Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Société : L’infidélité s’incrusterait –elle dans nos mœurs ?

Phénomène grandissant dans nos mœurs à en croire différents témoignages, l’infidélité est devenue une pratique courante dans nos sociétés nous relèvent des citoyens approchés, principale cause des ruptures et source de divorce selon certains tribunaux de la place, elle ne représente que 1% des causes du divorces. Alors comment l’infidélité serait –elle cette gangrène de notre société actuelle ?

« Le mariage est une union entre l’homme et la femme. C’est un engagement de l’un envers l’autre et les deux se doivent respect, amour et fidélité. C’est ce que nous demande nos valeurs culturelles, nos us et coutumes et même la loi. Malheureusement ça a tendance à disparaitre car la débauche prend de l’ampleur dans la société malienne ». Décrié ainsi Mamoutou Diarra le phénomène de l’infidélité qu’il estime grandissant dans la société.

Mamoutou Diarra est le chef de quartier de Doumanzana en commune I du district de Bamako, porté sur la tradition, Mamoutou conseille la polygamie chez les hommes pour éviter toute tentation adultérine. S’agissant de la femme, Monsieur Diarra se réfère à un pan de la tradition malienne qui voudrait que chaque femme puisse jurer et se vanter parmi ses paires de sa fidélité envers son mari. Poursuivant ses explications, le Chef de quartier affirme que la fidélité est une vertu qui permet à chaque épouse de garantir le bonheur de ses progénitures.

« Dans nos sociétés, les femmes juraient de cette manière ci pour accompagner leurs enfants dans la vie ‘Si je n’ai jamais connu un autre homme que votre père, mon enfant tu ne connaîtras jamais échec dans ta vie, tu te sortiras de toute épreuve et pièges de tes ennemis’ », disaient les femmes dans le passé ;pour elles l’adultère avant et pendant le mariage était la pire honte et abomination qu’ elle pouvait commettre ; au-delà de leur personne ça engageait leur famille et communauté entière avec des conséquences néfastes sur leurs descendances ». Un rappel des mœurs que soutient fermement Mamoutou Diarra ce sexagénaire garant des traditions ancestrales.

Outre âge, autre considération, selon Oumou Diarra, une ménagère d’une trentaine d’année quant à elle estime que la fidélité et l’infidélité ont tous deux des dimensions préoccupantes sans distinction de sexes. Pour elle, l’infidélité de certaines femmes trouve sa cause dans ces facteurs qu’elle cite : impuissance sexuelle de l’homme, le manque d’amour ou d’attirance pour son conjoint et surtout le manque de ressources financières. « Si la femme manque d’amour, qu’elle n’est pas sexuellement satisfaite et que son homme ne peut lui donner de l’argent dont elle a besoin, elle peut être amenée à prendre des raccourcis pour combler ce vide-là » telle est l’explication que trouve Oumou Diarra à l’infidélité chez les femmes.

Oumou Diarra, Fatoumata Camara, étudiantes et Bintou Traoré, agent comptable, toutes trois imputent l’infidélité chez les hommes au fait ‘qu’’ il aurait plus de femmes que d’hommes : « Il y a plus de célibataires femmes que d’hommes parfois ceux sont les femmes qui courtisent les hommes » déclare Fatoumata d’un regard coquin en éclatant de rire.

Pour Bintou Traoré, le tort est partagé au sein des couples selon ses dires, certains hommes seront vicieux ce qui expliquent leur comportement infidèle. Parallèlement Bintou pense que certaines femmes de par leur comportement conduisent leur conjoint dans d’autres bras. « Plusieurs femmes se refusent à leur rôle de femme, elles vont parfois jusqu’à faire chanter leur partenaire au lit pour avoir de l’argent, chose qui conduit certains hommes à chercher une relation extraconjugale » soutient elle.

Autre époque, autre tendance ?

Selon Seydou Magassa enseignant chercheur et sociologue, la société a connu de profonde mutation et brassage. De ce fait le poids des interdits n’est plus perçu de la même façon et n’a plus la même portée. Pour Magassa, une sexualité en dehors du cadre légal donc du mariage ou les relations d’une personne avec différents partenaires, exprime un sentiment d’insatisfaction. Une insatisfaction qui peut être d’ordre sexuel ou matériel. Autre argument qu’avance le sociologue reste la cupidité et la personnalité de l’individu. Pour lui le milieu social est un véritable catalyseur pour influer les personnes à s’adonner à une pratique contraire à leur essence première. « Autant l’homme que la femme peut se décider à être infidèle à son partenaire si il ou elle se trouve dans un milieu où le phénomène est banalisé » affirme –t-il avant d’affirmer que la société se montre plus tolérante à l’infidélité chez les hommes que les femmes.

Différents témoignages laissent entendre que l’infidélité est un phénomène grandissant sous nos cieux. Et parfois, elle semble anodine chez les hommes que chez la femme. Déperdition culturelle, sociétale, difficulté financière, mauvaise assimilation de la modernité et modernisation, bref les raisons avancés pour expliquer le phénomène sont nombreuses en somme il y a un changement des mœurs qui ébranle la société actuelle. Pour bon nombre de personnes l’infidélité serait la cause principale des séparations même si elle ne représente que 1% des motifs des divorces selon Hadiya Djoumassi Greffier en Chef au Tribunal de la Commune I du district de Bamako. Car selon ses propos, il est souvent difficile d’établir les preuves de l’infidélité et une fois établie, la loi prévoit une procédure pénale allant jusqu’ à l’emprisonnent.

Bissidi Simpara

Bamako, le 28 Décembre 2018

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés