Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Suivisco une start-up au service des parents d’élèves et des établissements scolaires

Korotoumou Berthé : « Suivisco vient mettre un canal direct entre les établissements… »

Détentrice d’un master en Communication marketing-droit des affaires à Ispric, Korotoumou Berthé est une jeune dame passionnée par l’entreprenariat numérique en général et féminin en particulier , elle est d’abord une informaticienne de formation, qui a fait ses débuts à la Faculté des Sciences et Techniques de Bamako (FST), avant de décrocher une maîtrise en réseaux informatiques et télécommunication à l’Institut de Technologie d’Afrique ( ITA ). Elle est actuellement cofondatrice d’une start-up dénommée : Suivisco. Dans cette interview qu’elle a bien voulu nous accorder, Berthé Korotoumou, nous parle de cette application mobile.

Afribone : Vous êtes, initiatrice d’une application mobile intitulée : suivisco, de quoi s’agit-il exactement ?

Korotoumou Berthé : Suivisco est une application mobile qui permet aux parents d’élèves de suivre la scolarité de leurs enfants en temps réel, à travers un nom d’utilisateur et un mot de passe. Autrement dit : l’application sera installée dans les téléphones ou tablettes des parents et ces derniers recevront continuellement les informations liées à la scolarité de leurs enfants. C’est également une application web à la disposition des établissements scolaires, elle contribuera à la bonne gestion des écoles c’est-à-dire : elle prendra en compte la comptabilité, les calculs automatiques des notes de classe et d’examen. Bref, elle va tout simplement numériser le système des établissements. L’école à son niveau va insérer des informations que les parents vont recevoir sur leur téléphones ou tablettes. Suivisco est donc une application web pour les établissements scolaires et application mobile pour les parents d’élèves.

Afribone : Depuis combien de temps travaillez – vous sur ce projet ?

K.B : Cela fait plus de deux ans que j’y travaille, sans relâche.

Afribone : Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ?

K.B : Tout d’abord c’était difficile, de trouver les développeurs qui partagent les mêmes idéaux que moi , ce qui n’a pas été chose facile, en ce sens qu’au Mali, les gens n’ont pas la même compréhension des startups, tout le monde a peur d’investir ; une startup ne paie pas immédiatement et personne ne veut laisser son gagne-pain (boulot) pour se concentrer sur un projet qui n’est pas encore rentable. J’ai travaillé avec une première équipe des développeurs, seulement, à l’époque je ne disposais pas d’assez des moyens pour payer ces développeurs. J’étais toujours dans l’idée de trouver des associés qui allaient développer l’application et moi je devrais m’occuper du reste. Aujourd’hui , je peux vous dire que nous continuons de travailler sur cette application, qui va bientôt voir le jour.

Afribone : Une fois lancée , pensez-vous que cette application sera en mesure de rehausser le niveau des élèves ?

K.B : Toute bonne start-up vient pour résoudre un problème et je suis persuadée que Suivisco vient palier le problème de la baisse de niveau et tous les tracas liés à la scolarité. Il vient mettre un canal direct entre les établissements scolaires et parents d’élèves. Déjà, il faut reconnaître que l’école malienne est confrontée à une baisse de niveau, vous conviendrez avec moi, que le niveau scolaire des enfants il y a 20 ans n’est pas le même que de nos jours. Personnellement, je pense que le problème se situe à trois niveaux : les établissements scolaires ont un peu démissionné, les parents ainsi que les élèves eux-mêmes. Concernant les parents , ils sont occupés et n’ont presque pas le temps de suivre les études de leurs enfants ou de se déplacer dans des établissements scolaires. Quant aux établissements scolaires je ne dirai pas qu’ils sont négligents, mais c’est peut-être un manque de stratégie de suivi, lorsqu’on a des clients qui sont tout le temps occupés, il faut des stratégies de suivi adaptées à ces clients. S’agissant des élèves , le suivisco concerne beaucoup plus les adolescents ; parce que l’adolescence est une étape où l’élève ne sait pas qu’il étudie pour lui-même. Si le suivi scolaire est bien fait, l’enfant ne pourra plus tricher ses notes de classe , désormais, le parent saura à quel moment l’enfant est allé à l’école ou il s’est absenté. Par exemple s’il y a un événement à l’école (réunion, un match de football…) dans l’application il y aura des notifications qui vont directement renseigner les parents sur tel ou tel événement prévu par l’école. Du coup l’école malienne sera sauvée, et le niveau des élèves va augmenter.

Afribone : Combien va-t-elle coûter ?

K.B : Sur ce plan nous irons sur deux modèles , vous savez nous sommes au Mali , et ce système est le premier sur le marché en terme de suivi scolaire , le malien n’est pas encore adapté à ce système. Le premier modèle sera de proposer à l’établissement de payer une somme forfaitaire par an. Et si l’école est réticente, les parents devraient payer une somme de 4950f CFA / an et par élève. Les établissements scolaires seront donc nos partenaires stratégiques.

Afribone : le 31 Octobre se tenait à Bamako un Forum sur la gouvernance de l’internet au Mali, parmi les problématiques évoquées , il y avait la question des données à caractères personnels, en tant que jeune start-up quelle politique de confidentialité avez-vous mis en place pour protéger les données de vos clients ?

K.B : Au niveau de la start-up Suivisco, le parent ne peut voir que les informations de son enfant. Chaque parent à son nom d’utilisateur et son identifiant (mot de passe) c’est-à-dire lorsqu’il est dans l’application, il ne peut voir que la liste de ses enfants. Un parent A ne peut voir les informations d’un parent B et s’il a un seul enfant, il ne verra que les notes de ce dernier. A travers cette liste le parent verra les notes de classe et d’examen, les appréciations de l’enseignant, la conduite de l’enfant, les présences et les absences de l’enfant .

Afribone : Quel message adressez-vous aux jeunes qui vous lisent ?

K.B : Aujourd’hui, pour des problèmes critiques il faut des solutions rapides et inventives, Suivisco permettra à ce pays de faire un pas vers le numérique surtout au niveau de l’éducation. Si, nous voulons que ce continent aille de l’avant , il faut forcément innover. Je lance un appel aux établissements scolaires, que je considère comme nos partenaires stratégiques d’adhérer à cette application, qui va leur donner une certaine crédibilité et résoudre leurs problèmes de comptabilité. Parce qu’un parent qui a la possibilité de suivre les informations de son enfant en temps réel ne peut que s’orienter vers ces établissements scolaires. j’invite donc tous les parents d’élèves d’adhérer au digital et de nous encourager dans cet élan, afin que d’ici la rentrée 2020, l’application soit commercialisée et puisse être accessible dans les établissements scolaires.

Darcia
Bamako, le 05 Novembre 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés