Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Vaste mouvement d’opposition à la révision constitutionnelle en gestation

La Pyramide du Souvenir a servi de cadre à une conférence de presse organisée par les associations du CNID et de l’ADEMA, en collaboration avec certains partis et regroupements politiques. Animée par quatre grandes figures parmi lesquelles Mme Sy Kadiatou Sow et l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé, la conférence avait pour objectif de rendre compte des fructueux échanges que les leaders ont eu avec les forces vives de la Nation sur les grandes questions de préoccupation et surtout lancer un appel à tous les patriotes pour la mise en place d’une force de résistance contre la prolongation du mandat des députés et les réformes administratives et politiques latentes, sans un dialogue national inclusif. Est-ce un autre ANTE A BANA en gestation ? Le Gouvernement ne pourra-t-il pas anticiper en faisant beaucoup plus d’offres politiques pour plus d’inclusivité ?

C’est en présence de figures bien connues de la scène politique malienne, comme le Pr Ali Nouhoum Diallo, Iba N’Diaye, Me Mountaga Tall, Dr Choguel Kokalla Maiga, Modibo Kadjogué, Souleymane Koné, l’honorable Mamadou Hawa Gassama, que la Présidente de l’Association ADEMA a lu ce qu’on peut qualifier de déclaration d’un mouvement en gestation. Le document mis à la disposition de la presse fait le compte rendu des différentes rencontres et des échanges fructueux que l’Association ADEMA a eu avec toutes les forces vives de la nation sans exclusive, et donne la position de l’Association sur les grandes questions brulantes de l’heure comme le dialogue national inclusif, la prorogation du mandat des députés, avant d’arriver à la conclusion qu’il y a nécessité pour les forces patriotiques d’unir leurs forces pour constituer un camp de résistance contre la révision de la Constitution.

S’agissant du dialogue national inclusif, Mme Sy Kadiatou Sow estime que la quasi-totalité des acteurs politiques sont d’accord pour la tenue d’un dialogue national inclusif qui, martèle-t-elle, doit être le préalable à toutes les réformes institutionnelles. Le souci de l’Association ADEMA et de la quasi-totalité des forces politiques et de la société civile est la non inclusivité et surtout le comportement cavalier et unilatéraliste du gouvernement. Comme d’ailleurs ce fut le cas du choix des personnalités devant piloter le dialogue national. Mme Sy dit ne pas douter de la bonne moralité des quatre personnalités, encore moins de leur patriotisme, mais s’indigne de la manière dont elles ont été choisies par le gouvernement. C’est aussi le cas de Dioncounda Traoré pour le centre, a-t-elle conclu. « La crainte est qu’aujourd’hui, si le gouvernement seul élabore les TDR, définit le mode opératoire, la durée, les participants et désigne ceux qui sont chargés de la conduite du dialogue, il y a des fortes chances que le processus soit biaisé ». La Présidente de l’Association ADEMA propose que pour un dialogue véritablement inclusif, il faut associer toutes les forces vives sans exclusive et mettre au centre du débat, sans tabou, toutes les préoccupations nationales.

Quant à la prorogation du mandat des députés, elle l’a jugée inconstitutionnelle et illégale, sans pour autant proposer une solution. Mme Sy Kadiatou Sow a surtout déploré la méthode utilisée par le gouvernement pour proroger le mandat et surtout le projet de référendum pour réviser la Constitution afin de respecter l’agenda de la Communauté internationale. Et cette révision constitutionnelle, soutient-elle, n’a d’autre motivation que la prise en compte de certaines dispositions de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation. Elle en déduit que cet Accord tant vanté par le pouvoir comporte les germes de la dislocation du Mali. Pour la Présidente de l’Association ADEMA, au lieu de réviser la Constitution pour prendre en compte certaines dispositions de l’Accord, pourquoi ne pas conformer l’Accord à la Constitution ?

Mme Sy Kadiatou Sow a fini par lancer un vibrant appel à toutes les forces patriotiques pour la Constitution d’un bloc soudé contre la révision et contre toute violation de la loi fondamentale comme la prorogation du mandat des députés.

Youssouf Sissoko
L’Inf@sept du 02 Juillet 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés