Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Violence à l’égard des femmes : Le monde se remet en Orange

“Orangez le monde !” Une scansion à l’endroit de la femme violentée et dont les droits les plus élémentaires sont mis en boîte. Depuis le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard de la femme, le monde hausse sa voix, ensemble pour défendre les droits de la femme à jouir pleinement de son statut. Elle constitue l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues, les plus dévastatrices, les plus persistantes dans le monde. Le Mali n’est pas resté muet.

A Bamako, la société civile avait organisé une marche le 25 novembre où tous étaient vêtus de la couleur orange. Mais c’est hier 26 novembre qu’une conférence dirigée par le ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille a donné le coup d’envoie pour 16 jours d’activisme. Ceci pour mieux sensibiliser l’opinion publique de cette alarmante thématique.

De plus, des études ont en effet montré que 1 femme sur 3 su des violences basées sur le genre et sous d’autres formes. On remarque d’ailleurs une aggravation de cette problématique à cause du mutisme et de la peur de ces femmes d’être stigmatisées par une société presque fataliste. Pour la ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Dr Aïssata Traoré “ en célébrant cette campagne de 16 jours d’activismes sous le leadership de mon département, je voudrais informer, sensibiliser et mobiliser les populations, les autorités publiques, les organisations de la société civile”.

Quels sont donc les efforts du pays en cette matière ? La ministre répond que “ le Mali a souscrit à la quasi totalité des instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits des femmes et des enfants. Mais aussi l’adoption de la politique nationale “genre”, de la politique nationale pour l’abandon de la pratique contre l’excision, témoignent de la volonté et de l’engagement des plus hautes autorités à promouvoir les droits des femmes”. Et pour éradiquer ce fléau qui ne dit pas son nom, le ministère de la sécurité a mis en place le numéro vert 80 333 pour faciliter au mieux la prise charge. Aujourd’hui d’ailleurs, cette violences demeure l’une des moins signalées en raison de l’impunité, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte qui l’entourent. Et à António Guterres, Secrétaire général de l’ONU, de concluire : « Tant que les femmes et les filles, qui forment la moitié de la population, de la planète, ne vivront pas à l’abri de la peur, de la violence et de l’insécurité quotidienne, il nous sera impossible de prétendre vivre dans un monde juste et égal. »
Concernant les 16 Jours d’activisme

La campagne annuelle débute le 25 novembre, qui est la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et culmine lors de la Journée internationale des droits de l’homme, le 10 décembre. La couleur orange est la couleur officielle des 16 Jours.

Aissata Keita

Bamako, le 28 Novembre 2018

©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés