Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
Izf.net : un site, vitrine des opportunités d’affaires en Zone F CFA

Bamako abrite, du 9 au 10 avril 2015, une réunion des ministres des finances des pays en partage de la monnaie du franc CFA. En marge de cette assemblée, Investir en Zone Franc (IZF), association dédiée à la promotion des investissements dans ledit espace communautaire, a tenu la 24ème session de son conseil d’administration.

Communément appelée zone Franc, les pays de l’Union économique et monétaire ouest africain (Uémoa) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) ont en partage le F CFA (Franc de la Communauté financière d’Afrique). Les deux espaces économiques représentent 14 pays, à qui il faut ajouter les îles comoriennes. Créée en octobre en 1998, l’association IZF se propose de faire connaître les États de la zone Franc, leurs potentialités économiques et d’assurer leur meilleure insertion dans le commerce international. La présidence de son conseil d’administration est tournante entre l’Uémoa et la Cemac. Ses sessions se tiennent deux fois par an, en marge de chaque réunion des ministres des finances de la zone Franc. L’initiative est née d’un constat selon lequel la plupart des pays en partage du F CFA étaient confrontés à une situation de crise financière dans les années 1990. « Les dépenses de l’État étaient uniquement consacrées aux dépenses de souveraineté », a souligné Guy Ajanohoum, commissaire à l’Uémoa et président en exercice de l’association IZF. Mr Ajanohoum est commissaire de l’Uémoa en charge du département du développement de l’entreprise, de l’énergie, des télécommunications et du tourisme tandis que son collègue de la Cemac à IZF, Paul Tasong, est commissaire en charge du département des politiques économique, monétaire et financière.

Ces restrictions budgétaires qui ont eu des conséquences sur les opportunités d’investissement se sont soldé par la dévaluation de la monnaie en 1994. La même année sont nées l’Uémoa qui regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo ainsi que la Cemac qui comprend le Cameroun, le Congo Brazzaville, le Gabon, la Guinée équatoriale la République centrafricaine et le Tchad.
Les deux entités régionales se proposent, entre autres, d’établir une étroite union entre États, promouvoir les marchés nationaux par l’élimination des entraves au commerce inter-communautaire, la coordination des programmes de développement, l’harmonisation des projets industriels et, à termes, créer un marché commun africain.

Les commissions de ces deux organisations communautaires qui ont la particularité d’utiliser le F CFA comme monnaie se sont à cet effet entendu pour fonder l’association IZF. Celle-ci a comme cheville ouvrière un site d’information (izf.net) très fournies en termes d’informations économiques et fiscales sur les unions et leurs pays membres. Pour les experts de l’Uémoa et de la Cemac, les pays des la zone Franc sont confronté aujourd’hui à trois défis majeurs : des problèmes de gouvernance, d’insécurité et d’investissements en termes d’infrastructure de développement. Dans un tel contexte, comment attirer les investisseurs potentiels ? La réponse du commissaire de la Cemac à IZF est à cet effet claire : « Il faut se vendre ». Et ce projet est l’objectif majeur du site izf.net. « La mission de l’association est de livrer de bonnes informations aux potentiels investisseurs pour rendre nos pays attractifs », conclu Paul Tasong lorsque d’un point de presse organisé, le 8 avril, à l’issue du conseil d’administration de l’association. Outres des informations de portés générales concernant l’actualité, le site propose des portails dédiés aux informations sur l’entrepreunariat en Zone Franc, les potentialités d’exportation, l’analyse des facteurs de production ainsi qu’une annuaire des entreprises de ladite zone. En somme, des outils d’appui à la coopération entre entreprises et au développement du secteur privé, de renforcement des capacités d’exportation, entre autres.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE

Le 09 Avril 2015

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés