Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Zimbabwe : l’épouse du vice-président écrouée pour avoir tenté de l’assassiner

L‘épouse de l’actuel vice-président du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, déjà poursuivie pour fraude et blanchiment d’argent, a été placée en détention provisoire lundi, accusée cette fois d’avoir tenté de supprimer son mari.

Convoquée lundi devant un tribunal de la capitale, Harare, Marry Mubaiwa, 38 ans, s’est vue signifier à l’audience une inculpation pour tentative d’assassinat et a été écrouée jusqu‘à une prochaine comparution le 30 décembre.

Mme Mubaiwa n’a pas été interrogée par le juge Crispen Mberewere sur les accusations dont elle fait l’objet. Son avocat a annoncé qu’il allait demander sa remise en liberté.

Selon l’acte d’accusation rendu public lundi, Marry Mubaiwa, une ancienne mannequin, est accusée d’avoir retiré une perfusion du bras du général Chiwenga, à l‘époque hospitalisé à Pretoria, la capitale sud-africaine.

“Le 8 juillet 2019, l’accusée est venue à l’hôpital avec l’intention de nuire sérieusement au plaignant”, détaille le document.

“Une fois seule avec le plaignant, l’accusée a illégalement débranché la perfusion du plaignant (qui) s’est mis à saigner abondamment”, poursuit l’accusation, “l’accusée a alors sorti le plaignant de son lit, l’a pris par la main et l’a sorti de sa chambre, avant d‘être interceptée par la sécurité”.

Marry Mubaiwa, qui vit aujourd’hui séparée de son époux, avait alors réussi à s’enfuir de l’hôpital. Agé de 63 ans, M. Chiwenga est rentré le mois dernier dans son pays après un séjour médical de quatre mois en Chine.

Violation du contrôle des changes

Ancien chef d‘État-major de l’armée zimbabwéenne, Constantino Chiwenga est considéré comme l’architecte du coup de force qui a précipité la démission du président Robert Mugabe fin 2017, après trente-sept ans de règne sur le pays.

Son épouse avait été interpellée samedi par la police sur ordre de la Commission anticorruption.

Selon un document de la Commission obtenu par l’AFP, elle est accusée d’avoir transféré en 2018 et 2019 un million de dollars de ses comptes du Zimbabwe vers des banques sud-africaines “en cachant ou en maquillant leur véritable utilisation”, en violation du contrôle des changes.

Ces fonds ont en fait été utilisés pour l’achat en Afrique du Sud, avec des complices, d’une propriété à Pretoria et de deux véhicules tout-terrain de luxe.

M. Chiwenga est considéré comme un proche du président Emmerson Mnangagwa, qui s’est fait fort de relancer l‘économie en pleine déconfiture du pays, en luttant notamment contre la fuite des capitaux et l‘évasion fiscale.

Africanews du 17 Décembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés