejoindre leur poste : la présence préalable des forces armées de défense et de sécurité du Mali et l’instauration des primes de risques.

En effet, il y a quelques semaines, sur les ondes de RFI, le gouverneur de la région de Kidal, Sidi Mohamed Ag Ichrach a fixé un ultimatum aux enseignants de la circonscription de regagner leur poste avant le 30 octobre 2018. Pis, il va loin jusqu’à menacer les enseignants qu’au-delà de cet ultimatum, les absents seront considérés comme démissionnaires, et verront leur salaire suspendu purement et simplement.

Dans une déclaration dont nous avons reçu copie, le collectif des syndicats de l’éducation de la région de Kidal informe l’opinion nationale et internationale ses préoccupations : « Nous n’avons ni abandonné nos postes, ni refuser d’y retourner. Cependant, conscients de ce que nous avons vécu en 2012 et en 2014 à Kidal, nous sommes engagés plus que jamais pour un processus d’approche participative de toutes les autorités politiques et administratives de la région de Kidal pour favoriser le retour des enseignants dans des conditions acceptables ».

Face à la pression du gouverneur de la région, les enseignants se sont concertés à Bamako pour dégager certaines exigences préalables à leur retour aux postes. Des revendications qui sont au nombre de six.

Le collectif exige la présence préalable des forces armées de défense et de sécurité du Mali, libres dans leurs mouvements, conditionne leur retour au retour de tous les travailleurs de la région et de l’administration en général.

Les enseignants exigent aussi le paiement préalable des primes d’installation et de transport non perçues par certains enseignants et de nouvelles primes de transport et d’installation pour tout le monde. Les enseignants exigent également l’indemnisation de tous les enseignants qui étaient à Kidal lors des événements de 2012 et de 2014.

L’une des revendications majeures du collectif est l’instauration des primes mensuelles : logement (75.000 F), de zone (150.000 F), de risque (200.000f). Le doublement du salaire pour une dizaine d’années est également demandé par le collectif.

A défaut de la satisfaction de ses doléances, le collectif assure qu’aucun enseignant ne bougera et pas de cours à Kidal.

Y. Doumbia
L’indicateur du Renouveau du 16 Novembre 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés