Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Blocage de la circulation sur le pont de Kayes le 23 Aout prochain : Le ras de bol de la population de la prémière region du Mali

Route Kayes-Bamako : "il est plus que temps que le gouvernement actuel prenne en compte notre région"

Blocage de la circulation sur le pont de Kayes le 23 Aout prochain : Le ras de bol de la population de la prémière region du Mali

Les kayesiens bloqueront le pont de kayes pour exiger une bonne route entre Kayes et Bamako et la reprise du train voyageur le vendredi 23 Août 2019 prochain. Pendant une journée les véhicules gros porteurs ou bus ne sortiront pas également. Une information qui circule sur la page de la page Facebook de Kayeinfos , le site Régional d’informations générales de Kayes et confirmée par une source locale . Qu’en penent les kayesins ?

Êtes vous d’accord avec cette initiative de la population kayesienne ?

Lamine Diabira :"C’est une belle et courageuse initiative car nous sommes restés trop longtemps passifs face à cette situation. Il n’ y a aucun changement à Kayes depuis l’époque coloniale et nous sommes livrés à nous même.Les regimes politiques n’ont rien fait pour ameliorer nos routes alors que les ressortissants kayesiens sont presque dans tous les secteurs économiques du pays ; il est plus que temps que le gouvernement actuel prenne en compte notre region."

Alpha Kabine Tounkara :" Kayes mérite un élan solidaire car la route assurant la trajectoire Kayes-Bamako est dans un piteux état. Toutefois, il faut noter que les travaux pour la construction du nouveau pont sont en bonne voie. La population kayesienne doit savoir que les travaux de la route et ceux du pont sont interdépendants. Pour l’arrêt du chemin de fer et non moins autre bras de l’économie malienne, je ne pense que sa mauvaise gestion est imputable uniquement à l’État ; mais plutôt qu’elle provient des principaux acteurs qui s’y trouvent à savoir les différents responsables qui se sont succédé ainsi que les employés.

La critique est aisée dit-on mais une remise en cause de soi est encore meilleure pour un changement positif. Je suis un grand pratiquent de cette route et nous ne serions que plus que satisfait une fois cette voie remise en bon état. Cependant avec la crise sécuritaire que connait actuellement le Mali, notamment les contraintes financières imposées par la crise au Nord, il ne reste que peu de marge au gouvernement pour s’occuper de tous les problèmes. "

Nouhoum Konaté :« . Arrêtons de défendre l’insoutenable et dénonçons ce qui est à dénoncer, ces hommes politiques qui nous dirigent se soucient peu de nos situations. Les faits et actes posés au quotidien démontrent à suffisance que le peuple et ses problèmes sont oubliés par les dirigeants. Les questions de l’avion présidentiel et des matériaux militaires en sont les meilleures illustrations »

Laye Dabo : « Une journée n’est pas suffisante pour resoudre ce problème, on va prolonger jusqu’à une semaine. Nous demandons aux forces de l’ordre, aux opérateurs économiques et aux agents de l’État de soutenir cette action pour le bien de la région. Kayes est le poumon économique du pays qui fait frontière avec le Sénégal et la Mauritanie. En plus de l’insécurité, l’état de la route est un danger pour les usagers et leurs biens. »

Ibrahim Kebe :« Il ne s’agit pas que de la la route uniquement. Kayes croule sous les urgences telles que : la santé, le chômage , la construction de l’aéroport Dag Dag, l’"instauration d’une justice dans la région et surtout les zones rurales. »

Boly Keïta
Bamako, le 13 Août 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés