A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Dr Boubou Cissé, Premier ministre du Mali : « Ma démission n’est pas à l’ordre du jour »
Commune I du district de Bamako : Les ordures cherchent preneurs !
Le CSDM demande au président IBK de dissoudre l’Assemblée Nationale !
Crise sociopolitique au Mali : Reprise timide de la désobéissance civile du M5-RFP
Contribution : Le charisme de l’office !
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Cette conférence de presse du CSDM fait suite au Sommet extraordinaire des Chefs d’Etats de la CEDEAO

L’objectif de la conférence était non seulement de se prononcer sur les conclusions de ce sommet mais aussi d’évaluer la situation qui prévaut au Mali...

Lire

07-08-2020

Le CSDM demande au président IBK de dissoudre l’Assemblée Nationale !

 

Commune I du district de Bamako : Les ordures cherchent preneurs !

 
Le Républicain | Inter Bamako | Sport | 22 Septembre | La Mutation | Le Débat | L'Observateur |
 
Sur le fil de l'actualité...
Gao : Un avion de la MINUSMA a raté sa piste d’atterrissage.
Dr Boubou Cissé, Premier ministre du Mali : « Ma démission n’est pas à l’ordre du jour »
Crise sociopolitique au Mali : Reprise timide de la désobéissance civile du M5-RFP
Situation du pays
Contribution : Le charisme de l’office !
La reprise des compétitions africaines (Ligue des champions et Confédérations) en septembre.
La très lente éclosion de la force européenne « Takuba » au Mali
Monde
Lutte contre le COVID-19

Quelque huit mois après son apparition en Chine, le coronavirus continue de faire des ravages dans le monde entier. De l’Europe, après l’Empire du milieu d’où il est parti, l’épicentre de la maladie s’est progressivement déplacé aux Etats-Unis avant de menacer sérieusement l’Amérique latine. Jusque-là moins impactée que les autres continents, l’Afrique vit aussi son calvaire lié à cette pandémie qui a décidément la peau dure et n’est pas loin de mettre le monde sens dessus-dessous. En effet, alors que dans certaines parties de la planète, comme en Europe par exemple, on craint une seconde vague du virus mortel, en Afrique, la pandémie est en train de regagner un second souffle. Une tendance à la hausse qui n’est pas sans créer des inquiétudes ; l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ne cessant de tirer la sonnette d’alarme. Pour cause : un relâchement général qui fait craindre le pire. Car, entre scepticisme, attitude frisant parfois l’inconscience, et lutte pour la survie à travers la recherche du pain quotidien, bien des Africains ne semblent plus vraiment avoir peur du virus. C’est à se demander si passés les premiers moments de psychose où le continent a montré une résistance des plus improbables à la maladie, certains n’ont pas fini par banaliser le virus qui garde pourtant toute sa dangerosité, au regard de la mortalité causée et des difficultés de la science à y trouver remède.Lepays.bf

Cote d’Ivoire
Nomination de Hamed Bakayoko Comme premier ministre

Le président Alassane Ouattara a enfin trouver, pour ainsi dire, un successeur poste pour poste à son fils comme il l’appelait, Amadou Gon Coulibaly foudroyé à Abidjan le 8 juillet dernier comme chacun le sait par un accident vasculaire cérébral, et qui repose pour l’éternité dans le caveau familial, au quartier Soba de Korhogo. Celui qui vient d’être propulsé à la tête du gouvernement ivoirien en cette veille de Tabaski n’est pas un novice, loin s’en faut, puisqu’il s’agit du tout puissant ministre d’Etat et ministre de la défense, Hamed Bakayoko. Ce securocrate du régime avait même été pressenti pour être le dauphin putatif d’Alassane Ouattara, avant que le choix ne soit porté sur le Lion du Poro (Amadou Gon Coulibaly), homme politique incontournable dans le district des Savanes et fidèle parmi les fidèles du président en exercice. Adama Bictogo et Kandia Camara l’ont du reste martelé à plusieurs reprises, sans craindre de faire des mécontents dans leur propre camp où certains pensaient secrètement que leur heure avait sonné. Les activistes à la solde de l’opposition vont certainement enflammé la toile en tirant à bout portant sur le nouveau premier ministre, accusé d’être, à tort ou à raison, le symbole de toutes les tares du régime actuel. Hamadou GADIAGA/Lepays.bf

Ouganda
Candidature de Yoweri Museveni pour un sixieme mandat

Après 34 ans de pouvoir sans partage et du haut de ses 75 ans, l’homme fort de Kampala, Yoweri Museveni, briguera un nouveau mandat. C’est la preuve qu’il donne à travers sa candidature à la présidentielle de 2021, pour une sixième fois. Si le ridicule pouvait tuer… Alors que la tendance générale sur le continent est à la limitation du nombre des mandats, ce satrape qui dirige son pays d’une main de fer, veut régner ad vitam aeternam. C’est à se demander s’il ne se croit pas immortel. Que peut-il encore apporter à l’Ouganda après plus d’un quart de siècle au pouvoir ? Avec cette nouvelle candidature, Yoweri Museveni achève de convaincre qu’il est en train de transformer l’Ouganda en royaume. Et ce n’est point étonnant, puisqu’à ses yeux, l’Ouganda est sa « bananeraie ». N’avait-il pas lancé, en 2016, cette phrase qui aura retenu l’attention de plus d’un Ougandais ? On a le sentiment que le peuple ougandais s’est résigné, attendant que Dame nature fasse son œuvre. En tout cas, ils sont nombreux les Ougandais qui pensaient qu’après la sanglante parenthèse Idi Amin Dada, Museveni qui est arrivé aux affaires comme un sauveur, fermerait définitivement la page de la dictature pour en ouvrir une nouvelle chargée d’espoirs. Hélas ! Plus de 32 ans après, le désenchantement est plus que total.Dabadi ZOUMBARA/Lepays.bf

Afrique
Fêtes de indépendance du Burkina et d’autres pays africains

Le soixantième anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso sera célébré le 5 août, avec quelques trompettes militaires dans les principales villes du pays, mais l’ambiance sera celle des jours ordinaires comme c’est de coutume depuis l’avènement de la Révolution démocratique et populaire en 1983. Des cérémonies sobres, juste pour sacrifier au rituel dans les chefs-lieux de région, en guise de devoir de mémoire envers tous ceux qui se sont investis pour que l’ancienne Haute-Volta obtienne son indépendance politique vis-à-vis de la France. La responsabilité du colon, pour importante qu’elle puisse être, ne saurait expliquer ni justifier le piteux état dans lequel végètent la plupart des pays africains. Cette sobriété n’est pas seulement le fait de la situation sanitaire et sécuritaire préoccupante de notre pays, mais s’explique aussi et surtout par le fait qu’il n’y a pas de quoi organiser des flonflons cocardiers pour un événement dont les fruits n’ont pas du tout tenu la promesse des fleurs. Car, ici comme ailleurs, et notamment dans les autres pays de l’Afrique francophone, force est de constater que derrière la façade et la fiction de l’indépendance, se dissimule une tout autre réalité, contrôlée et dominée par la puissance colonisatrice, la France en l’occurrence. Il nous faudra une prise de conscience collective pour sortir de l’ornière. C’est à partir de là seulement qu’on pourra parler d’indépendance véritable et la célébrer comme il se doit, au lieu d’organiser des cérémonies fastueuses et onéreuses pour flatter notre ego, et tendre la sébile dès le lendemain au reste du monde, en espérant avoir quelques subsides.Sidzabda/Lepays.bf

 

Zoom sur Hammadoun Dicko (1924-1964) : Le destin brisé d’un homme politique aux dents longues
Homme politique malien né en 1924 à Diona, Hammadoun Dicko sera lâchement assassiné à Kidal sous le régime de Modibo Keita. Fils d'un chef de village, il étudie à l'école de Douentza puis à Mopti et au lycée Terrassons de Fougères à Bamako, Hammadoun Dicko poursuit ensuite à l'Ecole normale William Ponty de Dakar. En 1947, Monsieur Dicko est nommé instituteur où il exerce d'abord à Bafoulabé (...)
 

Lutte contre le paludisme : Des stratégies adaptées au contexte du COVID-19
À cause de la propagation du coronavirus, le Programme national de lutte contre le paludisme réajuste ses méthodes dans la distribution de moustiquaires imprégnées et aussi dans la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants La communauté internationale célèbre chaque 25 avril, la Journée mondiale de lutte contre le paludisme pour mettre en lumière les progrès enregistrés dans (...)
 

© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés