Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Une maladie prise en charge gratuitement au Mali

Contagieuse et transmissible, la lèpre est une maladie de nerf et de peau dont la conséquence est désastreuse. Des plaies, des amputements, entre autres, sont des séquelles de cette maladie. Médecin chercheur, chargé du traitement et de la prise en charge des malades de la lèpre, au centre National d’Appui à la Lutte contre les Maladies (CNAM), Abdoulaye Fomba, dans une interview nous dévoile les modes de transmission, la prise en charge de cette maladie au Mali.

Est ce que cette maladie est transmissible ?

Oui elle l’est comme toutes les autres maladie infectieuse. La manière dont se transmet la lèpre n’est pas encore complètement définie. On suppose qu’elle se transmet de façon analogue à la grippe, c’est-à-dire par micro gouttelettes (toux, éternuements, etc.). La pauvreté, les mauvaises conditions d’hygiène, la malnutrition, la discrimination sociale favorisent la propagation de la maladie. Ceux qui ont la forme bacillaire (beaucoup de virus), transmettent facilement cette maladie, si les conditions d’humidité sont faible chez les personnes qui sont en contact avec le malade, cela favorise la transmission de la maladie. Mais dès le commencement du traitement, la chaîne de transmission est coupée, c’est à dire que le malade ne peut plus contaminé d’autres personnes. il y a aussi la forme non bacillaire(peu de virus), dans ce cas de figure le malade ne peut pas transmettre le virus.

Quelles sont les conséquences de la lèpre ?

La lèpre comme toutes les autres maladies n’est pas souhaitable. Généralement les malades qui arrivent généralement à notre niveau, se trouvent dans un état de complication. Nous sommes au Mali généralement, ils (malades) cherchent à faire le traitement traditionnelle avant de se faire le dépistage. Alors que cette maladie attaque les nerfs périphériques, ce qui provoque une perte de sensibilité de la peau. Les premiers signes sont généralement des taches claires ou rougeâtres sur la peau, insensibles au toucher. Parce qu’il y a perte de la sensation de douleur. Des ulcères se développent et, avec le temps, se creusent si profondément, qu’on en arrive à la perte totale d’un ou plusieurs membres. Lorsque ce sont les nerfs oculaires qui sont touchés, et que finalement les paupières ne se ferment plus, la conséquence est la cécité. Pourtant le pire, pour les personnes affectées par lèpre, ce sont les problèmes sociaux liés à cette maladie : il arrive que ces hommes ou ces femmes soient exclus de leur communauté voire de leur famille, des divorces etc. Une des raisons en est la peur irrationnelle et profondément ancrée.

Est ce qu’il y a des nouveaux cas enregistrés au Mali ?

Nous continuons malheureusement a enregistré des nouveaux malades de lèpre malgré les sensibilisations, les causeries et débats que nous organisons autour de cette maladie. Au niveau de notre structure le CNAM, le service social et d’autres services continuent à animer des rencontres de ce genre afin de mieux édifier la population et les malades sur cette maladie. Ces actions sont entreprises afin de pousser les nouveaux cas à se faire dépister le plus rapidement que possible. Si la maladie est dépistée à temps, plus la durée du traitement est courte même facile à traiter. Le dépistage précoce permet également d’éviter la transmission. Ceux dont vous voyez en ville, sont les anciens malades de la lèpre, il est rare aujourd’hui de voire la perte de membres dû à notre mode traitement.

Comment se fait la prise en charge au Mali ?

A chaque fois que les malades viennent chez nous, nous leur posons des questions : Comment il l’a contractée ? Nous lui dirons également les facteurs qui aggravent cette maladie afin d’éviter toute complication. La prise en charge et le traitement sont gratuits. Au Mali, une synergie d’action est organisée autour de la lutte contre cette maladie. Les autorités du Mali ont initié un "Programme National de Lutte contre la Lèpre", permet de centraliser les données, de mettre en place les stratégies de lutte notamment la prise en charge des malades de la lèpre. Les ONG comme "Raoul Floro" interviennent aussi dans le financement et la fourniture des médicaments de traitement de cette maladie. Le dépistage et le traitement sont décentralisés et sont effectués au niveau de tous les districts sanitaires. Aucun vaccin pour le moment n’a été découvert. La prise en charge rapide permet de mener à bout, voire la guérison totale et définitive de la maladie. L’hygiène corporelle ; et lorsqu’on observe des taches au niveau d’une partie de la peau ; il faut impérativement se faire dépister afin de savoir si c’est la lèpre ou d’autres maladies de la peau.

Bissidi Simpara

Bamako, le 29 Janvier 2019

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés