Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Tiebilé Dramé fustige en direct l’attitude du président de la C.M.A

Que les mauvais citoyens se le prennent pour avertissement. Les autorités maliennes ne vont plus tolérer le non-respect des symboles et principes de la République. Le président en exercice de la Coordination des mouvements de l’Azawad(CMA), Sidi Brahim Ould Sidati, vient d’en faire l’amère expérience. Pour avoir méprisé le chant de l’hymne national du Mali, il a, en effet, été recadré par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali, Tiébilé Dramé, lors d’une réception offerte, le samedi 25 mai dernier à l’hôtel Sheraton Hôtel de Bamako, par Pierre Buyoya, le haut représentant de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel.

Le samedi dernier, dans le cadre des célébrations de la journée de l’Afrique, Pierre Buyoya, le Haut représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel, une réception à Bamako. Tiébilé Dramé, son collègue de la Défense et des Anciens Combattants, le Général Ibrahima Dahirou Dembelé, le corps diplomatique et plusieurs membres de la Société civile malienne étaient présents à la cérémonie.

C’est devant cette belle brochette de personnalités que le président de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), Sidi Brahim Ould Sidati, n’a pas été laissé pour compte de conclure l’hymne national du Mali. Tose qui lui vaudra au recadrage de la part du ministre Tiébilé Dramé. Dans son allocation, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali a indiqué : « L’Accord d’Alger, c’est un tout. On ne peut pas le saucissonner. L’Accord d’Alger, c’est l’Armée nationale reconstituée, en fait, ce sont les zones de développement économique, en fait, les politiques pour renforcer la réconciliation nationale et la démocratie. L’Accord d’Alger, beaucoup l’oubliant, c’est le respect de tout le territoire national, c’est le respect de l’unité nationale, c’est le respect de la forme républicaine et laïque de l ‘ État. L’Accord d’Alger, c’est le respect du drapeau national, le respect de l’hymne national, le chant du Mali. Ou, quand le chant du Mali était entonné, au début de la cérémonie, alors que tous les diplomates et les Maliens étaient debout, avec respect et solennité, le président de la CMA, mon frère Sidi Brahim Ould était d’abord assis, ensuite il s’est levé, avec désinvolture, il avait les bras croisés. L’Accord d’Alger, c’est le respect de l’histoire nationale du Mali “.

Le message est sur ne peut plus clair : les autorités maliennes ne veulent plus faire dans la dentelle face aux incartades de certains « fils égarés » du Mali. D’ailleurs, en recevant l’ambassadeur d’Algérie le lundi 27 mai, Tiébilé Dramé souhaitait que le diplomate de ce pays devienne le chef du fichier de la médiation internationale Etat malien.

MK Diakité
Le Républicain du 28 Mai 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés