Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Wilé ou Cri en Bwa, un chef-d’oeuvre de Marie Virginie Dembélé, promeut ...!

Wilé ou Cri en langue Bwa, un chef-d’œuvre de Marie Virginie Dembélé, promeut la paix et la sauvegarde de l’environnement !

Sublime et belle par son apparence, sa voix perce et comble le cœur d’émotion. A l’entendre chanter, on a la chair de poule. Sa corde vocale vise une cible bien déterminée et fait passer un message susceptible à changer quelque chose dans la vie de ses fanatiques.

Elle, c’est Marie Virginie Dembélé. Son premier pas dans le monde de la musique fut en 2004 avec la chorale Christ-Roi à Bamako. Elle est une artiste chanteuse malienne, musicienne, auteure, compositrice et interprète. L’art est souvent héréditaire. Tel est le cas de notre artiste à la voix séduisante et captivante qui ne laisse personne indifférente car née d’un père très engagé pour la promotion de la culture Bwa.
Grâce à son talent qui l’expose au monde entier, elle a remporté plusieurs prix notamment le concours talent de la cité du Mali, organisé par le centre korê de Ségou et a également participé à plusieurs festivals dans plusieurs pays en Afrique et en Europe.

- Pouvez vous nous dire plus sur votre nouvel album ?

MVD : C’est un cri de cœur que je lance à l’endroit du sahel pour un développement harmonieux dans la paix et la sécurité. Je fais passer également des messages pour la sauvegarde de l’environnement. Cet album est composé de huit titres : Lobé, Domitila, Milé, Beau pays, Wilé, Tchawara Boyari, Happy et Dianyemogo. Et ce n’est pas fait au hasard, le chiffre 8 me porte toujours bonheur. Wilé est un mélange de blues africain et de tindoro (danse traditionnelle bwa) et c’est ce qui fait la force des chansons de cet album.

- Pourquoi avoir opté pour des thèmes comme l’environnement et la paix pour Wilé ?

MVD : En tant qu’artiste, mon rôle est de prôner la paix dans mon pays ainsi que de participer à l’apaisement des cœurs à travers mon art. Notre pays est plongé au fond d’une crise depuis 2O12. Il est grand temps que nous sortions de cette crise qui perdure et qui continue de faire des victimes. Partant de ce constat, si mon art et mon talent peuvent servir à faire revivre cette paix d’antan perdue, je les mets au service de ma nation. Pour ce qui est du côté environnement, vous savez que l’humanité dépend du cadre de vie. Sans ce beau cadre que nous aimons, notre vie sera un enfer sur terre. Nous devons prendre soin de notre environnement car, en le détruisant, nous creusons notre propre tombe. Pour conclure, notre vie dépend de notre nature et tout ce qui nous entoure : l’eau, les arbres, les animaux etc.

- Quel a été le temps de production d’un tel album ?

MVD : La composition et la production de Wilé ont pris beaucoup de temps. J’ai fait cinq ans sur le projet car, j’avais trop de tournées et activités à faire. Après toutes ces tournées, je me suis mise au boulot et voici que Wilé a vu le jour.

- Quel est le titre qui vous a marqué le plus dans cet album de huit titres ?

MVD : « Domitila ». Ce titre raconte comment les femmes étaient des entrepreneuses à l’époque. Mon objectif à travers cette chanson, c’est d’inviter les femmes à s’ouvrir à l’esprit entrepreneurial, à être plus créative afin d’occuper pourquoi pas des postes importants dans notre pays.

- Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez fait face et quels conseils donneriez vous à vos fans (sœurs) ?

MVD : Ce n’est pas facile de s’autoproduire car c’est une initiative qui demande un moyen financier colossal. Chaque projet a ses difficultés, mais l’essentiel est de ne jamais tomber les bras, de ne jamais abandonner. J’invite mes sœurs à avoir d’abord la passion de la musique avant de se lancer. Elles doivent également nourrir l’idée du travail et de la créativité en elles. Et je sais qu’avec la persévérance, la détermination et le courage, elles y arriveront. Elles doivent d’abord penser au travail, ensuite viendra la récompense.

Bamako, le 27 Juillet 2020
Adama Sanogo
@Afribone

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés