Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Ristournes Gate : Après Bakary Togola, au suivant !

A la grande surprise générale, le richissime président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (Apcam), Bakary Togola a été incarcéré à la Maison d’Arrêt de Bamako (MCA) le vendredi 13 septembre 2019. Le lendemain samedi, le procureur du pôle économique et financier a animé une conférence de presse le 14 septembre 2019, au tribunal de la commune lll. Objectif : éclairer l’opinion nationale sur l’arrestation de ce grand défenseur du régime IBK et membre du parti présidentiel, le RPM. Il ne serait toutefois pas seul à être inquiété dans ce dossier, si l’on en croit les propos du juge anti-corruption, Mamadou Kassogué.

Selon le procureur du pôle économique et financier, le devoir de réserve imposé aux magistrats et l’éducation les amènent souvent à ne pas beaucoup parler. Mais dans certaines circonstances, parler devient obligatoire. « C’est pourquoi nous avons décidé de parler pour porter à la connaissance de l’opinion la bonne information en donnant des éléments précis et concrets du dossier afin que tout le monde soit au même niveau d’information par rapport à ce qui peut être dévoilé au stade actuel de l’enquête », a expliqué d’entrée de jeu M. Kassogué. Avant d’ajouter : « Il peut y avoir d’autres affaires concernant Bakary Togola, mais celle à la suite de laquelle il est en détention provisoire est l’affaire des ristournes qui sont mises à la disposition de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton par la CMDT au profit des paysans ».

A l’en croire, c’est une personne sous l’anonymat qui a envoyé une correspondance au pôle économique et financier dans laquelle il a fait l’état de l’existence de malversation au niveau de la confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton qui pourrait se chiffrer autour de 3 milliards voire plus. « C’est ainsi que nous avons ordonné l’ouverture d’une enquête en saisissant la brigade du pôle économique et financier qui est composée d’officiers et d’agents de police judiciaire de la police et de la gendarmerie », indique le président Kassogué. Avant de poursuivre : « Et au cours de l’investigation, le dénonciateur a beaucoup contribué, il a même apporté des documents comptables pour attester sa dénonciation ».

Toujours selon lui, à l’issue des investigations, il a été constaté que de 2013 à 2019, la CMDT a mis à la disposition de la confédération un montant de 13 milliards 431 millions 431 mille 37 FCFA et sur ce montant-là, seuls 8 milliards 854 millions 760 mille 823 FCFA ressortent de la comptabilité de la confédération. Donc, il y a un montant de 4 milliards 576 millions 676 mille 214 FCFA qui n’ont été comptabilisés. De même, sur les 8 milliards 854 millions 760 mille 823 FCFA qui ont été comptabilisés, seuls 3 milliards 969 millions 284 mille 966 FCFA ont pu être justifiés. Il y a encore un montant de 4 milliards 885 millions 475 mille 857 FCFA non justifiés. Ce qui fait au total 9 milliards 462 millions 152 mille 71 FCFA non justifiés, dixit le procureur Kassogué. Au stade actuel de l’enquête, on reproche au tout puissant président de l’APCAM, BakaryTogola, le détournement présumé d’un montant de 9 milliards 462 millions 152 mille 71 FCFA.

C’est pourquoi le jeudi dernier, le procureur Kassogué a ordonné qu’une mesure de garde à vue soit prise contre M. Togola, président du conseil d’administration de la Confédération et présumé auteur principal de ces malversations dénoncées, qui a abouti à une détention provisoire. Au cours de son intervention, le procureur Mamadou Kassogué a dit qu’il a ordonné l’ouverture d’une information judiciaire, qu’il a observé l’existence des présomptions de détournement de derniers publics sur la base de faux, usage de faux, soustraction frauduleuse, détournement et autres malversations. Cependant, le dossier se trouve dans les mains du juge d’instruction qui va approfondir les enquêtes.

Le conférencier a précisé que tant que la culpabilité de Bakary Togola n’est pas définitive, il bénéficie de la présomption d’innocence. Il a aussi rassuré que ce dossier sera examiné de façon objective et transparente. Qu’ils iront jusqu’au bout. Et sur ce plan, le procureur a affirmé qu’ils sont parfaitement en phase avec le Garde des Sceaux qui les a aussi rassurés du soutien des autorités du Mali, chose qui les réconforte davantage dans leur travail.

Ce dossier suscite beaucoup de bruit car, en plus de Bakary Togola, le procureur Kassogué dit que 6 autres personnes sont soupçonnées. L’affaire ne fait donc que commencer.

Yoro Sidibé
Le Démocrate du 18 Septembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés