Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Soutien à la justice : Le nouveau combat de Me Bathhily !

Un groupement de plusieurs associations et leaders d’opinion ont annoncé la mise en place d’une plateforme. Objectif affiché ?Soutenir la justice malienne. L’annonce a été faite lors d’un point de presse, le lundi dernier, par les leaders du groupement…

C’est sous la présidence de l’ex-ministre de la justice, Me Mohamed Ali Bathily, président des APM, que le « Collectif de soutien à la Justice malienne » s’est présenté devant la presse. L’ex-ministre était accompagné par d’autres leaders comme Sidiki Kouyaté, président de l’initiative « Yiriba Koro », Lassine Diawara du BIPREM et IbrahimaDjonkoloni Coulibaly, journaliste et leader d’opinion.

Me Mohamed Ali Bathily a expliqué que l’une des causes réelles de la révolution de 1991 dans notre pays était la revendication d’une justice équitable. Cette cause a été trahie, pour lui, par les « démocrates » qui ont déçu le Peuple en instaurant une justice sélective au profit des plus forts. « C’est en prenant conscience de la situation délicate que vit notre pays et le rôle nécessaire que doit jouer la justice pour sa refondation que cette initiative est née pour soutenir son nouveau visage actuel », a-t-il déclaré. Selon lui, ce Collectif s’appuie sur la ressente offensive lancée par la justice sur le terrain de la lutte contre la corruption avec l’arrestation de nombreuses figures politiques mises sous mandat de dépôt. Pour le président des APM, ces actions en cours doivent avoir le soutien de chaque malien, car elles illustrent une volonté manifeste de lutter contre l’impunité par nos justiciers.

Pour Me Bathily, Malick est reconnu par tous pour son intégrité et sa loyauté. Personne n’a une seule raison de douter de sa bonne foi et nous sommes prêts à l’accompagner en termes de soutien citoyen pour sa mission.

Des révélations sur des dossiers en cours

Les conférenciers, tout en donnant des explications sur leur initiative, ont fait des révélations sur plusieurs affaires judiciaires dans notre pays. Selon le représentant du BIPRM, leur plainte déposé, le 03 octobre dernier, auprès du procureur du Pôle économique concernant le marché des achats de l’avion présidentiel et des équipements des FAMas n’a pas été classé sans suite contrairement à certaines allégations . « Nous avons déposé notre plainte et nous n’avons eu aucune réponse de la part de la justice jusqu’à présent. Il est impossible que nous ne soyons pas informés de la suite de notre dénonciation directement surtout quand elle doit être classée sans suite. Nous attendons durant un délai raisonnable pour voir la réaction de la justice. Dans le cas échéant, nous irons nous-mêmes demandé des explications pour savoir ce qu’il en est », a indiqué Lassine Diawara, président du BIPREM.

Ibrahima Djonkoloni a pour sa part été très claire : « Je suis prêts à soutenir notre justice mais à condition qu’elle soit impartiale et équitable. Une justice sélective à la solde d’une vision politique n’en est pas une. Mamadou Sinsy Coulibaly, a déclaré avoir la liste des fonctionnaires les plus corrompus de notre pays et a même donné un nom. Je ne soutiens ni le ministre de la justice ni le procureur du Pole économique car ils auraient dû commencer par ces gens ».

Pourquoi Mohamed Ali Bathily n’a pas lui-mêmeinstauré cette nouvelle justice qu’il veut soutenir aujourd’hui ? Me Bathily dira : « Quand j’étais à ce département, c’était une vraie bataille contre une énorme ingérence politique dans mon travail. On ne me laissait pas aller au bout de mes actions et je ne jouissais pas d’autant de soutien populaire et politique que Malick aujourd’hui. J’aurais réussi cette mission si les Maliens et le régime m’avaient soutenu contre les hors-la-loi ».

D’autres affaires sensibles ont été évoquées comme celle des bérets rouges assassinés qui a conduit à l’arrestation du putschiste Amadou Aya Sanogo et ses co-accusés qui attendent depuis 6 ans leur jugement. Pour l’ex-ministre ministre de la justice Batilly, qui connait bien ce dossier, cette affaire est bloquée du fait de son caractère essentiellement politique. Pour lui, aucune explication judiciaire ne justifie le fait que ces hommes, jouissant de la présomption d’innocence, n’arrivent toujours pas à être jugés…

Les membres du Collectif sont unanimes sur le fait que le vrai soutien consiste à mobiliser tous les Maliens dans cette lutte. « Nous allons nous mobiliser chaque vendredi, après la grande prière, sur une place publique pour soutenir l’avènement d’une nouvelle justice dans notre pays. Et nous donnons rendez-vous à tous les Maliens le 08 novembre prochain au monument de l’indépendance pour débuter sur le terrain », a déclaré Mohamed Ali Bathily.

C’est avec cet appel à la mobilisation que les membres du « Collectif de soutien à la justice malienne » ont clos leur point de presse. En entendant cette premièreactivité ils disent descendre sur le terrain pour mener une campagne de sensibilisation auprès de la population pour une plus grande réussite.

Par ailleurs, les membres de ce nouveau collectif se disent confiant concernant la bonne foi de l’actuel ministre de la justice et garde des sceaux, Malick Coulibaly, pour sa volonté ferme à assainir ce département très délicat.

Ousmane Dembélé
L’Aube
Le 31 Octobre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés