Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Sobane Da : Le bilan fait état de 101 morts !

Un mois après l’attaque meurtrière contre le village de Sobanè Da, dans la commune Sangha, le bilan a évolué. Les autorités communales annoncent que ce jour-là, 101 personnes ont trouvé la mort dans ce drame. Au lendemain de ce massacre survenu, il y a de cela un mois, le gouvernement avait donné un bilan officiel de 35 personnes tuées.
Ce nouveau bilan a été publié cette semaine sur les réseaux sociaux. Le document signé par la mairie de Sangha précise par famille le nombre de morts. Au total 101 personnes ont été tuées dont une soixantaine sont des femmes et des enfants.

L’interview accordée par le maire de Sangha au moment du drame avait fait état de près de 100 corps calcinés. Une tuerie qui a créé de l’émoi dans toute la commune de Sangha et le cercle de Bandiagara. Ce bilan est donné un mois après l’attaque attribuée à des hommes armés non identifiés. Selon le maire de la commune, ces assaillants sont arrivés dans le village, l’ont encerclé avant d’y mettre le feu. Le chef du gouvernement, Dr Boubou Cissé, s’était rendu sur les lieux du drame. Après sa visite, son département a fait un bilan officiel de 35 morts. Un chiffre qui avait fait polémique au sein de la population locale.

Pendant ce temps, la Haute représentante de la politique extérieure de l’Union européenne bouclait une visite de terrain dans la région de Mopti. Selon Federica Mogherini, l’Union européenne entend appuyer le retour des services de l’État au Centre, la réouverture des écoles et renforcer les mécanismes de justice. Cette annonce a été faite, le jeudi dernier, lors d’une conférence de presse au ministère des Affaires étrangères. A cette occasion, l’Union européenne a demandé également l’accélération du processus de l’opérationnalisation de la force conjointe du G5-Sahel.

MINUSMA : Dix Casques bleus blessés par…

Dix Casques bleus des Nations-Unies ont été blessés, dont quatre grièvement, lorsque leur véhicule a roulé sur une mine lors une opération dans les environs de Kidal. Les soldats blessés, dont la nationalité n’a pas été précisée, reçoivent des soins médicaux, a-t-il ajouté.

Le porte-parole adjoint de l’ONU, Farhan Haq, a déclaré que la mission des Nations-Unies au Mali enquêtait sur l’incident survenu, le jeudi dernier. La mission de l’ONU, amorcée il y a six ans pour tenter de stabiliser le pays, compte environ 16 500 militaires.

G5-Sahel : L’Union européenne apportera une aide de…

L’Union européenne apportera une aide de 138 millions d’euros supplémentaires pour le financement de la force conjointe du G56Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), a annoncé, le mardi dernier à Ouagadougou, la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Federica Mogherini. “L’Union européenne appuiera la Force conjointe, y compris sa composante police, à hauteur de 138 millions d’euros additionnels, en plus de ce que nous avons déjà contribué”, a déclaré Mme Mogherini.

“Nous avons décidé de consolider le partenariat sur la base des priorités suivantes : l’appropriation par les cinq pays du G5-Sahel notamment à travers une coordination renforcée par le Secrétariat Permanent, la définition d’un cadre d’action intégré en matière de sécurité et de développement et l’identification de zones prioritaires sur lesquelles seront concentrés les efforts des parties”, a-t-elle expliqué. Les deux parties (UE et G5-Sahel) ont également convenu “d’innover dans les modalités de mise en œuvre de l’aide, tant dans le domaine de l’appui à la Force conjointe que dans les actions de développement pour répondre rapidement aux attentes de la population”, a-t-elle ajouté.

Mme Mogherini s’exprimait à l’issue d’une audience avec le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, aux côtés des ministres des Affaires étrangères des pays membres du G5 Sahel réunis à Ouagadougou lors de la 5ème réunion interministérielle.

Barkhane : L’armée française ferme une base au Niger

La base de l’armée française à Madama, dans le nord du Niger, a été “mise en sommeil” dans le cadre d’une “concentration des efforts” de l’opération Barkhane dans la région malienne du Liptako Gourma et sur la base française de Gossi, a annoncé, le mardi dernier, le porte-parole de l’état-major des armées françaises. Les forces françaises disposent de cette base de Madama dans le cadre de l’opération antidjihadiste française Barkhane, qui mobilise quelque 4.500 militaires dans le Sahel. “La mise en sommeil de la base de Madama (nord du Niger) entre dans le cadre de la concentration des efforts dans le Liptako Gourma” (Centre du Mali), a déclaré le général Patrik Steiger lors du point de presse hebdomadaire de l’état-major. “Le dernier convoi est parti (de la base de Madama, NDLR) hier ou avant-hier. Ce n’est pas une fermeture, cela permet de conserver une capacité de remontée en puissance, d’intervention si nécessaire”, a-t-il expliqué, précisant que les autorités nigériennes ont été informées.

“La base n’est pas abandonnée, il y a une garnison nigérienne qui n’est pas loin. Les équipements les plus sensibles nécessitant un entretien régulier ont été rapatriés par différents convois”, a-t-il poursuivi. Cette “mise en sommeil” est “concomitante” avec la “montée en puissance” de la base opérationnelle temporaire avancée de Gossi (Centre du Mali), ce qui entre “dans le cadre de la concentration des efforts dans le Liptako Gourma”. Cette base, qui était occupée par un détachement de la Minusma jusqu’à 2018, puis depuis janvier 2019 a été réoccupée par des soldats français, a été officiellement inaugurée le 26 juin, selon la même source.

D’importants travaux d’aménagement ont été effectués, permettant “d’accueillir plus de 300 militaires”, a précisé le général. “Cela permet de marquer l’implantation de Barkhane (…) et de pouvoir lancer des opérations durables dans cette zone”.

Kita : Transfert de dix bandits à la prison centrale

Arrêtés il y a 2 semaines, les dix malfrats de Kati Farada, ont été transférés à la prison centrale par le Commissariat de police à Kita. Ces bandits opéraient dans plusieurs localités du cercle, notamment sur le tronçon Kita-Bamako où ils ont braqué dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 2019 des véhicules dont l’ambulance du CSREF de Kita. Tous les passagers ont été dépouillés de leurs biens. Selon le commissaire principal de police de Kita, les 10 bandits ont été arrêtés en possession d’armes et des munitions, des motos et téléphones volés et une importante somme d’argent.

Almoustrat : Don pour 2000 personnes

2000 mille personnes dont des enfants et des femmes ont bénéficié d’un don ce mois-ci dans le cercle d’Almoustarat, région de Gao. Ce don de vingt tonnes est une initiative du Programme Alimentaire Mondiale. Il est composé des pattes alimentaires, du lait, de l’huile et du petit pois.

Diré : Hausse du prix des légumes

Les prix du kilogramme de l’échalote et de l’oignon sont en hausse à Diré depuis quelques jours. Le kilogramme de l’échalote qui était vendu à 150 F CFA la semaine dernière, est cédé aujourd’hui à 250 F CFA. Selon les commerçants, cette hausse s’explique par la forte demande et l’indisponibilité du légume sur le marché. Ils estiment que les prix connaîtront une hausse dans les semaines à venir.

Ségou : Le bilan des accidents de la circulation

20 morts, 1084 blessés, c’est le bilan des accidents de la circulation survenus à Ségou lors des 6 derniers mois. Ces chiffres ont été communiqués, le jeudi 11 juillet 2019, par la direction régionale de la protection civile lors de sa rencontre semestrielle. Selon les responsables de ladite structure, le nombre de victimes a diminué cette année. Le document révèle aussi un enregistrement de 14 cas de noyades dans la région

Rassemblées par la Rédaction
L’Aube du 15 Juillet 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés